Enfin pouvoir me regarder dans la glace en me rasant…

Il y a exactement 40 ans que je cotise au Parti socialiste. J’y suis arrivé avec l’espoir au cœur dans le sillage des Girondines et des Girondins qui partageaient les idées de Michel Rocard. Je vous annonce que dès aujourd’hui je me mets en congé du PS avec le sentiment que je ne peux plus rien apporter à l’actuel parti. Ma présence n’offre aucun intérêt et en plus je ne supporte plus les gouttes successives accumulées ces derniers temps dans un vase qui vient de déborder. Le liquide ressemble à de la ciguë pour ma conscience. Je ne veux pas voir mourir ce pacte signé avec un socialisme que j’avais façonné à ma façon. Je me retire donc avec mes regrets et mon passé. Je dirai que je suis de Gauche par simple opposition au FN et à l’ex-UMP et je n’irai pas voir ailleurs.
J’avais connu les salles enfumées sentant le Clan, l’Amsterdamer ou la Gitane Boyard du PSU dans lesquelles les discussions s’éternisaient autour de la définition d’un mot. J’avais aimé combattre le monde la finance avec Henri Souque qui prêchait déjà dans le vide pour un contrôle accru de l’évasion fiscale. J’avais croisé la route idéologique de Laure Lataste pasionaria de l’autogestion et première femme que j’ai vu s’engager dans la bataille électorale. J’avais aimé entendre Pierre Brana m’apprendre que « la politique n’est qu’un rapport de forces ». J’avais été disciple le de Philippe Madrelle l’infatigable laboureur de la Gironde et j’avais été le comparse de Pierre Garmendia le compagnon rude et exigeant de la vie la Rive-Droite. J’avais perdu mes illusions en juin 1968 après un mois de mai où je m’étais éclaté intellectuellement et physiquement et que je voulais retrouver. J’avais pourtant été mis en garde par mon instituteur formateur syndicaliste qui ne voulait pas que je mette un doigt dans la machine à broyer les esprits, d’un parti. J’avais écouté avec intérêt les déclarations de Mitterrand sur ce nouveau PS fort de ses courants fondateur. Habitué au fonctionnement identique du syndicat national des instituteurs j’avais bien aimé la notion de « diversité dans l’union ».
J’avais aussi rencontré à Créon des hommes prêts à mettre leur idéal similaire au mien en pratique. J’avais décidé de m’engager en cet an 1975 où naissaient localement des ambitions municipales personnelles qu’il fallait soutenir. J’avais envie de passer aux travaux pratiques (je mettrai dix ans pour m’y décider!). J’avais un amour immodéré pour les campagnes électorales et surtout les affrontements d’idées. J’avais trouvé un espace de liberté vite restreint pour m’exprimer mais qui me convenait. J’avais vite appris que l’on est mieux dans sa tête comme minoritaire convaincu que comme majoritaire passif. Je n’avais jamais choisi la facilité et je savais que je ne la choisirais jamais. Je n’avais donc pas encore en tête que je serai exclu du PS moins de deux ans plus tard et qu’à trois autres reprises, on me traduirait en commission des conflits pour ne pas savoir su retenir mes écrits !
J’avais vite appris à ne jamais renoncer et à ferrailler sur des convictions pour tenter de convaincre. Je n’avais aucune ambition personnelle de notabilité et il faudra 20 ans de ilitantisme avant d’entrer dans une fonction élective exécutive.
J’avais le sentiment que le parler-vrai, le respect des engagements pouvaient constituer la base d’une vie militante comme je l’avais appris au SNI. J’avais rencontré localement des gens reflétant une société désireuse d’espérer : cheminots, chauffeurs, fonctionnaires, ouvriers, enseignants, employés, cadres, techniciens… J’avais investi dans le monde associatif et vécu ce passage vers le politique comme logique et indispensable. J’avais confiance dans l’avenir et localement je n’ai d’ailleurs jamais perdu une élection sur mon nom atteignant même 82 % des exprimés aux cantonales.
J’ai souvent détourné le regard. J’ai parfois soutenu l’insoutenable. J’ai contenu mes révoltes. J’ai peiné à justifier des décisions prises par d’autres. J’ai payé cher le caractère atypique de mes positions. J’ai évité les combats qui ne me convenaient pas. J’ai dit tout haut ce que d’autres n’osaient même pas confier tout bas. J’ai eu un bonheur immense à voir triompher mes idées. Je me suis constitué un patrimoine fabuleux d’ami(e)s et de camarades. J’ai été fier et heureux d’être socialiste…
Depuis ce jour je tire un trait sur ces 40 ans jamais interrompus de mon fait. Je me retire pour me contenter de soutenir les proches qui me font encore confiance dans le quotidien. Je ne supporte plus cette course nationale absurde aux populisme facile au non de la rentabilité électorale. J’abandonne le champ de bataille. Je choisis d’être indépendant et ne plus avoir de comptes à rendre personne.
Petit-fils et fils d’immigrés je ne supporte pas que l’on mette en cause un tant soit peu le droit du sol sans lequel ma famille m’aurait jamais pu construire ce que je suis devenu, sans lequel je ne serais jamais…socialiste. Tant que cette proposition émanant d’un Président et d’un gouvernement se réclamant d’idées humanistes ne sera pas rapportée je suspends mes 40 ans d’appartenance au PS. Et si cette mesure est adoptée, ce serait la fin du chemin pour moi et j’en tirerai les conséquences. Je sais que ça ne bouleversera pas les équilibres politiques girondins et que personne à Paris ne s’en émouvra mais au moins, je me regarderai dans la glace en me rasant.

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, COUP DE GUEULE, PARLER POLITIQUE, PARLER SOCIAL, PARLER SOCIETE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

100 réponses à Enfin pouvoir me regarder dans la glace en me rasant…

    • jalmain dit :

      vous avez 68 ans prenez votre retraite et laisser la place a plus jeune

      • Jean-Marie Darmian dit :

        c’est déjà fait pour tous mes mandats : président CDC, maire bien avant 68 ans… Et rassurez vous je passerai aussi le relais ^pour le seul qu’il me reste si je trouve un volontaire dans le contexte actuel !

      • Sylvestre dit :

        Merci pour vos position !!! Ce gouvernement sur fond de course au populisme et recherche de l ‘électorat de droite ouvre une boite de pandore .Peut on encore parler de Gauche avec ce genres de propositions. Certains parlent de symboles en reconnaissant l inefficacité de la mesure ….Justement méfiez vous des Symboles on sait ce qu’ils ont laissé comme traces dans l’histoire . J’ai mal à ma France …..

      • Laure Garralaga Lataste dit :

        Une société, pour être équilibrée, a besoin de jeunes mais aussi de moins jeunes … Laure Lataste

    • Barbe dit :

      Félicitations j. Marie. Je suis heureuse et très émue a la fois de votre décision. Votre honnêteté m a toujours engagée a vous soutenir. J espère que beaucoup de vos camarades vont agir de la même façon. Je tiens a rendre hommage à tous les immigrés et à toutes les familles d immigrés, de toute nationalité. Il y a encore des politiciens honnête.

    • couvidat dit :

      Jean marie j’ai comme toi été PSU puis différemment CCA enfin de retour au PS un peu pas aime de Patrick Bouillot mais je supportais après le refus du Non je suis parti avec mes camarades du PG. J’avoue que je n’attendais pas grand chose de Hollande et Valls les connaissant bien mais la les bornes sont largement dépassées…alors toutes mes félicitation pour ton courage…

  1. Bonjour Jean-Marie,
    Quelle violente colère !
    Mais ne s’agit-il pas ici d’une action du Gouvernement et du Chef de l’Etat sur la double nationalité ?
    Les personnes qui ne remplissent pas les conditions relatives à la perte de la nationalité française par déclaration peuvent être autorisées par décret souvent dit de « libération des liens d’allégeance » à perdre la qualité de Français, à condition de posséder une nationalité étrangère.
    Certes, cela ne résoudra pas les problèmes actuels qui secouent notre Pays, mais comment se sentir proche d’un individu qui porte la nationalité française en commettant ou voulant commettre des attentats sur le sol qui les a accueillis? De tous ces jeunes déboussolés par la perte des repères à la Nation (adieu le service national, malheureusement), le manque d’emploi et l’argent facile avec, pour commencer, la drogue, puis le bourrage de crâne et l’acte ignoble de plus en plus répandu, que va devenir la FRANCE que nous allons léguer à nos descendances?
    Très amicalement,
    Gilbert de Pertuis (76 ans) dont 27 mois dans les Aurès, en tant qu’appelé du contingent …

    • Baillet Gilles dit :

      La guerre d’Algérie est finie l’ami…

    • Gilbert Duroux dit :

      « mais comment se sentir proche d’un individu qui porte la nationalité française en commettant ou voulant commettre des attentats sur le sol qui les a accueillis? »
      Ce n’est pas la question. Personne ne demande de se sentir proche de criminels, qu’il faut absolument combattre. La question est celle du précédent qui est ainsi créé. En fabricant des Français de deux catégories, on crée un précédent. En en constitutionnalisant cette saloperie, c’est la porte ouverte pour ceux qui arriveront peut-être au pouvoir demain – et qui y arriveront d’autant plus vite que les partis traditionnels sont dans le reniement (vous voyez à qui je fais allusion). Ceux là trouveront d’autres motifs pour étendre la déchéance de la nationalité française à d’autres bi-nationaux.
      On ne remet pas en cause aussi profondément les valeurs de la République pour un symbole, qui plus est inefficace.
      Qui peut croire que la perspective de la déchéance de la nationalité peut faire hésiter quelqu’un qui veut se faire sauter le caisson ?

      • Benjamin dit :

        Mais monsieur il n’y a pas deux catégories de français avec cet ajout à la constitution. Elle sera appliquée que rarement ou même inapplicable en pratique de tout façon. Ensuite, ceux que ‘vous défendez’ ne sentent absolument pas français même si nés en France. Cela je peux vous l’assurer, vous devez vivre dans un petit pavillon cossu bien loin de la réalité du terrain. Ils y a des français nés en France et binationaux qui utilisent la nationalité française que quand c’est arrangeant ex : passeport pour voyager aux États-Unis et qui ne se considèrent en prime pas français. Créer plusieurs catégories de français , bien sur mais eux mêmes créés cette catégorisation puisque dans leurs têtes ils ne sont de toute façon pas français … Alors est-ce si grave ? Je ne pense pas, autant leur laisser la nationalité qu’ils préfèrent … Mais le plus simple aurait été de supprimer la possibilité d’être binationaux comme dans d’autres pays … Au moins c’est simple et pas de déchéance possible sinon apatride … Et cela on ne peut pas en terme de droit international … De tout façon la catégorisation existe à tous les niveaux, riche, pauvre, travail, chômage, ceux qui bossent mais qui n’en font pas une, ceux qui bossent et qui en chie car faut bien que quelqu’un fasse le taff, aident pour certains, rien pour d’autres … Elle est moche la vie hein, mettez votre énergie à d’autres combants bien plus important que la déchéance de binationaux nés français qui s’en contre fichent de la France … La veuve et l’orphelin c’est fini, bienvenue dans le 21 ème siècle, vous avez un métro de retard …

      • Gilbert Duroux dit :

        @ Benjamin
        « mais eux mêmes créés cette catégorisation puisque dans leurs têtes ils ne sont de toute façon pas français … Alors est-ce si grave ? »
        Curieuse réaction. Ce qui nous différencie justement de ces jihadistes, c’est que nous défendons, la liberté, l’égalité et la fraternité. Il n’y a pas de Français de catégories différentes.
        Par ailleurs, comment on va faire quand, par exemple, le Maroc, la Tunisie ou l’Algérie, qui ont des procédures plus expéditives que les nôtres, vont déchoir de leur nationalité des franco-marocains, ou franco-algériens ou franco-tunisiens avant nous ? Qui plus est lorsque ces personnes n’ont jamais vécu qu’en France ? Il faut savoir, au passage, qu’il est interdit de rendre quelqu’un apatride ? François Hollande, ce politicard fini, s’est cru malin en essayant de concurrencer le FN sur son terrain. Il s’est foutu dans un sacré sac de nœuds.

      • Ciprut dit :

        Absolument. CLAIR, LIMPIDE.

  2. J.J. dit :

    Descendant de familles rurales dont la présence en France est attestée depuis au moins 2 siècles et demi ( et très probablement davantage), je ne supporte pas que l’on mette en cause un tant soit peu le droit du sol – et les libertés individuelles des citoyens, quelle que soit leur origine …

    C’est dur d’arriver à mon âge pour voir bafouer les idéaux qui ont guidé mes activités, infiniment modestes, certes, mais qui ont été, comme aurait di Kant, « la maxime de mon action ».

    « France, mère des arts, des armes et des lois….. »

    France, ta morale fout le camp !

  3. dugommier dit :

    N’ayant pas l’âme militante, je me suis contenté de voter PS pendant 40 ans.Ce fut encore le cas au 2ème tour de la présidentielle de 2012. Mais ce fut le dernier. La plupart du temps, je vote pour l’autre gauche (sans illusion) puis blanc si deuxième tour il y a.
    S’il fallait résumer les raisons de ce choix, je dirais que le PS gouverne plus à droite que l’UMP et ceci, dans tous les domaines. Il agite quelques clochettes de gauche de temps en temps pour essayer de maintenir le clivage artificiel lui assurant sa ration de potage électoral mais il gouverne à droite.
    En même temps que j’écris, j’entends JM Le Guen pérorer sur la cohérence et le courage du PS dans cette histoire de déchéance de nationalité. Il me dégoûte.
    Je ne suis pas prêt de revoter pour ce parti.

    • Massé dit :

      Bonjour
      Le débat d’idées est un des creusets de la République, préservons le en le soignant, en le développant.
      Pour cela, chaque argument doit être pesé, évalué, pour être avancé.
      Je m’autorise à émettre un avis sur la politique mené par ce gouvernement depuis 2012 sur un sujet que je connais particulièrement, l’Education.
      Dans le premier degré, après 60.000 suppressions de poste entre 2007 et 2012, c’est au rythme de 15.000 créations annuelles depuis 2012. C’est la suppression des IUFM et la récente création des ESPE. C’est la mise en place de réforme des collèges, véritable progrès, contre l’avis de tenants de l’immobilisme …
      Autant dire que je ne peux pas accepter que l’on dise que « le PS gouverne plus à droite que l’UMP et ceci, dans tous les domaines »
      Cordialement
      Patrick Massé

      • Line Deweulf dit :

        Vous avez raison,tout n’est pas à jeter dans les mesures prises par le gouvernement ni d’ailleurs dans ses efforts,même maladroits,mêmes incertains,de préserver certains acquis sociaux qui disparaîtront aussi vite que sera élu un président de droite,sans parler du FN.Mais faut-il pour autant se taire sur l’instrumentalisation faite des derniers attentats,des propos apocalyptiques et anxiogènes de M. Valls sur la menace terroriste dès le lendemain(armes chimiques),de la prolongation de l’état d’urgence qui n’empêchera évidemment pas un prochain attentat mais restreint plus que gravement nos libertés,ne serait-ce que celle de manifester contre la déchéance de la nationalité et pour la justice climatique lors de la COP21?
        Professeur moi-même,je ne peux me réjouir des créations de postes à l’EN s’il faut un jour les payer par un renoncement à mes valeurs et à certaines de mes libertés fondamentales.Il est déjà difficile en ces temps troublés de faire autre chose que de s’affliger en observant la montée du FN sans qu’il faille de surcroît subir un gouvernement qui ne propose que de s’y opposer,tout en phagocytant une de ses propositions-clef.Distiller la peur,celle de Daech et celle du FN,ne sont pas ,en ce qui me concerne une manière d’affronter ces dangers bien réels.

