Rastignac aurait-il été un "affranchi"?

J’ai en mémoire des moments de lecture merveilleux en feuilletant avec étonnement et envie le vieux « Petit Larousse illustré » qu’avait acquis pour le secrétariat de la Mairie de Sadirac l’instituteur secrétaire qui y avait officié avant ma mère. Il avait perdu sa couverture cartonnée mais son contenu m’émerveillait toujours car il me transformait en « explorateur des mots ». Pas une page où il n’y ait quelque chose à découvrir et à imaginer. Un voyage initiatique interminable et sans cesse renouvelé avec ses mystères, ses étonnements, ses révélations, ses secrets… que j’aime refaire chaque fois que j’ai besoin de me rassurer ou de dénicher un mot piégé dans une grille de mots croisés. Or ce matin j’ai découvert qu’en politique il existe un qualificatif auquel je ne m’attendais pas : « affranchis ». Bien évidemment cette nouveauté ne doit probablement rien au hasard et je suppose que, comme moi ses inventeurs se sont tournés  vers le dictionnaire. J’ai donc vite consulté mon Larousse en 10 volumes et j’ai trouvé une définition qui m’a interpellé ou qui me pose pour le moins problème :. affranchi : « se dit de l’esclave qui recevait de son maître la liberté. Les affranchis grecs n’étaient pas considérés comme citoyens (sic) ».

A ma connaissance, mais probablement n’ai-je pas une vision complète du monde politique, j’ai beaucoup de mal à trouver un parti dans lequel les adhérent(e)s sont des « esclaves » dans leur comportement ou leurs idées sauf s’ils sont consentants. Probablement que cette approche du mot n’est pas tout à fait exacte (du moins je l’espère) car elle est extrêmement méprisante pour celles et ceux qui seraient « enchaînés », « asservis », « prisonniers » de leurs maîtres dont bien entendu on ignore les noms mais qui pèsent sur leur « patrimoine ». Eux, les « affranchis » ont-ils bénéficié d’une libération de leur action et se sont-ils mis à leur propre compte dans la société ? Sont-ils inspirés par le fameux « ni Dieu…ni Maître » ou sont-ils seulement mus par une volonté personnelle de devenir les maîtres à la place des maîtres ? Ont-ils accédé au statut envié de « citoyens » ou mieux d’élus par cette auto-proclamation ? Bref je suis inquiet en feuilletant mon dictionnaire car j‘ai beaucoup de mal à admettre que dans la vie politique il puisse y avoir des « militants esclaves » bosseurs débiles et immatures et des « militants affranchis » libres comme l’air et sachant tout?

Alors il faut persévérer et continuer dans le Larousse. Affranchi : « libéré de tout préjugé, de tout problème de conscience ». On doit être plus près du but… Pour les préjugés c’est en effet libératoire dans une société de l’opinion dominante porteuse d’idéologie toute faite. Par exemple celle qui voudrait que le mérite se mesure à l’âge… ou à la durée de l’engagement.ou à la notion simple du « dégages-toi que je m’y mette ». Il faut alors écouter Brel (« Les bourgeois ») ou Brassens (« Le temps ne fait rien à l’affaire ») pour mieux comprendre la réalité de cette « libération » permettant au nom de critères purement « personnels » de juger les autres.

En fait l’affranchissement pose davantage de problèmes avec la référence à l’abandon de « tout problème de conscience »… En fait on approche de la vérité car souvent cette revendication de libération implique que la « fin justifie les moyens utilisés pour y parvenir ». inimaginable ce ne pas encore être la bonne référence car le Larousse donne comme exemple une phrase de Mauriac « Il arrive souvent que ces affranchis se convertissent à la religion la plus étroite ». et on ne peut pas imaginer un instant que ce soit dans ce sens qu’il faille prendre le « qualificatif »

Il reste alors une ultime issue de secours, celle qu’offre la terme « d’affranchissement du tonneau » en Bordelais. On va retenir celle-ci afin de se rassurer : « faire flamber un tonneau neuf pour lui ôter le goût du bois ». C’est dans cet esprit là que les « affranchis » se réunissent, pensent et travaillent car ils cherchent à mettre le feu et surtout à se préoccupent beaucoup plus du « contenant » que du « contenu » car chacun sait que c’est plus rapide, plus facile, plus spectaculaire. Ça ne demande pas grande expérience pour allumer les brûlots et on s’affranchit ainsi de ses propres insuffisances ou ds malfaçons apparentes. La terre brûlée ne leur fait pas peur puisque leur propre jardin manque singulièrement parfois de réussites et de modestie.

