L’avantage de tenir une chronique quotidienne depuis plus d’une décennie c’est que souvent je constate que les textes que je propose abordent des sujets que les grands médias découvrent plusieurs jours voire plusieurs semaines après. Ainsi on semble découvrir que les élections départementales virent étrangement à un entraînement pour les… présidentielles de 2017. Je l’ai écrit il y a un mois ! Je m’égosille à expliquer, à démontrer, dans le cadre du « Printemps citoyen en Créonnais », que le 22 mars le scrutin n’a rien à voir avec les enjeux nationaux mais… Seul contre ce rouleau compresseur médiatique qui écrabouille le moindre sentiment d’indépendance de jugement dont devraient faire preuve les citoyennes et les citoyens, le discours de bon sens devient inaudible. Tous les constats concordent : en ajoutant le fait que 33 % des gens concernés ne savent pas du tout qu’il y a des élections et que plus d’un électeur sur 2 ignore tout des actions concrètes du Conseil général on en arrive à un vote qui repose simplement sur des images nationales. Le parti de l’indifférence fait à peu près égal avec celui de la contestation coalisée mais totalement hétéroclite à l’égard du pouvoir en place ! Soyons lucides ces élections échappent totalement à leur objectif initial !

Au Front national sur le canton de Créon aucune réunion, aucun tract à ce jour, aucun programme mais un zeste d’affichage sauvage conforté par les slogans débiles du M.I.L. Représentant l’UMP ! Des placards du type « mettez les communistes dehors du canton ! » ou après retirage « mettez les socialistes dehors du canton ! » garnissent les murets des giratoires du Conseil général. Le FN se réjouit de cette conjonction d’intérêts et laisse courir la bride sur le cou au vote « Marine ». Rien à faire pour ses candidats sauf à attendre que le fruit mûr des idées toutes faites tombe dans les urnes. C’est la seule tactique valable et rentable. Pas de candidat(e)s fiables dans certains secteur. inutile. Un conseiller municipal de Bègles sur le canton de l’Entre Deux-Mers… un autre de Floirac sur celui de Créon…et de pauvres personnes âgées bernées dans le Cantal ou ailleurs ! Le FN ne va pas fracasser le pays mais va faire imploser la démocratie représentative en démontrant que l’on peut atteindre près d’un vote sur 3 en moyenne en France en cristallisant les peurs, la haine, les poncifs, les affirmations sans fondements. Peu importe d’ailleurs car le seul objectif est de placer sur ces bases Marine vers les présidentielles. Un vote FN c’est simplement sacrifier son quotidien de proximité au profit d’une candidature strictement opportuniste.

A l’UMP on voit bien que les départementales permettront de départager les 2 courants internes préparant les primaires des présidentielles: celui de Juppé qui prône, comme en Gironde, une alliance UMP-UDI-MODEM dans le respect des partis et l’autre Sarkoziste qui veut modifier le parti de Droite en intégrant tout le monde afin de réserver le vote des primaires aux adhérent(e)s… Votre quotidien les deux clans ne s’en préoccupent guère voire pas du tout ! Le 22 mars au soir un futur candidat ou l’autre aura gagné ou perdu et donc de part et d’autre on a décidé de « nationaliser » les élections afin de pourvoir sur les plateaux s’approprier la victoire contre le socialisme. « Personne ne refusera les voix PS au second tour ! » a claironné Juppé en entamant une sorte d’union sacrée sur son nom et ses positions! « Votez contre le FNPS »? morgue en bandoulière explique son concurrent. Sa stratégie est claire : se présenter à partir de la cogestion actuelle de Bordeaux Métropole comme un rassembleur susceptible de dépasser les limites de son camp ! Il a d’ailleurs donné comme consigne au futur ex-président du conseil départemental autoproclamé de bien insister sur le fait qu’il laisserait des vice-présidences à l’opposition ! Le volet d’accompagnements social, il n’en veut pas ! Les compétences collèges, environnement, mobilité départementale et tout le reste il n’en veut pas ! Il est dans une stratégie nationale : votez Juppé en gironde et dans quelques départements tests pour pouvoir nationalement se parer des succès éventuels.

« Transformez les cantonales en référendum contre l’austérité » explique un magazine du Front de Gauche (Cerises) ! Peu importe les conséquences locales de cette position, même si elles ajoutent à « l’austérité nationale » un désastre local en matière de solidarité humaine et territoriale. On sacrifie un plan collège potentiel, de multiples mesures d’équité, une vraie politique départementale de gauche sur l’autel des enjeux nationaux ! La politique gouvernementale sera jugée en 2017 mais pas sur le canton de Créon et pas au détriment de candidat(e)s ayant pris leurs responsabilités dans ce domaine et surtout ayant tout fait pour en atténuer les effets néfastes budgétairement ou socialement de la crise. Dans le fond la stratégie se résume dans celle de la « terre brûlée » sur laquelle on peut espérer se reconstruire avant 2017 ! Chez les Verts une partie des militants « autonomes » souhaite également se placer dans ce sillage (elle est créditée de 2 %) et donc là encore la guerre interne des clans se reporte sur les départementales de manière indirecte. Il est à peu près certain que les affrontements entre membres de la gauche laissera sur le carreau dès le premier tour tous les candidats placés en troisième ou quatrième position car ils n’ont pas pris en compte une abstention record !

Le 22 mars au soir tout ce monde pourra dans le fond se réjouir en mettant un pied sur les ruines réputées fumantes du PS ! L’avenir des gestions départementales. Le fait que l’on aura fait éliminer des socialistes proches de vous ! Vous parlez de quoi ! Plus que 14 jours pour s’égosiller !
Jean-Marie Darmian