Qui c'est le plus fort? C'est Nanard !

Bernard Tapie a toujours eu le bon réflexe au bon moment ? Certains appellent cette attitude d’ « opportunisme », d’autres la qualifie « d’habileté » et ils existe des admirateurs qui pensent qu’il s’agit d’une forme d’intelligence concrète. Peu importe d’ailleurs car dans tous les cas « Nanard » comme l’avait baptisé Les Guignols ne laisse personne indifférent. C’est d’ailleurs son objectif permanent : donner quand il le veut dans toutes les circonstances une opportunité aux médias d’alimenter son image. Il se veut « direct » alors que c’est un merveilleux joueur de billard à 3 ou 4 bandes, il se présente comme « courageux alors qu’il ne cesse de louvoyer, il se proclame « sauveur » alors qu’il a construit les bases de sa notoriété en pillant des entreprises, il se vante d’être « fidèle » alors qu’il a témoigné d’un opportunisme permanent… mais dans le fond c’est un bon client pour tous les journalistes.
J’ai approché le personnage dans sa période de fabricant de résultats sportifs et j’ai pu comprendre que sa force résidait dans le copinage, la sélection et surtout une capacité à répondre sur tous les sujets 24 h sur 24 et 7 jours sur 7 quand c’était utile à son image. Il vient de se souvenir une citation de Churchill : « on n’est jamais mort en politique ! » alors que l’on peut succomber aux attaques dans tous les autres secteurs de la vie sociale. Les résurrections sont nombreuses et il sait que quand tout est perdu ailleurs il est toujours possible de jouer la carte du retour sur la scène politique. Pas de raison de renoncer quand on voit le « come-back » dans les sondages de Juppé, les envies irrésistibles de Sarkozy, les multiples renouveaux de Bayrou ou les moments heureux que vient de vivre Fabius ! Il a donc analysé la situation et battu sur le terrain judiciaire il va attaquer sur un autre plan celles et ceux qu’ils considèrent comme responsables de sa déchéance économique.
Il sait fort bien que durant cette période personne n’a agi après la déroute des grands partis aux régionales ! Ils en sont incapables ! Bernard Tapie, propriétaire du quotidien La Provence dont j’attends de voir comment on va le dessaisir, s’est lancé en politique il y a 25 ans. Il s’est souvenu qu’il avait été député des Bouches-du-Rhône entre 1989 et 1992 puis entre 1993 et 1996, et, pendant quelques mois, ministre de la ville dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy. Autant de postes qui outre l’avantage de l’exposition médiatique lui ont offert… l’immunité !
A moins d’une quinzaine de mois des présidentielles et des législatives il s’ouvre la possibilité de revenir dans le jeu. Il vient par la même occasion envoyé un message clair à François Hollande : « mon bon François si tu veux être second derrière la vague bleu marine il te faudra au premier tour toutes les voix. Si par hasard j’annonce ma candidature et que je la maintiens avec un peu plus de 5 % tu es mort… Alors réfléchis bien ! A bon entendeur salut ! » Il est certain aussi que Sarkozy a également reçu 5 sur 5 l’alerte à double détente : d’abord les primaires, ensuite le premier tour pour l’Elysée ! Dans le fond il « emmerde » tout le monde. Rappelez vous Mitterrand avec la candidature Couche ! Il s’est brutalement rappelé le soir du 12 juin 1994, date à laquelle : La liste Énergie Radicale conduite par un certain Bernard Tapie obtenait 12,03 % et 13 élus aux élections européennes… ce que les radicaux de Gauche qui l’avaient accueillis n’ont jamais retrouvé. Opportunément l’annonce de son retour intervient en effet alors que la justice l’a tout récemment condamné à rembourser l’argent reçu à la suite d’un arbitrage privé dans le cadre de son contentieux avec le Crédit lyonnais.
Bien évidemment il faut envelopper ce « retour calculé » de bonnes intentions pour paver le chemin vers l’enfer du pouvoir où il avait juré qu’on en le reverrait plus. Motivé (vous pouvez le croire!) par « le résultat des régionales », qu’il perçoit comme « un signal d’alarme » pour « tous ceux qui ont l’envie et la compétence d’apporter des réponses aux problèmes du pays ». Il veut « faire quelque chose » contre le Front national et ses bons résultats : « Personne ne peut contester mes succès passés face au FN notamment aux européennes de 1994, quand je l’avais ramené, comme je l’avais promis, à 10 % des voix. C’est toujours faisable à condition d’adopter les bonnes méthodes. ».
Ce sera le premier axe transversal droite-gauche de son retour. Il y ajoute avant que Valls le fasse des « mesures radicales contre le chômage des jeunes » avec un rapport qu’il remettra fin janvier à toutes les autorités de ce pays ! Seconde approche transversale et populaire si ce n’est populiste. Il va se placer le mieux possible dans le marigot politicien et attendre de savoir qui osera aller chercher les 400 millions qu’il doit à l’Etat !
Lagarde vient d’être traduite devant la cour de justice et le « cas Tapie » va causer quelques autres ravages chez les sarkozystes surtout si le revenant se met à causer. Hollande va se souvenir de ses propos lors du retour de « Nanard » au gouvernement après un procès manque : « La première fois, c’était une erreur. La deuxième, c’est une faute. » Quant au Fn il fanfaronne mais sait fort bien que dans le fameux débat des gants de boxe de septembre 1989 où il avait « découpé » Le Pen ! Et en plus maintenant il a La Provence… en mains au moins jusqu’en 2017 ! Qui c’est le plus fort ?

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, PARLER MEDIAS, PARLER POLITIQUE, PARLER PRESIDENTIELLES, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Qui c'est le plus fort? C'est Nanard !

  1. C.R dit :

    Il revient en politique UNIQÜEMENT pour sauver sa peau :c’est totalement lamentable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *