L'interminable querelle sur les impôts locaux !

La notion très en vogue au FN et à l’UMP de matraquage fiscal est toute relative puisqu’elle dépend simplement du camp dans lequel se trouve celle ou celui qui la propage. Dans la quasi-totalité des cas elle est lancée par l’opposition qui prétend que toute augmentation des taux de fiscalité locale relève forcément d’une âme perverse de « tabasseur » du contribuable, espèce loin d’être en voie de disparition. Bien évidemment les auteurs de cette accusation de « matraquage » honteux que les « soixantuitards » adressaient aux CRS aux représentant d’un gouvernement jugé odieux et dépassé sont souvent très au point sur la manière dont fonctionne la fiscalité locale. Ils savent bien que les élus qu’ils critiquent votent des taux appliqués à des bases et donc très différentes en résultat d’un foyer à un autre ! Une augmentation n’a vraiment pas les mêmes conséquences pour le propriétaire d’une villa de 300 m² ou d’un appartement en ville ou pour celui d’une maison d’habitation de constructeur industriel de 80 m² mais selon le principe de l’amalgame on tente de faire frémir par avance le « cochon de payant ».
La période de fin avril est extrêmement propice à ces titres prétendument accusateurs des journaux locaux : « Impôts + 3 % ou + 5 % ou + 6% » . Ces annonces voisinent avec celles apparemment plus rassurantes : « impôts pas d’augmentation ou stabilité ». Or il se trouve que cette année faite de diminution sensible des dotations accordées par l’Etat aux collectivités territoriales il faut à la fois maintenir le niveau des services réclamés par toutes les strates de population à titre individuel et donc indispensables et laisser accroire que l’on peut se passer de contribuer à leur financement. C’est alors que la gauche critique violemment les choix de la droite majoritaire quand la droite d’opposition vilipende les socialistes en position de gestion. C’est donc parti partout sans aucun sens réel des analyses objectives.
Toulouse ne sera pas la seule ville qui verra augmenter ses impôts locaux. Bien d’autres vont le faire. Le maire de la ville rose a pourtant annoncé et fait voter pas sa majorité de droite une hausse de 15% en 2015 et encore 15 % en 2016  sur les taxes d’habitation et foncière. Par ailleurs la part intercommunale votée jeudi par l’agglomération Toulouse Métropole augmentera de 7,5% cette année et sans doute d’autant l’an prochain. La plupart des grandes villes sont sur la même ligne. Derrière Toulouse, c’est Lille qui affiche la plus forte hausse avec +10,5% cette année. Les impôts locaux augmenteront aussi à Bordeaux, +5%, cela vient d’être voté. Lyon également, +5%, Marseille, +4,9%, Strasbourg, +3% et on enchaîne dans quasiment toutes les métropoles selon le réalisme dont font preuve les élus face à ce qui les attend en 2016 et 2017 ! Si « gouverner » c’est prévoir ils sont en effet bien inspirés !
Ces hausses annoncées ou votées correspondent selon celles et ceux qui les proposent au recul des dotations de l’État. Elles sont votées pour compenser le manque à gagner maintenant connu par des recettes fiscales en baisse. Un paradoxe puisque l’objectif inavoué du le gouvernement était de faire baisser les dépenses, notamment de fonctionnement… en appelant à contribuer au redressement des comptes publics de l’État ! La décision a conduit à une forte augmentation des taux d’imposition et donc à une baisse décalée du pouvoir d’achat dans des proportions très variables. Au palmarès des villes qui ont le plus augmenté leurs taxes foncières depuis 10 ans, Marseille arrive en tête (+24%), devant Rennes (+18%) et Nantes (+17%)… mais là encore le pourcentage n’a pas grand sens dans la mesure où il faudrait connaître le plancher !
Bordeaux aura après cette augmentation le quatrième taux le plus élevé en termes de taxe d’habitation parmi les grandes villes de France, et le second taux le plus élevé en matière de taxe foncière. Mais comme  c’est Juppé qui les propose et les met en œuvre on aura à l’UMP une indulgence médiatique particulière à l’égard de celui qui passe pour un gestionnaire hors pair aux yeux de celles et ceux qui combattent les augmentations chez les uns et s’habituent facilement à celles que mettent en œuvre leurs « idoles »! Et il reste à attendre la « couche suivante » que va passer la Métropole en fin de semaine prochaine ! Même déclarations, même constats et mêmes votes !
Pour ma part je sais que ma base de foncier bâti pour mon domicile sur Créon va augmenter de 15 euros et que la seule part départementale devrait globalement croître de 12 euros sur la totalité de l’année 2015 soit 1 euro par mois ! Bien évidemment ce sera du matraquage fiscal dont je ne me remettrai pas comme propriétaire habitant !
Jean-Marie Darmian

Ce contenu a été publié dans GESTION LOCALE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à L'interminable querelle sur les impôts locaux !

  1. Chris dit :

    27 euros de plus sur la feuille d’impôts ce n’est pas neutre. car les revenus n’augmentent pas et au final ils baissent même avec tous les prélèvements et impôts en hausse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *