La personnalisation outrancière de la vie politique française inspirée par le star-system américain devient extrêmement préoccupante pour la démocratie. On le voit de manière caricaturale avec les élections régionales qui sont au scrutin de liste proportionnel. Très très rarement voire jamais on a expliqué aux électrices et aux électeurs les règles qui régissent leur vote : ils ne choisissent as que le premier ais surtout ils permettent aux suivants de devenir élus. La folie absurde des sondages accentue d’ailleurs cette ignorance sur les modalités d’un scrutin reposant que sur le nom de celle et celui auquel le fauteuil présidentiel provincial est promis. On vote pour la « marque » Le Pen sans se soucier un seul instant de qui figure derrière elle. Il en est de même dans tous les partis où on imagine qu’une région deviendrait la propriété d’une seule personne et que sa gouvernance ne dépendrait que d’elle. C’est le défaut principal du procédé qui conduit à ne s’intéresser qu’aux têtes de gondole sans s’intéresser un seul instant au peloton. La force du FN repose en grande partie sur un paradoxe : célébrité de quelques leaders et anonymat absolu des suiveurs. C’est aussi une spécialité de l’ex-UMP qui a planqué dans le sillage de quelques-un(e)s de ses figures symboliques des intégristes catholiques ou des anti-avortement ou des leaders des manifestations contre le mariage pour tous. Aucune analyse réelle de ces rassemblements n’a été réalisée et donc on trouve des assemblages angoissants.
Par exemple dans la région PACA derrière le sourire angélique du chef frontiste on trouve des gueules moins réjouissantes. Qui a repéré le cinquième sur la liste frontiste sur une liste départementale, une figure de l’extrême droite niçoise (inutile de donner son nom pour éviter une nouvelle publicité) va ainsi, dimanche, entrer au conseil régional, quel que soit le résultat. Membre d’Unité radicale, organisation politique dissoute après l’attentat manqué contre Jacques Chirac le 14 juillet 2002, puis cofondateur du Bloc identitaire, il a commencé sa carrière politique à la droite du FN avant de se lancer dans des aventures électorales niçoises reposant sur des coups médiatiques odieux au caractère raciste avéré. Il apporte une caution vraiment « musclée » à celle qui tente de rester derrière la ligne blanche des propos outranciers de son papi gâteux !
La Voix du nord a compilé les déclarations de l’un des colistiers de celle qui se veut irréprochable dans le Nord Pas de Calais Picardie. Le 16 septembre, dans un communiqué titré: « La violence des clandestins contamine le centre hospitalier de Calais, ce candidat demande au nom du FN d’“ interdire l’accès aux centres de soins aux clandestins ”, ces “ indésirables ”. Une autre n’y est pas allé avec le dos de la cuillère brune : « Beaucoup de Français se reconnaissent dans les valeurs qui constituent le socle de notre identité et qui permettent de redresser la France: le travail, la famille et la patrie. Autant de valeurs qui ont été abandonnées depuis quelques décennies par la gauche et une partie de la droite.».
Dans l’Est de la France on trouve un disciple des Le Pen qui affirme sur sa page FB : « Des innocents ont été fauchés par l’islam» et souhaite voir la menace supprimée « par les armes ». « Il est temps de dénoncer la nocivité du coran, de la charia, et de l’islam. Nos frères chrétiens du Liban qui résistent depuis 1000 ans en savent quelque chose ». Il y avait eu déjà en Gironde des remises au pas de candidats lors des départementales dans le Langonnais et il y a peu un candidat y est allé de son commentaire traduisant simplement ce que pensent beaucoup d’autres colistier(e)s mais qu’on leur interdit absolument de dire ou d’écrire :  » L’islam a encore frappé, écrivait-il ainsi. Depuis des décennies nous tirons la sonnette d’alarme, (…) mais bien entendu nous, Front national, sommes ‘d’affreux racistes extrémistes’. Il faut faire la ‘part des choses’, considérer les ‘bons’ et les ‘mauvais’ musulmans, accepter leurs us et coutumes pour ne pas les ‘froisser’… Foutaises ! » « Oui nous sommes en guerre, et il est plus que temps de prendre les armes et de libérer la France de cette hydre puante et mortifère qu’est l’islam « . Il est vite rentré dans le rang après s’être fait tancer par les tenanciers du fonds de commerce frontiste.
En fait les fachos d’antan existent toujours mais ils sont surveillés, muselés, planqués, aseptisés sur des listes constituées avec des gens dénués de toute expérience de la vie collective mais réunis par la haine diversifiée de celles et ceux qui ne pensent pas comme eux. C’est maintenant suffisant dans notre pays pour être élu(e) au scrutin proportionnel de liste. Aucune réunion publique, des programmes stéréotypés et surtout peu distribués, des éléments de langage tout prêts ressassés, des provocations calculées et une promotion répétitive d’un quarteron de leaders confisquant toute la communication officielle : le résultat est détonnant pour un FN clanique quand la Droite est parcellisée par sa primaire putative, la Gauche déchirée entre des rivaux ancestraux et le centre dilué dans des alliances à géométrie variable. On va encore échapper au pire mais il sera toujours devant nous.