      • Mollaret Régis dit :

        Juger de la politique d’un gouvernement en citant le nombre de postes créés n’a aucun sens. Ce qui compte c’est l’évolution des effectifs de la profession concerné. Par exemple créer 15 OOO postes d’enseignants pour remplacer le départ en retraite et les démissions de 18 000 agents, c’est encore aggraver la situation dans l’enseignement. Pour être honnête il faut donner en même temps les chiffres concernant les suppressions de postes.
        Quand aux réformes attendez donc de pouvoir en observer les résultats avant de juger de leur caractère positif ou négatifs.Les reformes engagées par le PS concernant les droits sociaux: retraites, sécurité sociale et la politique européenne et les mesures et les milliards sans contrepartie en faveur du patronat et des oligarques ne sont pas des mesures de gauche. L’intervention du Président de la république pour obtenir que la Grèce se soumette à la troïka afin que les contribuables Grecs financent les pertes des fonds de pension de la Bundesbank, de la BNP, Société générale, et Crédit mutuel, déposés à risque et donc à des taux usuraires dans des banques Grècques est elle de gauche ou celle de vautours au service de la finance. En cas de défaut de paiement de la Grèce ce sera les contribuables allemands et français qui paieront la facture. Vive les fonds de pensions. Aux 2tats Unis aussi ce sont les contribuables qui financent les retraites après la faillites de certains Edge Fund.
        On pourrait épiloguer longuement sur la politique de pillage orchestrée par le PS et l’Europe dont il a tant soutenu les orientations funestes.
        Le peuple français gagnerait à être traité, comme la finance, en ennemi de Hollande. Un homme de gauche qui comme son prédécesseur Royal, (même famille) souhaite s’allier avec la droite pour survivre. Valls Macron, le chemin est tout tracé. Mais jusqu’à présent Bayrou, qui n’est pas idiot, s’est refusé à prendre un tel risque.

      • Laure Garralaga Lataste dit :

        Le problème … c’est que le Français a la mémoire courte !

    • VEILLON dit :

      Moi aussi et on est bien nombreux depuis 2012 et je crois que cela va encore empirer avec de telles erreurs !

  4. G.G dit :

    De tout cœur avec toi, et je partage oh combien ton analyse, Jaures, ils sont devenus fous.

  5. Jean dit :

    Ta décision ne me surprend pas, ça fait un moment que je me demandais ce que tu faisais encore au PS.

  6. vinz dit :

    Bravo jean-Marie pour cette indépendance d’esprit que tu as toujours eu chevillée au corps (au coeur?).

    Ton article m’amène à plusieurs réflexions.

    Tout d’abord, qui aurait pu imaginer que ce soit un gouvernement « de gauche » qui revienne un jour sur le droit du sol? Parce qu’enfin c’est de cela dont il s’agit. Valls parle de mesure symbolique, mais si on veut lutter contre le terrorisme par des symboles, plutôt instituer le lâcher de colombes dans la Constitution comme réponse à la barbarie… plutôt que de reprendre à son compte des mesures bassement populistes et qui font de la surenchère sur le FHaine…

    Ensuite, ton parcours politique m’interpelle et je me dis qu’il y a déjà bien longtemps (depuis la fin du PSU?) que les partis politiques ne portent plus de projets de société. Ils ne sont que des machines à gagner (ou perdre) des élections. Pourquoi n’y-a-t-il pas en France de grands mouvements de citoyens qui balaieraient les partis classiques comme on peut le voir en Espagne ou en Grèce… Pourquoi, si on veut pouvoir apporter sa pierre à l’édifice en participant au débat public et en se présentant à des élections, on doit obligatoirement s’encarter ? La démocratie a été confisquée par les partis politiques…

    Bravo à toi et respect.

    Amitiés,

    Vinz

  7. Pascal Lafargue dit :

    Terrible de voir un homme comme toi écrire ce que je viens de lire. J’éprouve un infini sentiment de respect …

  8. LABANSAT Philippe dit :

    Grand respect pour ce parcours et soulagement de voir un militant estimé prendre cette décision difficile.

    • Bernadette dit :

      Bonjour Philippe,

      Même si je suis une fonctionnaire retraitée, j’ai pleinement conscience des 6 millions de chômeurs et des 8 millions de pauvres, en France.

      La pauvreté et la précarité sont un fléau du moment. Il faut changer de politique, il faut également penser à une politique de prévention pour éviter les attentats subis sur notre sol.

      Mes voeux de paix pour 2016.

  9. Antoine Garanto, "jeune militant" ... dit :

    P….n … !!! Mais si les meilleurs quittent le navire, si les anciens, porteurs des valeurs, jettent l’éponge, si les guides lâchent le bâton, il nous reste quel espoir …??? Le gouvernement aujourd’hui est-il indissociable du PS ? La base socialiste n’a-t-elle aucune capacité de réaction …??? Et m…e …!!!

    • Bernadette dit :

      Bonjour Antoine,
      Je ne sais pas faire de politique,
      La gauche est morte
      Est utile ce clivage gauche/droite ?

    • Mollaret Régis dit :

      Non Madame. La base socialiste n’est pas en capacité de renverser la table. Il y a trop longtemps que le parti a abandonné toute réflexion de gauche sur un projet de société. Il a choisi un projet libéral de droite depuis bientôt 35 ans, s’appuyant sur les orientations européennes qu’il défend bec et ongle. Il n’y a de solution qu’en dehors de ce parti, loin de de Hollande, Valls, Macron et tous leurs affidés. Il n’y aura pas de sursaut à l’intérieur du PS. Il y a trop de responsables pour s’y opposer.
      Il ne peut y avoir de solution qu’en dehors du PS, condamné par la majorité des Français depuis 2012. Avez-vous remarqué que le PS s’encre de plus en plus à droite.

  10. Charcot dit :

    Cher Jean Marie.

    Total respect.
    Venant de ta part ce positionnement devrait faire réfléchir beaucoup de militants qui portent la même carte avec engagement et fidélité.
    Comme d habitude le propos est clair, les arguments décisifs.
    Mais au delà de la décision douloureuse j y vois une raison d espérer, de ne rien lâcher et de poursuivre dans la voie que la conscience et l éthique nous fixent.
    Simplement nous avons aujourd’hui hui plusieurs adversaires, le plus redoutable étant celui du camp des tireurs dans le dos. Gardez moi de mes amis……..
    L important est demain des attitudes comme la tienne peuvent nous aider à construire.
    Nous sommes tous des instituteurs de l action publique, de l éducation populaire, notre principale mission est d éveiller les consciences.
    Adelante.

    Salut et fraternité

  11. Marc Dupuy dit :

    Cher Camarade,
    Je viens de te lire, tes mots sont cinglants mais justes. Je partage avec toi cette colère. J’ai moi aussi de profondes racines à gauche. Mon grand-père paternel était socialiste. Son frère fut communiste après le Congrès de Tours. J’ai appris d’eux des valeurs et le respect et il n’y a plus cela dans ce navire PS qui vogue vers la droite.
    Je reste à la disposition des femmes et des hommes fidèles aux valeurs de la gauche.

  12. lachamp dit :

    Bienvenu au club cher jean-marie. Tu verras on se sent bien en dehors aussi et cela n’altère pas la foi en certaines valeurs. Un grand bravo pour tout ce que tu as déjà accompli sans dévier ou marchander. Les électeurs te l’ont déjà exprimé maintes fois et tu sais que j’en suis. Amical salut.

  13. Jbara dit :

    Solidaire de cette décision. Jamais encarté, j’ai toujours voté pour les humanistes, celles et ceux qui voulaient servir et en suivant mon cœur, quitte parfois à m’abstenir ou voter blanc, avec la notable exception du second tour présidentiel du début des années 2000. Rester fidèle à ses idées est difficile, mais ô combien nécessaire !

  14. GérardTournemouly dit :

    Salut mon ami,

    Voilà une décision gouvernementale aussi indigne qu’inefficace !

    Quelle tristesse de voir ce gouvernement reprendre les c…. les âneries de Sarkozy l’agité et du F-haine !

    A quand un ministre de l’identité nationale dans le gouvernement Valls ?

    A quand le rétablissement de la peine de mort pour les terroristes-kamikazes ?

    Au lieu de s’attaquer aux racines du mal, au lieu de s’arcbouter sur les valeurs républicaines, ce président et son gouvernement valident les propos de l’extrême-droite et perdent tous leurs repères.

    Comme par le passé, nous ne tarderons pas à avoir à la fois l’indignité d’avoir cédé sur les valeurs et la honte de voir l’extrême-droite au pouvoir ….

    Gérard

  15. Mouclier dit :

    Avec un parcours familial et politique presque identique, italien & rocardien, je me vois traité quasiment de gauchiste (frondeur plus exactement) par mon député et quand je lui réponds que moi je n’ai pas changé, que j’ai toujours les mêmes idéaux, que c’est le parti qui cours après Sarkozy, il hausse les épaules et me traite, en public, d’archaïque !
    Je suis bien aisé que le grand là bas à Créons mette en forme et en mots bien mieux que je ne saurais le faire, mon ressenti face à la désastreuse direction que prend le parti pour lequel j’ai toujours voté, le seul pour lequel je me sois engagé, l’unique pour lequel j’ai milité. En notre nom, militants et électeurs socialiste on prépare les pires lois liberticides MLP n’aura plus qu’à les appliquer. Nos idéaux sont à terre: économiquement nous avons abandonné Keynes, socialement lâché le partage du travail et des ressources, voilà que nous allons remettre en cause le droit du sol.
    JE VAIS VOMIR
    Jean-François
    Leognan

  16. Offe Georges dit :

    Vous êtes un grand monsieur. Merci pour ce témoignage et ces prises de positions.

  17. Saine et courageuse décision. Bravo Jean – Marie ! Joyeuses fêtes et bonne continuation.

  18. Christian TROUILLOUD dit :

    Jean-Marie, mon premier secrétaire de section, même toi tu en as assez. Tu t’exclus du parti comme bon nombre l’a déjà fait et comme beaucoup vont le faire. Le PS est mort. Enfin… le PS que l’on a aimé. Celui que l’on a modestement aidé à exister. Nos rêves et nos espoirs s’évaporent les uns après les autres. Nous perdons notre âme à soutenir ce gouvernement. Rebâtissons avec ceux qui, comme toi, comme moi, aspirent à beaucoup plus d’humanité entre les hommes. Podemos.

    • Mollaret Régis dit :

      Enfin un positionnement recommandable. Il est temps de se reconstruire à gauche avant qu’il ne soit trop tard. Il y a trop de politiques ou d’indifférents qui s’attachent à faire échouer la tentative qui est en cours. Si nous voulons sortir du carcan dans lequel le capital et ses soutiens nous ont enfermé et développer une politique humaine, il faut bien que tous ceux qui sont à même de mener ce combat se rassemblent.

  19. coutant dit :

    cette décision du gouvernement Valls est peut-être la goutte d’eau qui met le feu à la poudrière, mais elle n’est que la dernière (en date), mais pas la moindre. En effet la dérive droitière de ces gouvernants trahissant leur électorat (et leurs idéaux) a commencé dès leur élection : combien de propositions (sur les 60) ont-elles été réalisées?.
    Par contre combien de preuves données à la droite ont-elles été réalisées ? Vous verrez, rétrospectivement que le fruit était pourri depuis le départ. Je suis heureux de constater ces sursauts de conscience chez des socialistes de coeur, mais étonné qu’ils aient pu tenir aussi longtemps devant l’insupportable idéologique, économique et social.
    Finalement, Respect !
    Que vont donner politiquement ces prises de conscience ?

    Daniel Coutant (près de Sarlat)

  20. Ping : Déchéance de nationalité : un élu se met en congé du PS | Groupe Gaulliste Sceaux

  21. Line Deweulf dit :

    Parisienne,je n’ai pas eu à voter pour la droite à l’appel du PS dont je ne suis pas adhérente mais je l’aurais fait comme en 2002-j’ai accroché un drapeau bleu-blanc-rouge à mon balcon du XI° arrondissement-j’ai longtemps fait partie des 15% de français qui tentaient de comprendre la politique du Président Hollande,songeant sans cesse que de pires décisions auraient été prise par la droite sans parler de celle extrême.Mais le 23 décembre,comme pour vous,trop a été trop:la décision d’un président socialiste de ratisser si large que chacun s’y perdra me fait décrocher avec colère de mon soutien et de ma confiance,même relative, en la personne Hollande,sans doute fin tacticien, mais dont les valeurs semblent s’être évaporées dans le certes difficile exercice du pouvoir.Car ne l’oublions pas, une autre promesse, celle de donner le droit de vote aux étrangers aux élections locales, a elle,bel et bien disparu du champ politique,et ce bien avant les attentats,fut-ce-t-ils de janvier…Ceci pour dire que si les ‘fins’ conseillers du président l’encouragent sans vergogne à respecter cette promesse-là,celle de la déchéance de la nationalité,le Conseil de Paris,sous l’égide d’Anne Hidalgo,a voté CONTRE cette décision,que vous n’êtes donc pas seul,que nous ne sommes pas seuls orphelins d’une Gauche qui a pu nous enthousiasmer et qu’il va falloir faire revivre pour que revive l’espoir.Seuls des actes clairs et courageux comme le vôtre en sont les prémisses.

    • Gilbert Duroux dit :

      « Hollande,sans doute fin tacticien, mais dont les valeurs semblent s’être évaporées dans le certes difficile exercice du pouvoir ».
      Heu, je ne crois pas que c’est l’exercice du pouvoir qui a changé Hollande. Il était déjà comme ça avant. Je crois que ce genre de personnages n’a aucune conviction profonde. Ils ne recherchent que le pouvoir, à n’importe quel prix.

  22. Courouve dit :

    Si on fait abstraction du terrorisme, votre position peut se comprendre ; mais est-il raisonnable d’en faire abstraction ?

    Par ailleurs je ne pense pas que la binationalité soit une valeur de la République.

    • Un partageux dit :

      On est toujours l’enfant d’un père ET d’une mère. Je songe à un gosse qui a deux nationalités, deux langues et deux moitiés de famille. Celles de son père ET celles de sa mère. Les valeurs (que, pour ma part, je laisse à la Bourse) n’ont rien à voir là-dedans. Il n’a pas à faire un choix entre son père et sa mère ! Je ne vois pas ce qu’il y aurait de moral à cracher sur la moitié de sa famille.

