L’Assemblée générale du Club des villes et territoires cyclables s’est tenue à l’Hôtel de Ville Paris ce jour, mercredi 17 septembre. Elle a procédé à l’élection d’un nouveau Conseil d’administration pour les trois années à venir. Le Conseil d’administration qui s’est réuni à l’issue de l’Assemblée générale a élu son Président Pierre Serne, vice-président ee6lv du Conseil régional d’Ile de France, élu de Vincennes qui succède à Jean-Marie Darmian, ancien maire de Créon (33), vice-président du Conseil général de la Gironde, qui a mis fin à ses mandats électifs. Une transition qui s’est effectuée dans une ambiance constructive et avec une volonté d’adapter le Club à la réforme territoriale à venir.

 Réseau de collectivités pour le développement de l’usage du vélo et de la mobilité active depuis 1989, le Club, dès 2008, a acté la prise en compte du vélo à toutes les échelles territoriales en devenant le Club des villes et territoires cyclables. Il rassemble aujourd’hui plus de 1500 collectivités – villes, agglomérations, départements et régions – qui agissent pour faire du vélo un mode de déplacement à part entière, utilisé seul ou combiné aux transports publics, et un loisir au service du développement durable des territoires dans toute leur diversité et à toutes les échelles : quartiers, communes, bassins de vie et d’emploi, intercommunalités, réseaux de villes, métropoles et régions.

Le Club des villes et territoires cyclables réaffirme aujourd’hui le rôle des territoires dans le développement des mobilités actives et du tourisme durable, dans un contexte de réorganisation territoriale. En confiant la présidence du réseau au représentant d’une Région, le Club souligne le rôle majeur que les Régions sont appelées à jouer dans le domaine de la mobilité et du développement durable. À l’image de la diversité des territoires – petites villes, villes moyennes, grandes villes et métropoles, intercommunalités en zones rurale et urbaine, régions – la composition du Conseil d’administration illustre la complémentarité des instances territoriales avec 4 représentants des régions, 12 des intercommunalités et 22 des communes ou villes.

«  En 2014, l’essor du vélo doit se déployer dans un écosystème qui est encore à inventer  pour offrir des solutions de mobilité et de loisirs efficaces et attractives » a déclaré Pierre Serne. « Le Club des villes et territoires cyclables est un lieu privilégié de réflexion, de coopération et d’action pour concevoir et promouvoir un meilleur partage de l’espace public, des solutions intégrées et des bouquets de services, des systèmes de mobilité multimodaux avec des alternatives à la voiture solo dans les villes denses et dans les zones périurbaines et rurales et pour identifier les leviers du changement de comportement. Le développement de la mobilité active est encore, en 2014, affaire d’infrastructures : voirie apaisée, suppression des effets de coupure, continuités des itinéraires, stationnement, signalétique… Mais la mobilité active est aussi un outil incontournable pour relever les défis environnementaux, économiques et sociaux. Le Club a montré que le vélo est un puissant « remède anti-crise » et contribue à l’économie de notre pays. L’impact du positif de l’usage du vélo sur le budget mobilité des ménages et sur les dépenses de santé fait désormais consensus. Il s’agit maintenant de passer du dire au faire et de déployer des services à la mobilité partout et pour tous. Ce qui implique une solidarité entre les territoires et donc une coopération des différentes instances locales, nationales et européennes, des autorités organisatrices de transport, des acteurs économiques, des porteurs de projets innovants et des usagers. »

A signaler que Brigitte Terraza (maire de Bruges et VP de la CUB) intègre le bureau, que Gérard Chausset (Mérignac), Cément Rossignol-Puech (Bègles) figurent et M Schoell (Saint Aubin Médoc)  intègrent le conseil d’administration.