Un courrier du cœur constitue en général une rubrique assez superficielle que plus beaucoup de magazines maintiennent dans leurs pages. C’est désuet et remplacé par des déclarations ou des répudiations enflammées ou dévastatrices sur les réseaux sociaux quand ce n’est pas par un SMS laconique. Le mien est beaucoup plus concret et probablement moins excitant Quoi que pour l’excitation je m’y connais et je crois que mon cœur n’a pas trop supporté ! Il a comme toutes les « compagnes » merveilleuses témoigné de son esprit de révolte de la pire façon : deux scènes de ménage fracassantes qui ont conduit à une certaine forme de révolte. Il m.a abandonné par non consentement mutuel. Il y avait tellement d’électricité dans l’air que les courts circuits se sont multipliés. J’en avais plein les oreillettes et les rapports que j’entretenais avec elles a viré au divorce pur et simple !
La première m’a abandonné une nuit d’avril juste après que j’ai battu la campagne. Entrée en transes elle a nécessité une hospitalisation d’office ! Je m’en suis remis à Saint Augustin et après quelques hésitations j’y ai trouvé un mode opératoire me permettant de me débarrasser de ces rythmes endiablés qui perturbaient mes jours. Rien de bien définitif cependant et la reprise de la vie à deux n’a jamais été parfaite ! Micro-crises, angoisse permanente, affaires de cœur courantes peu désagréables, abandons au mauvais moment, méfiance réciproque : rien de stable et d’acquis ! Tous les traitements ont trébuché sur la ne volonté manifeste d’indépendance. Les spécialistes de ce type de couple concernés ont eu beau me rassurer l’avenir n’a jamais été rose et le dialogue avec eux trop superficiel. Un parcours en dents de scie qui augurait d’une réconciliation médiocre. Saint Augustin avait partiellement répondu à mon attente !
C’est souvent le samedi soir que surviennent les ruptures si l’on se fie aux statistiques matrimoniales. Ce fut donc pour ne pas les faire mentir que la tempête souffla ce soir là ! Elle nécessita les grands moyens avec interventions multiples : l’ambulance de Sandra et les urgences. Après Saint Augustin il fallut faire confiance d’urgence à Haut-Lévêque ! Accueil d’une extraordinaire qualité et un diagnostic aussi rapide que possible : fibrillations auriculaires du côté gauche. Traitement de choc durant 3 jours et je répartis réconcilié provisoirement avec celle qui venait de me trahir. Sauf que les risques de retour de la querelle m’incitait à trancher dans le vif ! La proposition du plus grand spécialiste site français si ce n’est mondial d’éradiquer les causes du mal dans les meilleurs délais recueillit mon assentiment. Tout fut réglé avec minutie, compétence et souci d’humanité. Une équipe spécialisée se mi-temps en route comme pour me faire comprendre qu’on ne badine pas avec un désamour avec ses oreillettes.
La proposition de servir à faire progresser un mode opératoire par cryogénie recueillit mon assentiment! J’eus donc le privilège de boucler la soirée opératoire du service sous le regard attentif d’une demi-douzaine de spécialistes en devenir. Installation spéciale, protocole modifié et à l’arrivée près de 3 heures d’ajustements extraordinairement habiles pour se débarrasser des causes de cette agitation intempestive. J’ai été et je reste un ardent défenseur sur service hospitalier public mais là j’en deviens un farouche partisan.  » cette technique a été mise au point en France mais elle sera commercialisée par une société américaine  » m’explique le cadre infirmier ayant tout préparé.  » Pas les moyens pour nous d’éviter cette réalité » ajoute-t-il avec fatalité ! Une douleur supportable (morphine aidant !) et un brin de patience me mena au bout de l’épreuve avec un tendre soutien de tout le personnel. Le test a été concluant : on peut jeter un froid et réussir à réconcilier ce qui paraissait en voie de séparation.
Voilà je vous avais promis sur FB un courrier du cœur : celui est sincère, vrai et proche et j vous propose de fredonner en hommage à Leny Escudero : pour une oreillette qui ne marchait pas… Vous connaissez la suite !