  23. Ping : Déchéance de nationalité : un élu PS claque la porte - Formalités Faciles.com

  24. Mohamed Hakkou dit :

    Est-ce une vraie idéologie ou une guerre de communication ? la gauche fait de la surenchère sur la droite qui en rajoute elle-même sur le Front national.
    Cela voudrait dire que seul les français dit de souche mériteraient de garder leur nationalité française après avoir commis des actes les plus abominables ? De quoi cliver et diviser une nouvelle fois les Français entre eux, ce qui est contraire à la Constitution et aux valeurs de la République !
    Il ne reste plus qu’à Hollande/Valls de voter une loi pour se féliciter du rôle « positif » qu’a pu avoir la machine coloniale et un débat sur l’identité nationale et il n’y a plus de différence avec la droite ! Jusqu’à quand allons-nous continuer comme ça ? Mais reveillez-vous peuple de gauche, Jaurès doit se retourner dans sa tombe !

    • VEILLON dit :

      Cher Mohamed,

      Moi, je dis qu’il n’y a pas que Jaurès qui se retournerai dans sa tombe… Mitterrand aussi !
      Les Socialistes ont tourné le dos à leur idéal SOUS LA PRESIDENCE HOLLANDE et je suis en…rage pour les 2èmes tours des élections !

  25. lebailleux dit :

    Ce qui est clair ,on a un président qui ne pense plus qu’a sa réélection a tout prix, sans se rendre compte que l’on a de plus en plus de mal au 2° tour a évider le pire. Oubliant sa promesse en cas de ne pas résoudre le chaumage. Sujet éclissé.

  26. Soukar Hellioua dit :

    Un seul mot : respect monsieur.

  27. psartigues2 dit :

    Bravo Monsieur Darmian et respect! il y a déjà deux ans que j’ai moi aussi pris la décision de ne plus adherer au PS après que le liste PS d’Artigues a été battu à Artigues grâce aux magouilles orchestrées par …… le PS!!Désolant! les partis politiques ne sont plus qu’un ramassis d’opportunistes ne rêvant que de pouvoir!Peut-être ne laisserez vous pas publier mon commentaire mais qu’importe vous l’aurez lu!

  28. drogou dit :

    Bravo. Il est trop tard pour remettre votre parti sur les rails de « LA » gauche.

  29. Benjamin dit :

    Bonjour, pourquoi vous offusquer ? Si cette mesure très symbolique (qui en soit ne sert à rien car un malade mentale s’en fiche d’être français ou non et sera certainement appliquée que très rarement), pourquoi laisser la nationalité à ceux qui denigrent la France et qui préfèrent leur autre nationalité ? Je pense que vous vivez dans un monde de bisounours et que vous êtes bien loin des réalités. Allez dans certaines cités où la police ne peut même plus aller ou même dans des endroits calme. Une catégorie de binationaux nés en France n’aiment pas la France et se servent de leur ‘nationalité française’ pour profiter de certains avantages ou quand cela les arrangent. Vous êtes si aveugles que cela en politique ? Ou sous prétexte d’un dogme à toute épreuve, vous ne voulez pas voir la réalité en face ? Pour en côtoyer des binationaux nés en France, faut voir le nombre de conneries qu’ils sortent et leur ‘fierté’ d’être français … Bref, comme toujours, vous ne comprennez rien et êtes déconnecté des réalités. Il faudra également que vous fassiez votre autocritique afin de comprendre pourquoi il y a de plus en plus de gens qui votent vers les extrêmes (ce qui est grave, nous sommes d’accord …) mais vous politiques pensez être les meilleurs et vous n’avez pas compris … Faut-il encore une gifle électoral pour comprendre ? Bien sûr que non puisque celle de 2002 ne vous a pas fait évolué. Comme la France en général, la politique à 50 ans de retard. L’État doit faire sa révolution intellectuelle.

    Un internaute avec des ancêtres immigrés également. Vu qu’il faut le préciser pour asseoir son argumentation et qu’elle soit implacable …

    Cordialement.

  30. Michel Hilaire dit :

    Respect!
    Je n’ai pas de parents immigrés mais j’ai un fils Viet-Namien qui se sent profondemment Français malgré parfois les insultes. Je suis donc trés sensible aux questions du droit du sol, du racisme et de « la nationalité ».
    Respect!
    Ta mise en congé ne me réjouit pas, j’aurais 1000 fois préféré que tu restes socialiste, celà aurait siginifié que la solidarité et le partage étaient encore d’actualité dans la vie politique de notre pays.
    Mais, aujourd’hui, c’est ta décision de retrait sage et courageuse qui donne encore un peu de lumière à ceux qui désespèrent de l’avenir et envoie le minimum d’air frais nécessaire à la respiration de la République.
    Respect!

  31. Gaudout dit :

    Monsieur Darmian
    Je suis de votre circonscription et n’est pas toujours été d’accord avec vos idées. Mais il y a un temps pour tout et je partage votre colère : ce n’est pas une erreur que vous dénoncez mais bien une faute !
    Et en cela j’espère que nos compatriotes seront suffisamment nombreux pour ne pas laisser inscrire dans le cœur de notre constitution cette iniquité envers des millions de nos compatriotes d’aujourd’hui et de demain.

  32. M.Cartiaux dit :

    Il était temps ! On ne peut pas recomposer la Gauche sans les militants socialistes de GAUCHE et tant qu’ils ne quitteront pas le PS, on a aucune chance recomposer une véritable force progressiste. Filoche n’en veut pas et par là même freine la naissance d’une vraie gauche,et fait le jeu des libéraux à l’insu de son plein gré. Valls le sait et s’en sert.

  33. JACQUET Maurice dit :

    Bonjour Monsieur Jean Marie DARMIAN
    Votre blog est un salutaire courant d’air frais. Ne baissez pas les bras !
    Ne rejoignez pas la masse de citoyen(e)s désabusé(e)s qui « laissent faire » au lieu d’agir et de se rassembler pour changer le système.
    Certes, nous ne sommes pas encore assez nombreux à agir pour enfin changer cette foutue société inhumaine.
    Einstein avait raison de dire: »Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. »
    Pour ma part, je suis membre de plusieurs organisations dont http://collectif-roosevelt.fr/https://france.attac.org/http://www.colibris-lemouvement.org/http://lerassemblement2015.fr/

    Mes meilleurs voeux, en espérant que mes voeux d’espoir vers une mobilisation citoyenne, pour que chacun(e) se ré-empare de la chose publique, et ne laisse pas « les politiques » s’en occuper à leur place, se réalisent.

  34. GALLIS Jean-Louis dit :

    J’écris aussi bravo! Mais il aura fallu du temps et une situation particulière liée à vos origine pour provoquer votre saine réaction aux dérives d’un gouvernement mais aussi d’un parti qui a perdu ses repères idéologiques pour la conservation du pouvoir à n’importe quel prix . Adhérent au PS depuis la fin des années 70, élu à Eysines pendant cinq mandats dont trois de maire-adjoint, je n’ai pas attendu ces derniers reniements aux valeurs progressistes pour me mettre en congé du PS. Les différents renoncements de François Hollande à son programme de campagne présidentielle (« Moi, président…) et surtout le suivisme du PS (je n’évoque même pas celui d’une grande majorité de parlementaires socialistes plus attachés à leur poste qu’à la défense des valeurs socialistes) m’ont conduit des l’été 2013 a me mettre en congé d’un parti qui n’a de « socialiste » que l’adjectif.

    Donc il n’est jamais trop tard pour dénoncer cette faute grave, une iniquité honteuse (de plus totalement inefficace car difficile à mettre en œuvre), parmi tant d’autres accumulées depuis le début du mandat de François Hollande. On attend toujours la grande réforme de justice fiscale, on peut s’étonner de l’adoption d’une loi de programmation militaire fourre-tout qui à elle seule permettait de s’abstenir de 6 mois d’état d’urgence, etc..
    Et quel bilan? En 2012, après un rejet de Sarkozy, raz de marée socialiste à l’assemblée Nationale , puis au Sénat, dans les Régions, etc bref une situation unique qui aurait permis de faire passer toutes les grandes réformes sociales pour plus d’équité. Fin 2015, une débandade tout azimut, avec une activité économique à bout de souffle, un taux de chômage qui se maintient (malgré les modifications des critères de calcul) et… UNE PROGRESSION EXTRAORDINAIRE EN NOMBRE DE VOIX DU FRONT NATIONAL: prés de 7millions en 2015! Il n’y pas de quoi être fier d’être au PS!

    J’approuve totalement votre démarche et souhaite que d’autres élus fassent passer leurs convictions progressistes (si elles existent bien sûr) avant leur intérêt « électoraliste »! Mais j’ai beaucoup de doute.

  35. Pichou dit :

    Ce qui est bien dans votre site, c est qu on peut mettre un nom et un visage a la destruction de la france depuis 30 ans. esperons ef prions que la generation qui vient ne pensera et n agira pas comme vous

  36. Matthias Wystrach dit :

    Merci de votre courage! Seriez-vous le dernier socialiste parmi les socialistes ? Le seul qui ait appris l’histoire de la France et qui se rappelle qu’après la Démocratie vient l’état d’urgence puis arrivera Vichy ?
    Je suis sidéré de ce qui se passe dans ce pays. La Liberté mise à SAC, l’Egalité étant devenue une chimère, la Fraternité « volontairement » détruite sur l’hôtel d’une politique sécuritaire dont le but est d’effrayer la populace ? « Restez donc chez vous, braves gens pour écouter les actualités, on vous dira quand votre immeuble aura sauté ! »

  37. Naud JC dit :

    Beaucoup de respect pour vous tous qui réfléchissez, pensez et agissez. Je suis Vallsiste et social-libéral, et j’apprends de vos commentaires. Cependant, je crois que l’on doit à la fois affirmer le principe intangible du droit du sol, et appliquer chaque jour le principe de réalité. La gauche a perdu beaucoup de son électorat, qui l’a quitté pour le FN, parce qu’elle a fermé les yeux sur les problèmes et les perceptions des français. Elle doit reconquérir l’électorat, en se battant et obtenant des résultats dans tous les domaines, et aussi en osant s’affranchir de ses tabous idéologiques qui ont fait leur temps.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      Merci pour exprimer votre positionnement en termes respectueux. Ce qui est grave aujourd’hui, c’est le manque de débat. En effet, aujourd’hui, le mot débat se traduit par : affrontement violent, insultes, invectives, coupure de la parole …… C’était déjà le cas avant diront certains … Mais justement, la civilisation ne doit-elle pas nous faire évoluer « en mieux qu’avant » ?

  38. Yves Paubert dit :

    Merci pour nous tous

  39. Ping : Déchéance de nationalité : un élu se met en congé du PSLe Public, journal politique, littéraire et quotidien | Le Public, journal politique, littéraire et quotidien

  40. prevert dit :

    Je ne vous connais pas je suis de la région parisienne et de gauche, je viens de voir votre prise de position, respect et chapeau bas.

  41. Lapouyade dit :

    Faut-il attaquer au nom du principe d’égalité l’extension de la déchéance de nationalité?
    Jean-Marie Pottier France 25.12.2015 – 13 h 51 mis à jour le 25.12.2015 à 14 h 45
    REUTERS/Régis Duvignau.
    REUTERS/Régis Duvignau.
    Depuis l’annonce par François Hollande de l’introduction de la déchéance de nationalité dans la Constitution et de son extension aux binationaux nés français, il y a un argument qui a souvent été employé par les détracteurs de cette mesure: celui de l’égalité. Elle constitue une «rupture d’égalité» pour Martine Aubry; «l’extension de la déchéance de nationalité […] aurait pour conséquence de créer deux catégories de Français», estime Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF; «pour nous c’est l’égalité entre les Français qui est rompue», assène l’ancienne candidate EELV à la présidentielle Eva Joly.
    Mais de quelle égalité parle-t-on? Le journaliste Laurent de Boissieu note sur son blog que cet argument est d’un usage périlleux. En effet, l’égalité entre les Français est déjà rompue par le droit actuel, qui permet la déchéance de nationalité pour les binationaux disposant de la nationalité française depuis moins de dix ans, ou quinze ans dans le cas d’un «crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation». Il estime donc qu’«il convient d’admettre objectivement que le projet de réforme de François Hollande renforce la République en ce qu’il supprime une actuelle rupture d’égalité en fonction du mode –et logiquement aussi du délai– d’acquisition de la nationalité française».
    Désormais, la nouvelle frontière inégalitaire ne passerait plus entre les Français naturalisés depuis moins d’une décennie et les autres, mais entre les binationaux et ceux disposant «uniquement» de la nationalité française. Le constitutionnaliste Olivier Duhamel estime ainsi, lui aussi, que la proposition du gouvernement «réduit l’atteinte au principe d’égalité».

    L’argument est bien sûr critiquable, et on peut à l’inverse estimer que le projet de loi accroît l’inégalité en plaçant désormais plusieurs millions de binationaux, nés Français ou qui en ont acquis la nationalité il y a plus de quinze ans, dans une catégorie à part de ceux qui ont la seule nationalité française. Employé par Manuel Valls, l’argument d’égalité est ainsi critiqué par Libération: «L’argument d’égalité selon lequel il s’agirait de mettre sur le même pied tous les binationaux ne tient pas, car cela revient d’abord à créer deux catégories de Français: les 100% et les binationaux.»
    Au nom de l’égalité «pure», seules deux positions seraient théoriquement envisageables: permettre la déchéance de nationalité pour tous les Français, binationaux ou non (ce qui est impossible en l’état, puisque cela entraînerait la création d’apatrides, ce qui est contraire aux engagements internationaux de la France); supprimer totalement la déchéance de nationalité du droit français. Mais cette dernière position a aussi ses faiblesses si on la défend au nom du seul principe d’égalité: comme le souligne Laurent de Boissieu, «le principe d’égalité devant la loi ne fait pas obstacle à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes».
    En résumé, invoquer le principe d’égalité pour critiquer les mesures prônées par le gouvernement sur la déchéance de nationalité n’est peut-être pas l’argument le plus sûr pour le camp des opposants, qui ne manque par ailleurs pas d’excellentes munitions, qu’il s’agisse notamment de l’instrumentalisation douteuse de la Constitution dans ce dossier ou encore de l’efficacité très contestée de cette mesure.
    Jean-Marie Pottier

  42. fphlr dit :

    Comment de tels scrupules, bien sûr éminemment respectables dans un contexte de paix, peuvent-ils être reçus par les victimes des attentats de 2015 et leurs familles ? Et, puisque nous sommes en guerre – certes sous des formes contre lesquelles nous sommes bien désarmés –, la déchéance de nationalité n’est-elle pas une peine bien douce et bien symbolique par rapport au sort habituellement réservé, dans tous les pays du monde, aux auteurs de trahison contre leur propre pays et d’intelligence avec l’ennemi ?

