Osons le pari d'un printemps de la citoyenneté

Jamais depuis le début du XXI° siècle nous n’avons autant entendu parler des valeurs républicaines. Les références à la liberté d’expression, à l’égalité sociale, à la fraternité laïque ont été aussi présentes dans presque tous les discours. C’est à la fois rassurant mais aussi inquiétant car on peut s’interroger sur la durabilité de cette effervescence si elle est seulement provoquée par des événements dramatiques.

En ce qui me concerne j’ai inlassablement écrit et déclaré depuis très longtemps que le salut de notre pays passerait par un renouveau rapide de la citoyenneté. D’abord par l’éducation mais le mal est tellement profond qu’il faudra de longues années. Toutes mes actions d’élu local se sont inspirées et s’inspireront de cette volonté qui me permet d’espérer un jour un printemps citoyen. Organisons vite une véritable réflexion sur une évolution des consciences et essayons de transformer une réaction collective superbe en projet social utile.

Je propose donc une campagne pour les élections départementales du 22 mars prochain reposant sur l’information directe (plus de 40 rencontres prévues) sur des propositions concrètes (programme co-construit avec celles et ceux qui le souhaitent) et sur le dialogue permanent (réseaux sociaux, échanges oraux).

D’abord il est devenu primordial de tout faire pour faire germer à la base de nouvelles relations entre les élus et leurs mandants. Le printemps citoyen doit partir du local en profitant de la période post-traumatique actuelle et se répandre comme une tache d’huile. Ensuite il est indispensable de poser les repères essentiels de la démocratie républicaine. Ils ont été ces derniers jours au cœur du discours de Manuel Vals et il faut cesser de croire qu’il appartient aux grands élus de les faire vivre. Chacune et chacun d’entre nous a sa responsabilité dans la construction d’une autre France, celle des territoires qui constituent les cellules fécondes de la République. Enfin il est fondamental de prendre sainement  une part plus grande dans la vie publique et de bâtir d’autres relations entre élus et citoyens.

J’ai toujours tout fait pour rassembler les forces de progrès et je ferai tout pour vaincre celles qui portent des idéaux néfastes à notre vie collective. Aucune concession vis à vis de l’intolérance, de la haine et des idées rétrogrades. Nous devons pour les éradiquer inventer une autre gestion locale et donc forcément une autre vision de la gouvernance reposant sur la co-construction.

Dans la continuité du Conseil Citoyen Cantonal du Créonnais qui a fonctionné au cours des 6 dernières années je m’engage donc dans une vaste opération locale de conceration et de dialogue :

  • des rencontres citoyennes sur les grands compétences départementales qu’il faut sauvegarder ou développer
  • des cafés citoyens dans des lieux publics de proximité sur les communes afin d’écouter la perception qu’ont les gens de la vie publique
  • des moments d’échanges libres dans le local citoyen du 7, rue Jean Baspeyras à Créon chaque samedi entre 10 h et 12 h 30 pour évaluer la désespérance sociale et politique.
  • un questionnaire d’expression sur le site www.jenamariedarmian.fr
  • un rassemblement de soutien qui vous permettra d’être acteurs de la campagne et surtout d’être ensuite associés à la vie départementale
  • une présence constante sur les réseaux sociaux

je ne suis pas certain que malgré l’intense mobilisation émotionnelle qui a suivi les attaques barbares les réponses soient à la hauteur de mes espoirs. C’est risqué !

J’en tirerai cependant les conséquences. Mais on ne peut plus attendre des décisions nationales pour agir. Il vous appartient de vous saisir de ces propositions et de les faire vivre grâce à

  • la citoyenneté civique en devenant porteur du message qu’il faut voter et plus encore faire voter au cours de 2015 pour reprendre pied dans la démocratie.
  • la citoyenneté environnementale en vous engageant résolument sur la transition écologique seule perspective d’avenir pour les générations qui viennent
  • la citoyenneté sociale en privilégiant en toutes circonstances la solidarité humaine et territoriale
  • la citoyenneté économique en favorisant les activités de proximité créatrices d’emplois non délocalisables et l’économie sociale et solidaire
  • la citoyenneté associative décisive en défendant ce facteur essentiel pour la vie républicaine et qui porte en toutes circonstances le droit d’expression.
  • la citoyenneté éducative en mettant tout en œuvre pour la réussite scolair
  • Chacun doit trouver sa place dans ce projet qui peut déboucher sur des pactes territoriaux sociaux, citoyens et durables bâtis avec les citoyens et qui seraient des outils démocratiques bien différents de ceux que propose la réforme en cours dans laquelle revient souvent la notion de schémas plus ou moins prescriptifs. Inversons le courant. Profitons de ces cantonales pour réagir certes mais surtout pour agir !
Ce contenu a été publié dans PARLER POLITIQUE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Osons le pari d'un printemps de la citoyenneté

  1. le chat François dit :

    Ne nous faisons pas trop d’illusions sur une quelconque volonté citoyenne de reprendre les chose en mains . C’est pourtant l’essence même du mot démocratie . Ainsi une plate forme virtuelle existe déjà permettant à tout un chacun de s’exprimer et de construire un printemps de la citoyenneté c’est le M6R . OR, après un démarrage prometteur cette ébauche de démocratie directe , ouverte à toutes sensibilités politiques , a subi un coup de frein suite aux évènements . Après « je suis Charlie » , la question est : et maintenant on fait quoi ? Le M6R offre la possibilité de mutualiser les aspirations et les propositions émanant du collectif citoyen afin que les bourgeons y éclosent dans un éventuel printemps . Mais celui ci a peu de chances de voir le jour dans cette 5ème République finissante , sclérosée et « citoyennicide » . La politique censée être l’instrument de la démocratie est entre les mains de puissances qui tiennent fermement les manettes pour imposer ce qui les arrange : la belle saison pour une élite minoritaire et le frimas de l’austérité aux autres .
    Printemps de la citoyenneté ?, possible , si chacun de nous en devient un bourgeon .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *