Des jugements qui rassurent sur la justice

Quel est le point commun entre Eric Woerth, Dominique Strauss-Kahn, Daniel Legrand ? Tous trois ont été acquittés par la justice après une longue déferlante médiatique de doutes et d’accusations sur leur comportement ou leur action. Pages entières dans la presse écrite et tous les grands magazines d’information avec titres racoleurs , heures cumulées de reportages télévisés, documentaires bourrés de certitudes, commentaires divers et « avariés » sur des sujets très graves reposant sur des fuites ou des supputations mais jamais sur des preuves. En fait parfois on a frôlé le lynchage comme s’il fallait absolument se substituer à la procédure judiciaire soupçonnée d’indulgence préfabriquée. Des mises en examen sont venues renforcer ce climat particulier qui entoure le système d’accusation français.
En fait tout ce tapage vendeur prétendait rendre justice avant même que celle-ci ait fini son boulot. La présomption d’innocence qui ne repose souvent que sur l’utilisation partielle du conditionnel est à géométrie variable dans une société spectacle. Quand on ajoute le cul, le fric et pour deux d’ente eux la politique rien n’est plus raisonnable. Par contre les mêmes ingrédients appliqués ailleurs ne prennent absolument pas la même importance alors qu’un déluge peut s’abattre sans discontinuer sur les personnes « publiques ». La célébrité que les plateaux des télés leur ont accordée renforce alors la sévérité de celles et ceux qui vous y ont accueillis. En tous cas il y a une certitude ces exploiteurs des affaires n’en feront jamais en quantité dans le « positif » autant qu’ils en ont produit dans le « négatif ». Rien n’effacera jamais les cicatrices laissées dans l’opinion sauf si justement les « accusés » ont le cuir tanné au point de ne pas les voir ou les sentir, ce dont je doute.. Daniel Legrand n’a pas par exemple résisté à cette horrible pression qui écrase toutes les formes de résistance. Tout le monde oublie que des juges ont besoin de preuves certaines pour condamner et c’est heureux ! Ils ne jugent pas non plus sur des principes moraux. Les médias donnent en pâture des « récits » ou des « appréciations » ou des « fuites » orientées des fonctionnaires ayant en charge une enquête réputée secrète. Ainsi on construit des vérités démenties finalement par les verdicts judiciaires.
Les trois jugements posent vraiment un problème de fond qui sera vite occulté : existe-t-il selon les personnes des « instructions » à charge ? Une seule peine prononcée à Lille sur la base de preuves matérielles alors que les juges d’instruction, dans leur épaisse ordonnance de renvoi, avaient présenté cette affaire comme un réseau de «proxénétisme aggravé avec les circonstances de la réunion» opérant à partir de l’hôtel Carlton de Lille, en France et à l’étranger pour satisfaire, entre autres, les besoins sexuels de l’ancien patron du Fonds monétaire international. Et à chaque fois, dans le jugement les mêmes mots employés par le président du tribunal, au fil des 147 pages de ce verdict motivé jusque dans les moindres détails: «L’enquête et l’instruction n’ont pas permis d’identifier…». Peu importe l’appréciation que l’on porte sur le comportement de DSK mais il faut bien admettre que rien ne justifiait le libellé de l’accusation. Le coté bizarre c’est que les faits sont avérés pour lui mais pas condamnables et c’est certain qu’il y a aura toujours des moralistes pour s’offusquer de cette situation. Je le conçois mais ils devraient admettre que le verdict préserve le bien le plus précieux de notre démocratie : la fiabilité de la justice ! Rien d’autre n’est intéressant.
Même analyse pour Eric Woerth dont le jugement doute fortement des affirmations qui sont les siennes mais qui reconnaît n’avoir aucune preuve formelle des agissements de l’ex-Ministre. « Il existe donc une forte suspicion de remise d’argent des fonds Bettencourt, sans que la démonstration de la remise soit totalement acquise. » Même si elle l’était, l’ancien ministre du budget a obtenu un non-lieu définitif en 2013 sur le financement illicite de parti politique. Pour qu’il soit condamné pour recel d’abus de faiblesse, il faudrait qu’il ait eu connaissance à la fois de l’origine illicite des fonds et de la vulnérabilité de la vieille dame, ce qui « n’est pas démontré », constate équitablement le tribunal… Contester une telle décision relève d’une dangereuse dérive en matière de conception du rôle de la justice. Ensuite libre à chacun comme dans le cas précédent d’avoir son idée sur la réalité des faits.
Il faut donc se réjouir des sentences rendus par les juges dans ces 3 « affaires » qui désormais n’en sont plus. Elles illustrent parfaitement la société dans laquelle on « assassine » par les mots. Personnellement je condamne cette société dans laquelle on en arrive désormais à offrir à des collégiens ou à des lycéens une application pour répandre des rumeurs, des insultes, des horreurs. Ils seront les citoyens de demain qui devront apprécier le rôle de la justice ce qui a tout lieu d’inquiéter !

Ce contenu a été publié dans PARLER SOCIETE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Des jugements qui rassurent sur la justice

  1. CUSSAC dit :

    Je partage cette analyse. Il y a une vingtaine d’année le PS voulait supprimer les Juges d’Instruction (je cite Maître KIEJMAN) dont leur action est particulièrement mise en cause dans les procès cités supra. Dans un passé récent ceux là même qui voulaient leur suppression s’y sont opposé quand la droite a voulu le faire. Aujourd’hui le problème se repose. Mais on n’empêche pas à ce jour la multiplication « d’affaires » très très couteuses aux contribuables qui finissent en eau de boudin. Je n’ai pas besoin d’en faire la liste. Combien sont en cours qui finiront de même avec des gens salis et meurtris !! Est ce vraiment de la Démocratie ou bien des montages orientés pour nuire ? beaucoup se posent la question, moi aussi. Il n’empêche que nombreux sont les oppoprtunistes qui sautent sur le morceau à des fins idéologiques ou e faire valoir sans respect de la présomption d’innocence.

  2. Catherine dit :

    1-lynchage médiatique surfant sur notre émotivité…du moment
    2-notre pathétique appétence pour les faits-divers [à vrai dire on ne s’intéresse qu’aux situations auxquelles nous pourrions être personnellement exposées]
    3-il y a 30 ans de ça, une ex belle-mère rêvait d’un joli manteau;
    mariée à un type sympa, elle avait cessé son boulot pour élever leurs enfants
    Et me confiait son souci de devoir faire qques efforts sous la couette pour obtenir ledit manteau [troublée, et à ce jour j’ignore tjrs s’il s’agit de proxénétisme]
    4-je me suis rendue sur le site de l’application qui véhicule les ragots :
    [« application gratuite permettant de mettre en ligne des potins de façon anonyme. Afin d’avoir une vue sur les potins qui nous « intéresse » votre compte accède à vos contacts (téléphonique et Facebook) dans le but de vous faire accéder aux potins postés par ces derniers ou concernant l’un d’eux. L’accès aux contacts garantit tout de même un total anonymat »]
    5-Anonymat ? Qqch de similaire aux dénonciations de nos trop brunes années

  3. Excellent, …..est-ce à dire que sans ce « lynchage » Dominique serait en lieu et place de François?………..quand aux autres….j’ai ma « conviction intime » et je lui fait confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.