    Dernier commentaire : je comprends et je respecte les idéaux qui ont animé un homme durant plusieurs décennies d’engagement politique. Mais défendre certaines valeurs, économiques en particulier, alors que le monde entier en porte d’autres, ne condamne-t-il pas ces valeurs, devenues utopiques puisque inapplicables dans un monde totalement ouvert, à être bafouées sitôt qu’elles sont portées au pouvoir ? Pensiez-vous un seul instant, M. le Député, que l’actuel président de la République aurait pu appliquer le programme qui lui a permis d’être élu ? Cynisme contre naïveté, utopies contre mensonges : tous coupables ! Après cela, nous nous étonnons que notre République chancèle sur ses bases et que l’on précipite des millions de français dans les bras encore plus cyniques du FN…

    • Jean-Marie Darmian dit :

      Merci de votre commentaire :
      1.- je redis que je suis pour les sanctions les plus graves à l’égard des auteurs d’actes barbares et j’ai même demandé que leurs crimes soient classés « crimes contre l’humanité »
      2.- je condamne un principe : celui de la rupture de l’égalité dans la nationalité française qui pourra donner lieu très vite des dérives nationalistes (voir la Corse ou les Basques)
      3.- je ne suis pas et je n’ai jamais été député !
      4.- Je n’ai pas été de celles et ceux qui soutenaient François Hollande lors des primaires !
      5.- Instituteur depuis 1967 je n’ai jamais une seule seconde à inculquer la République dans ma vie !

      • Gilbert Duroux dit :

        À propos des primaires, il faudrait que les militants du parti dit socialiste s’interrogent. Comment se fait-il que quelqu’un qui pesait à peine moins de 5 % lors des primaires, marginalisé à cause de ses positions trop droitières, puisse diriger aujourd’hui la politique de la France en temps que premier ministre sans être contesté par les militants qui avaient fait campagne ensuite avec Hollande sur le thème de la lutte contre la finance (quand bien même on savait, connaissant Hollande, qu’il n’y avait pas d’illusions à se faire). Il y a quelque chose de profondément vicié dans ce parti. On n’entend même plus les frondeurs qui ont laissé passer comme qui rigole le projet de budget concocté par Valls et Macron à la grande satisfaction de Gattaz, le président du MEDEF.
        Le parti n’est-t-il plus composé aujourd’hui que de notables (ou aspirant à le devenir) ou d’élus (ou aspirant à l’être) ?
        Quand on voit qu’il n’y a pratiquement pas d’ouvriers, d’employés ou de chômeurs à l’Assemblée nationale, on peut se poser des questions sur notre système de représentation. On a trop tendance à confondre démocratie et vote.

    • Line Deweulf dit :

      Monsieur,

      Sans doute ne lisez-vous pas le Huffington Post et lui préférez-vous le Figaro et Valeurs Actuelles mais un article,l’avant-dernier posté sur mon site FB ,vous fera peut-être comprendre que l’on peut être victime au Bataclan sans se précipiter dans les bras du Front National ni évoquer pour les terroristes une peine de mort bien douloureuse qu’ils accueilleraient de toutes façon dans l’extase du martyr.Faire parler les morts à peine enterrés,chacun peut le faire à sa manière si le procédé n’était guère digne et leurs familles,celles présentes aux Invalides, seront peut-être les dernières à se tourner vers les extrêmes…
      Quant à la République ‘qui chancèle sur ses bases’ ,voici des termes qui ,repris à satiété par la droite non extrême, finit par se faire prendre pour la vérité vraie.
      Si vous pensez vraiment comme vous le dites que le FN est le parti le plus cynique de tous(Je dirais le plus dangereux),pourquoi alors le légitimer davantage en reprenant l’une de ses propositions-phare?C’est en ne résistant pas et en abandonnant petit à petit les véritables valeurs de la République,celle du vivre-ensemble et des Lumières,en écoutant Zemmour et autres grands penseurs de notre temps, que l’on fera un jour chanceler la République pour de bon.Ne frémissez-vous donc pas de ce que pourrait faire un FN au pouvoir avec cette mesure de déchéance?Même Valls et Cazeneuve ont su profiter de l’état d’urgence pour assigner à résidence quelques écolos?En effet,pourquoi se gêner lorsqu’on est au pouvoir,qu’on l’étend et entend bien le garder? L.D.

  43. jeff meekel dit :

    en effet, Jean-Marie il est certainement plus important se pouvoir se regarder en face que de poursuivre sur ces voies(voies) plus que douteuse du ps, un parti qui devrait en effet changer de nom pour que les choses soient claires, Valls là-dessus a raison, Jaurès et Blum lui en seront reconnaissants… Encore bravo et courage, j’imagine que cela ne sera pas facile même si ton exemple peut déclencher d’autres socialistes. Bonne fête Jeff Meekel

  44. Marie dit :

    Je vous soutiens totalement et partage votre point de vue.
    Ce gouvernement, dans son immense et aveugle bétise, prépare pour Le FN les cordes pour nous pendre…
    Avant , à gauche, on écoutait chanter Pottier, aujourd’hui on écoute parler Zemmour : consternant !

  45. Martin Desclozeaux dit :

    Bonjour Monsieur,
    je vous cite à 3 min 25 sur i – télé :

    http://www.itele.fr/politique/video/decheance-de-nationalite-une-figure-du-ps-en-gironde-se-met-en-conge-de-son-parti-147997

    « Or on ne traite pas des barbares par des MOTS dans une constitution.
    On traite les barbares par les valeurs que l’on porte.
    On traite les barbares par l’impact que l’on peut avoir sur les esprits,
    Mais d’une autre manière que de suivre simplement une opinion dominante qui devient extrêmement préoccupante dans notre pays… etc …. »

    Donc…. Quelle est Votre manière pour traiter les barbares ?
    Celle que vous imaginez ?

    ( Ces ( et ses ) mots, comme l’a dit Valls, sont des mots pour poser une mesure symbolique.

    Merci de votre réponse !

    Martin Desclozeaux

    • Jean-Marie Darmian dit :

      D’abord leur appliquer tout l’arsenal (la déchéance de nationalité existe déjà mais pas dans la CONSTITUTION) des lois que la République possède pour lutter contre les criminels de droit commun. Mettre en œuvre les moyens dont dispose la nation (armée, police, justice) pour faire respecter POUR TOUT LE MONDE et pas seulement les plus précaires et les plus faibles l’égalité devant la loi.
      Ensuite qualifier les actes terroristes de crimes contre l’Humanité de telle manière que les jugements aient valeur universelle
      Enfin chercher les causes profondes et réelles de ces passages à l’acte (défaillance dus système éducatif, mépris depuis 3 décennie de la laïcité, erreur d’urbanisation, abandon des valeurs essentielles que sont la rigueur morale, redonner un sens moral à la politique, consulter davantage les gens… )
      Pour terminer redonner toute sa valeur à la citoyenneté au détriment du mythe de la consommation outrancière.

  46. keyser sözé dit :

    Bonjour
    Je soutiens totalement votre démarche et trouve dommage que des cas comme le votre ou celui de Mr Gallis ne soit pas plus nombreux et connus du grand public.
    Je crois que le PS n’est pas très loin de toucher le fond et regrette depuis un bon moment déjà mon bulletin pour un président calculateur , dans sa tour d’Ivoire , pas courageux du tout , n’ayant aucune autorité et qui a fait passer son parti pour des amateurs une fois au pouvoir.
    Je pense qu’il serait temps de mettre fin à la période Valls , qui restera pour moi l’arroguant maire d’Évry jugeant qu’il manquait de blancos sur son marché.Valls c’est , employer les mots d’apartheid , de guerre civile , maintenant de symbole quand à la déchéance de nationalité , s’improviser chef de parti à la moindre élection et essayer d’être vu et entendu partout , ce qui est totalement improductif , et pour l’instant le job ne se fait pas.
    Que ce soit le PS ou LR ils font peur car ils ont réussi à mettre le FN à la place à laquelle il est .
    En conclusion Mr Darmian vous avez fait preuve de courage et de conviction et j’espère que vous serez suivi par d’autres élus afin de gêner un minimum cette  » oligarchie des incapables « .

