Situation vécue. Lors de l’inauguration du Pôle d’Activités et de Soins Adaptés (PASA) permettant d’accueillir, dans la journée, les résidents de l’EHPAD du Château Vacquey àS alleboeuf ayant des troubles du comportement modérés, dans le but de leur proposer des activités sociales et thérapeutiques, individuelles ou collectives, afin de maintenir ou de réhabiliter leurs capacités fonctionnelles, leurs fonctions cognitives, sensorielles et leurs liens sociaux, j’ai croisé la route d’une dame qui m’a ainsi apostrophé :
« Bonjour, vous êtes Monsieur Darmian
-Oui Madame. Bonjour
-Vous êtes candidat aux élections ?
-Oui madame
-Je vous aime bien et je voterai pour vous mais attention il ne faut pas trop nous augmenter les impôts locaux !
-Lesquels madame ?
-Les impôts locaux quoi !
-Ceux que vote le conseil général
-Ben oui !
-Mais vous savez que nous ne votons qu’un seul impôt ?
-Ah ! Non ? J’ai lu que vous augmentiez encore les impôts locaux… »

Arrêtons là ce dialogue ! En définitive après presque 2 mois de campagne reviennent toujours comme un boomerang les mêmes mots dont celui qui est en tête au hit-parade : « impôts » ! Il faut savoir que le 22 mars vous voterez avec l’espoir de voir moduler une seule taxe par le conseil départemental, celle du Foncier bâti car les autres dépendent de la commune ou de l’intercommunalité. Il existera des gens qui refuseront d’accorder leur confiance à un élu sortant au prétexte qu’il a trop augmenté des prélèvements qui ne dépendent pas de lui. Outre le fait que c’est une nouvelle confirmation de la confusion régnant dans l’esprit de citoyens pouvant pourtant être éclairés on peut y voir une raison pour laquelle la campagne a dérivé sur des thèmes nationaux facilement exploitables ! Le mal est profond avec des demandes de vote sur des généralités ne recouvrant aucune réalité.

Depuis la suppression absurde et brutale de la taxe professionnelle remplacée par des surtaxes vers le milieu économique (beaucoup payent actuellement beaucoup plus par cumul) il a fallu adapter le maquis des ressources par imposition directe des ménages mais qui s’en souvient ? J’étais de ceux qui ont mis en garde à l’époque sur cette décisions sarkozyste démagogique s’il en est mais… rien n’y avait fait (j’ai le compte-rendu intégral des sessions plénières à la disposition des sceptiques) et l’ex-futur président autoproclamé avait justifié cette mesure par… « l’intérêt économique ». Sauf que maintenant il est, comme bien d’autres à droite, dans le camp des braillards qui expliquent que la majorité départementale socialiste est uniquement composée de « matraqueurs fiscaux » alors que la taxe sur le Foncier bâti ne concerne que 30 % des foyers girondins (propriétaires de biens immobiliers) et qu’elle n’entre que pour moins de 17 % dans les ressources du département ! Les ménages ont été les grandes victimes de cette lubie présidentielle destinée à « éviter les délocalisations » mais ils vivent dans un rêve voulant que notre système social puisse vivre au niveau où il est sans contribution de chacun à son fonctionnement ! En ce qui concerne la Gironde la hausse sur 4 ans aura été de 1,7 % du taux soit 3 € par an sur la base d’imposition moyenne du foncier bâti dans département ! Le reste ne relève en rien de la responsabilité de la majorité départementale progressiste du Conseil général. Le reste n’est que désinformation abusive et partisane!

Mon interlocutrice de Salleboeuf m’ayant précisé qu’elle n’était que locataire… elle ne règle pas un euro en faveur du financement direct du Conseil général ! Elle va pourtant voter peut-être contre… une augmentation abusive de taxes qu’elle n’acquitte pas ! Si elle ne lit que le tract du FN ou celui de l’UMP-UDI-MODEL-SANS ETIQUETTE elle peut effectivement être bernée tellement le libellé est truqué, abusif et caricatural. C’est de la désinformation caractérisée.
Sur un torchon du FN on peut lire « la Gironde est au 29° rang sur 104 des départements pour la fiscalité ». Affligeant et honteux car il manque : « des plus faibles »… taux de fiscalité !

Tout est ainsi dans une démocratie qui part en lambeaux car elle ne repose plus que sur le culot, l’ignorance, le mensonge et la crédulité de gens prompts à aboyer avec les loups qui finiront par les dévorer !

C’est une véritable souffrance d’entendre, de lire ce déluge de mots sans aucun sens sans pouvoir répondre et simplement rétablir une vérité dont plus grand monde a le souci… La démocratie en mourra car le principe édicté par Alfred Sauvy : « Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets. » Nous acceptons par indifférence de devenir des sujets !
Jean-Marie Darmian