Il y a des moments où l’on ressent les réalités d’une situation même si l’on n’a pas tous les éléments d’appréciation concrets en sa possession. Récemment en étant simplement attentif au visage fermé d’un ami ou en écoutant son… silence j’ai parfaitement compris que nous nous trouvions dans une situation extrêmement grave dans le domaine du terrorisme international. Jamais l’alerte n’a en effet été aussi forte en Europe et probablement en France vis à vis des attentats. Au sommet de l’Etat on craint le pire d’un jour à l’autre et la couleur du plan Vigipirate risque de virer au rouge vif dans peu de temps. Les informations en possession des personnes spécialisées sont maintenues sous le boisseau afin de ne pas alarmer un pays déjà déprimé et angoissé.

Nous sommes en effet face à une situation totalement inédite liée aux événements du Proche et du Moyen Orient. Ce qui se passe en Syrie causait déjà pas mal de soucis aux services secrets puisque plus de 800 combattants domiciliés en France ont été formés, endoctrinés, robotisés ou programmés afin de devenir des « djihadistes » d’avenir. S’ils échappent à la fureur guerrière et aux atrocités commises au nom de la religion ils quittent la zone d’un affrontement oublié par les nations ayant multiplié les déclarations aussi fracassantes qu’inutiles et regagnent leur base. Plus question pour eux de transiter par des aéroports européens mais ils rentrent via la route pour se fondre progressivement dans une semi-clandestinité très difficile à détecter.

Cette surveillance est quasiment impossible et les mailles du filet pas assez fines pour garantir une protection suffisante. En fait les parcours tragiques pour notre démocratie de Medhi Nemmouche après celui de Merah illustrent parfaitement la complexité des mesures à prendre. Les spécialistes sont persuadés que des gens de leur acabit sont « dormants » en France et qu’ils pourraient être « activés » à tout moment. Les crimes affreux commis d’abord en Palestine puis à Jérusalem au nom des intégrismes religieux les plus odieux peuvent constituer un facteur déclenchant de représailles dévastatrices. Ajouté aux appels directs à la constitution d’un califat islamique au cœur de l’Irak avec liens directs avec la Syrie ces faits inhumains accentuent l’insécurité potentielle. Le danger peut venir de partout et une conflagration est envisageable si les jihadistes décidaient un jour de s’attaquer à l’état tampon qu’est la Jordanie. Si l’Ukraine a préoccupé durant des semaines le gouvernement français ce n’est plus tellement le cas actuellement. On sait en haut lieu que ça peut éclater à tout instant au Proche ou au Moyen Orient mais qu’il n’existe pas vraiment de méthodes ou de moyens pour prévenir cette hypothèse.

Tous les services secrets sont sur le qui-vive et tentent de percer les intentions d’une mouvance terroriste largement supérieure à la mouvance complexe d’Al Qaïda. Ce n’est pas un hasard si les Américains viennent de considérablement renforcer les mesures de sécurité sur les vols en direction de leur territoire. La course à la miniaturisation des explosifs les oblige à réagir. Le «nouvel explosif» dont parlent les autorités aurait la taille d’une batterie de téléphone mobile. Quelques centimètre cubes suffisamment puissants pour déchiqueter un avion en vol du fait de la pressurisation des cabines. Ce qui préoccupe les gouvernements occidentaux et notamment la France c’est que ces « produits » peuvent désormais franchir aisément les frontières dans des appareils électroniques éteints ou non connectés. Et si c’est contrôlable au moment de l’embarquement dans un avion, c’est totalement vain de croire qu’il est possible de le faire dans d’autres lieux.

Le contexte justifie donc le silence et le regard soucieux, lointain, sombre de mon ami qui vit au plus près cette évolution d’un monde totalement rongé, perverti, par l’extrémisme religieux de tous bords. C’est lui et lui seul qui conduit aux pires exactions et le mal est désormais tellement profond que plus personne n’est en mesure de l’arrêter. Il va falloir vivre avec cette dure réalité ! Par indifférence, par passivité, par ignorance, par dédain vis à vis de la laïcité nous avons abandonné le terrain à cette montée inexorable de l’intolérance, de la haine et de la violence. Il va falloir tôt ou tard le payer au prix fort ! Il est certain qu’il y aura encore une exploitation politicienne de ce qui devrait justifier une union forte et laïque !