Méprisés, dénigrés, rabaissés les « esclaves » besogneux continuent à subir ! Leur seul mérite c’est de ne pas se décourager, ne pas se révolter et à continuer à travailler afin que d’autres puissent par comparaison se vanter d’avoir obtenir un statut intellectuellement plus valorisant. Surtout quand ils regardent avec suffisance les autres bosser afin de sauver ce qui peut encore l’être les « affranchis » font surtout tourner les éoliennes de leur infortune politique ! Il me faut maintenant m’interroger : Rastignac aurait-il été un « affranchi » ?

 

Ce contenu a été publié dans COUP DE GUEULE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Rastignac aurait-il été un "affranchi"?

  1. Fourny dit :

    Affranchi est aussi libéré de quelque chose
    Si cette gauche est affranchie puisque c est le nom de ce blog elle l est donc par rapport a différents éléments et elle surfe sur les besoins de réforme de transparence et démocratie des militants et de toute la gauche
    On ne peut que regretter que ces manques ne soient pas encore résorbés ils existaient d autres méthodes que le vote bloque
    Une nouvelle fois il ne faudra pas s étonner du manque de votants !!!
    Ces comportements remettent en cause avec des affaires judiciaires en cours la légitimité de notre fédération et a travers elle au parti socialiste entier et a ses militants

  2. J.J. dit :

    Jean Marie dixit « Un voyage initiatique interminable et sans cesse renouvelé avec ses mystères, ses étonnements, ses révélations, ses secrets… »

    Ce voyage, je le faisais fréquemment moi aussi, étant tout jeune enfant, dans un vieux Larousse assez dépenaillé.
    Un de mes premiers achats fut d’ailleurs un nouveau Larousse, un jour que l’on m’avait envoyé au marché acheter quelques provisions (pas de frigo à l’époque, les « courses se faisaient au jour le jour).

    Je n’avais ce jour là trouvé qu’un dictionnaire à acheter, prémonition de mon goût pour les nourritures spirituelles….

    Affranchi : ne pas oublier que le célèbre bonnet Phrygien , mis ces temps un peu à toutes les sauces (voir les défilés de la Manip pour Tous) par des ignorants, était porté à Rome par les anciens esclaves affranchis.

  3. Eric Batistin dit :

    « La fin justifie les moyens ?
    Cela est possible.
    Mais qui justifie la fin ?

    À cette question,
    que la pensée historique laisse pendante,
    la révolte répond :
    les moyens »

    Albert Camus

    _____

    Voici donc nos politiques en butte aux même problèmes que tous les autres corps de métier.
    (De métier, puisque, comme le rugby est devenu pro, la politique aussi)
    Boulanger en pâte cuite surgelée ou boulanger au levain naturel, four à bois ou four électrique, point chaud ou artisan?
    Artisan plâtrier ne sachant pas poser autre chose que des panneaux tout fait, associés par bandes autocollantes, ou plâtrier capable de tirer tout un plafond et ses moulures en plâtre repoussé ?
    Peintre en lettres poseur d’autocollants prédécoupés ou peintre en lettres à main levée, dessinées au pinceau long en poils de martre ?
    Conseiller financier de la Chambre des Métiers ou du Commerce, ou marchand de crédits à l’installation de tout et de n’importe quoi, rémunéré au pourcentage sur le nombre de chômeurs devenus auto-entrepreneurs?

    Et oui, l’appellation pas contrôlée ni validée par un savoir faire,
    autre que celui fort à la mode des réussites financées,
    mène tous les corps de métiers à n’avoir d’autre soutien intrinsèque
    que la « communication ».et la « publicité ».

    Arts savants consistant à faire du vent dans la tempête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *