L’été 2014 devient beaucoup plus angoissant que l’avait été celui de 1914… Il restera celui durant lequel les menaces de guerres aux incidences planétaires auront été les plus présentes. Jamais le pessimisme n’a autant d’avenir tellement tous les clignotants sont au rouge vif. En fait le feu couve sous la cendre depuis la fin de l’intervention Sarkozy-Cameron en Libye dont on peut maintenant se poser objectivement des questions sur la finalité réelle. Aussi imparfait qu’il ait été il maintenait un équilibre fragile dans une zone qui en avait bien besoin. Son élimination a eu des effets collatéraux à moyen terme dont nous découvrons les conséquences tragiques. Nous allons payer au prix le plus fort des erreurs stratégiques de géopolitiques dont je n’ose pas imaginer qu’elles aient été calculées pour des intérêts personnels ou économiques ! La disparition du système Kadhafi a en effet conduit au pire des événements : le pillage d’un arsenal militaire considérable, ultra moderne, vendu au dictateur libyen et contenant des armes pouvant être retournées contre les puissances envahisseuses. Tous les grandes mouvances terroristes, tous les intégrismes armés, tous les chefs de guerre fanatiques ont puisé des quantités impressionnantes de moyens militaires dans les stocks énormes de Tripoli.

Personne ose l’écrire mais les événements actuels à Gaza, en Centrafrique, au Mali, au Nigéria, en Irak, en Syrie ne sont que la résultante de cette désarticulation de la Libye ! ­Et la tragédie qui vient de se produire en Algérie en est un nouvel épisode. La série n’est pas encore terminée. Ce fut après la chute de Kadhafi la plus grande prolifération d’armes dans des mains inconnues jamais vue dans l’histoire des conflits modernes, d’une échelle dix fois supérieure à ce qu’on a vu en Irak, par exemple. Elles sont toutes visibles dans toutes les zones de conflits actuels mais bien évidemment on impose le black-out sur ce type de constat qui inquiètent pourtant fortement les spécialistes des services secrets car leur élimination prendra de très nombreuses années ! De grandes quantités d’armes en provenance de Libye ont fait leur apparition dans le Sinaï, ce qui pose un sérieux défi pour le gouvernement égyptien et ce qui explique sa volonté rapide de museler le mouvement des Frères musulmans. Lors de démonstration de force du Hmas à Gaza les analystes des documents photographiques et els observateurs d’Israël avaient remarqué que les militants ont défilé avec des l’AK 103/2 et le fusil FN 2000 belge, tous deux trouvables uniquement en Libye avant le conflit de 2011. Certains de ces AK 103/2s ont même fait partie d’une cargaison d’armes interceptée par les autorités nigériennes, en route vers le Mali.

Pensez aujourd’hui, au creux de votre été, après l’affreuse nouvelle de la disparition de l’avion d’Air Algérie que le flux d’armes au nord du Mali a été particulièrement intense en 2012. La plupart des fondateurs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) sont des Touareg exilés en Libye, et ils ont filé dans le nord de leur territoire où malgré les efforts esseulés et exigeants de l’armée française ils restent insaisissables ! La situation des Touareg en Libye étant devenu intenable car ils sont accusés d’avoir été des partisans de Kadhafi. Il y a donc eu un important mouvement de combattants touareg expérimentés qui ont fui la Libye vers le Mali, souvent en emportant avec eux une grande quantité d’armes dont…des missiles sol air Manpads qui sont capables d’abattre des avions. L’introduction de ces puissantes armes de guerre a complètement transformé tous les conflits et ce sont ces stocks que cherche actuellement l’armée israélienne dans la bande de Gaza et que les Algériens ont tout fait pour qu’ils ne parviennent pas sur leur territoire !

L’opposition libyenne (soutenue par les européens) a laissé faire ce pillage massif de grands stocks d’armes, et nous voyons déjà les effets de cette prolifération dans les mains de centaines de miliciens en période de grande instabilité dans de nombreuses régions de la Libye. Un conflit majeur se produit ces jours-ci dans l’indifférence autour de l’aéroport de Tripoli et l’attaque du consulat américain de Benghazi avait démontré la force de frappe de ces groupes désormais totalement incontrôlables. La communauté internationale a également omis de faire face à la menace des armes non sécurisées en Libye comme des batteries de missiles SA-7B de conception soviétique produits par divers pays dans les années 1970 et 1980. Des experts indépendants mandatés par l’ONU ont remis il y a 3 mois un rapport sans ambiguïté : « les craintes que des groupes terroristes aient pu acquérir ces armes (essentiellement des SA-7b) se sont concrétisées». Les armes trouvées au Mali et en Tunisie en 2013 «faisaient clairement partie de l’arsenal de groupes terroristes», souligne le rapport. Les experts précisent que des «systèmes complets» de missiles portables sol-air, capables d’abattre des avions à basse altitude, ont été retrouvés au Tchad, au Liban, au Mali et en Tunisie. Les enquêteurs font aussi état de «tentatives» pour fournir ce type d’armes à l’opposition syrienne à partir de la Libye… et il est certain que désormais ils ont encore mieux mais pour éviter d’affoler les gens on a oublié de le mentionner dans ce document passé peut-être un peu trop inaperçu ! Jamais été n’aura été aussi meurtrier et angoissant ! Et pendant ce temps à la une de Paris Match le ridicule d’un scooter à l’arrêt enthousiasme le peuple !