L’ailier fidjien de Montpellier Timoci Nagusa a affirmé s’être fait traiter de « singe » par un supporter adverse lors du match perdu par son équipe à Pau (16-26), samedi à l’occasion de la 2e journée de Top 14. Sur les images filmées par les caméras de Canal+, le Fidjien semble s’expliquer avec véhémence avec un groupe de supporteurs palois dans la foulée de son exclusion temporaire (30e). Le président de Pau s’est dit « outré » par ce que comportement et assure que s’il est avéré, il fera en sorte « que ce genre de personnage n’ait plus de place dans le stade ». Son homologue montpelliérain ne compte pas en rester là et va « accorder à cette affaire toute l’attention qu’elle mérite ». Il faut espérer que ces déclarations ne resteront pas de principe et qu’effectivement on verra la police et la justice prendre en mains cet acte du racisme au quotidien.
Je partage totalement l’avis d’Alain Juppé qui pense que « ce pays (La France) devient fou ! » mais je regrette que ce ne soit qu’un constat sans solution ! Il donne dans des entretiens récents, en exemple les lettres qu’il reçoit en Mairie et qui contiennent des dénonciations, des propos clairement racistes comme celle qui critiquait la une du magazine municipal avec « un asiatique ». C’est le lot de beaucoup d’élus de gauche qui, dès qu’ils affichent une position tolérante, fraternelle, objective se retrouvent en position d’accusés. Tout le monde est tétanisé par cette montée insidieuse du racisme « ordinaire ».
Le monde du sport n’est plus épargné par ces éructations fascisantes. Dans les stades de football les plus huppés comme autour des pelouses les plus humbles les insultes fusent dans l’indifférence générale ou presque. Le fait que Nagusa ait été traité de « singe » dans une enceinte dédiée au rugby est beaucoup plus désastreuse. On n’y était pas habitué car il existe un climat beaucoup plus paisible en Ovalie que dans certains autres lieux où les vociférations sont prises pour des encouragements. Mais on aurait tort de penser que ces actes sont réservés aux grands clubs.
On ignore souvent que le 2 juin 2009, un footballeur amateur évoluant en deuxième division départementale à Lagnieu est devenu le premier footballeur français (et le seul!) condamné pour insulte raciste sur un terrain. Lors d’un match le joueur de Lagnieu traite un adversaire de « sale nègre » et « sale singe ». À la suite de cela l’arbitre arrête le match ce qui est très rare (ce devrait être systématique!). Suspendu, celui aui vait proféré les insultes a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et 1 500 euros d’amende pour insultes racistes. Il s’agit là d’un jugement historique en France puisque pour la première fois, la justice avait condamné un footballeur pour racisme. Il faudrait que bien d’autres cas similaires connaissent le même processus. On n’a pas encore vu de tels faits dans les autres spécialités sportives collectives.
Il suffit cependant de se glisser anonymement dans une foule assistant à un événement et avoir les oreilles aux aguets pour entendre des commentaires qui font froid dans le dos. Le « bon » peuple s’accorde des positions terriblement inquiétantes et renforcées par des déclarations politiciennes de femmes ou d’hommes n’hésitant pas souffler des idées toutes faites. Depuis que je ne suis plus maire et que je peux laisser traîner mes oreilles je confirme les propos de Juppé : le racisme touche absolument toutes les couches sociales. Je n’ose même pas écrire ce que j’ai pu entendre ! Celles et ceux que l’on pourrait croire éduqués entrent lentement mais inexorablement dans ce marécage des idées.
La rentrée scolaire de cette année tournera autour de ces phénomènes d’exclusion qui se cristallisent autour du refus de la « mixité sociale » refusée par les parents mais aussi par certains enseignants. Il sera très difficile pour Najat Vallaud-Belkacem de l’imposer dans les faits. L’école creuset des races et des origines : ce fut le cas et j’ose écrire que ce n’est plus le cas !
Un calcul résume cette situation  : sur 66.317.994 habitants il y aurait 75 % soit 49.738.495 de français qui déclarent qu’il y a trop d’immigrés en France. Étonnant quand on sait que la France est l’un des pays qui, en Europe, a peu d’immigrés, mais qui a la particularité d’en enfermer le plus. Et on trouve au palmarès des « victimes » les Roms : (87% des Français ne veulent plus les voir) puis les gens du voyage longtemps qualifiés de « voleurs de poules » ( 82% des Français n’en veulent plus) et ensuite les Musulmans : (56% des Français ne les veulent pas). On trouve aussi les maghrébins , les asiatiques et les Juifs et enfin les noirs… Les agressions se multiplient et la parole n’a plus aucun complexe… l’écriture non plus et on n’est pourtant pas dans les années 40 !