  47. Paul Agius dit :

    Cher Monsieur,

    Je partage avec vous le fait d’être petit fils de naturalisés, assez passionné par le respect des autres et de leur dignité, qu’ils soient français ou pas d’ailleurs.
    J’ai aussi passé 15 ans au PS à travailler sincèrement dans les sections où je suis passé et à essayer d’expliquer pourquoi dans notre système d’organisation du travail la montée du chômage est inexorable. Et comment changer réellement les choses, comme cela a été testé dans des centaines d’entreprises, au bénéfice commun des entreprises et des salariés, et des comptes de L’Etat et des organismes sociaux. J’ai ressenti un intérêt de la part des militant de base et un mépris de la part de l’aristocratie fédérale ou nationale du PS.
    Il me semble que le chômage est le boulet qui bloque ou au moins entrave toute action de progrès. Et que nos « élites » au pouvoir sont trop coincées dans leur mode de pensée traditionnel pour être capables de penser une évolution de notre système productif à la hauteur du bouleversement technologique que nous avons vécu et qui se poursuit.
    Ce que nous vivons actuellement est une fuite en avant de politiques aveugles car ayant perdu leurs repères, et à entendre M. Valls , leurs valeurs.
    Je pense que vous pouvez être extrêmement utile si vous participez à faire comprendre au plus grand nombre cette problématique, pour que enfin les femmes et les hommes  » aux manettes » enclenchent le mouvement qui nous fera sortir de l’ornière et relèguera le FN au rang de bizarrerie d’une époque, comme le fut un moment le poujadisme.

  48. Michel FEYRIT dit :

    Pour moi, la « goutte d’eau » a fait déborder le vase dès la nomination de M. Valls comme chef du Gouvernement. Le vase était déjà bien rempli lors de l’éviction très louche de Delphine Batho, « exigée » par le patron de Vallourec qui est l’ époux d’une… très proche collaboratrice de F. Hollande, preuve de collusion au plus haut niveau de l’Etat. Rappel : D. Batho avait eu l’audace de demander à réfléchir avant d’autoriser l’exploitation des gaz de schistes, technique très gourmande en tuyaux d’aciers spéciaux fabriqués par …Vallourec. ( et la COP 21, dans tout çà, hein ? ).
    La suite était prévisible. Valls et les siens veulent tuer la gauche ; ils sont en train d’y arriver.
    Heureusement, il y a quelques « résistants », comme vous, M. Darmian, mais bien rares….Le courage et l’honnêteté sont rares en politique.

    • LABANSAT hilippe dit :

      Rassurez-vous, Michel, Hollande et Valls ne font que tuer le PS, une officine qui, il y a bien longtemps, représentait un outil pour porter les valeurs et les espoirs de la gauche.
      Cet outil est non seulement mort, mais il pervertit ce que représente la gauche. Depuis quelques années, je me sens sali chaque fois qu’un journaliste assimile gauche et PS.
      La gauche, personne ne peut la tuer. Je suis « de gauche » sans appartenance partisane, et je croise, je fréquente « la gauche » tous les jours, dans les associations, dans les collectifs citoyens, dans le monde du travail, dans la culture, dans la presse libre… Elle est et restera éternellement dans le cœur et dans les actes de millions de gens.
      Reste à ce peuple « de gauche » à reconstruire son outil pour prendre les virages brutaux qui sont devant nous (instauration d’une véritable démocratie, transitions multiples, fin des énergies fossiles, fin de la croissance actuelle, etc. bref, sauvegarde de l’humanité) et pour réaffirmer, approfondir nos valeurs, libérer les hommes…
      Vaste programme, oh combien enthousiasmant mais c’est sûr, on va partir de très bas et on en verra pas le bout…

  49. A.A dit :

    Cher Monsieur, le terrorisme étant un acte barbare, indéfendable et qualifiable, quelles que soient les motivations de son auteur, nul n’est besoin d’être intelligent pour condamner avec force et véhémence ce genre de dérive sectaire. En d’autres termes, les VRAIS CYTOYENS Français binationaux ou non condamnent tous (sans exception) les attentats terroristes quels que soient leurs auteurs.

    Personnellement, je ne transige pas avec la morale, l’honnêteté et le respect des lois, étant donné que ce sont ces lois qui cimentent les sociétés modernes. Pour aimer la France, on a pas besoin de renier son pays ou de se renier soi-même. Il est évident que pour le terroriste, la question de la nationalité est subsidiaire. Donc si on est tous d’accord que le terroriste sans fout de sa nationalité, à quoi ça sert alors de faire l’amalgame entre terrorisme et bi nationalité ? La question la plus élémentaire qui me vient à l’esprit est la suivante : « Pourquoi ne pas déchoir tout court le Français terroriste de sa nationalité, si tant est que les promoteurs de l’idée de la déchéance de nationalité veulent rester dans la cohérence et respecter l’article 1 de la constitution ? »

    • Jean-Marie Darmian dit :

      Cher lecteur,

      Je suis de ceux qui ne transige pas avec la loi et les valeurs qu’elle porte. Je suis pour l’application stricte et sévère des lois actuelles sur le terrorisme qui suffisent à lutter contre ces barbares. La nationalité est une et indivisible comme la République et constitutionnaliser une fracture entre citoyens c’est ouvrir une brèche dans l’égalité. Elle sera un jour exploitée par la peste brune qui s’en réjouit et rôde sur la France… C’est la raison de mon combat

    • Gilbert Duroux dit :

      En réponse à votre dernière question : c’est tout simplement parce qu’il est interdit de rendre quelqu’un apatride. Le même problème se posera pour les binationaux pour peu qu’ils soit déchus de leur autre nationalité avant qu’on envisage la déchéance de leur nationalité française. Mais ça, Hollande le tordu (oui, c’est Hollande qui est responsable de cette fourberie avant Valls) n’y a sans doute pas pensé. Il aurait dû prendre conseil auprès de son ami et avocat Jean-Pierre Mignard, qui est contre cette mesure scélérate.

  50. François Leclerc dit :

    Monsieur le député,
    Je ne suis qu’un simple citoyen, politiquement ancré gauche. Je comprends votre désarroi. Sur ce coup-là, ce n’est pas seulement la gauche qui est en péril mais même la démocratie.
    Je comprends aussi que vous n’ayez pas envie de porter votre combat pour changer la société sous une autre étiquette, même si je le regrette, convaincu que la France a réellement besoin d’une gauche unie qui sait assumer ses valeurs.
    Après avoir écrit à François Hollande, j’ai pour ma part écrit aux sénateurs de mon département et à mon député (socialiste) pour leur demander de rendre publiques leurs positions sur cette révision et pour leur faire connaître mon opposition à ce changement qui a déjà pour effet de mettre au cœur du débat politique un agenda fixé par le FN. À force de servir aux peuples des bouillies démagogiques et simplistes, il arrive qu’on leur on donne le goût, on l’a vu dans les années 30 et 40.

    J’espère que les parlementaires qui refuseront le déshonneur seront suffisamment nombreux pour éviter cette tache brune sur notre drapeau et sur ce qui reste de la gauche française.

    • Jean-Marie Darmian dit :

      Député ? Je n’ai jamais été député. Simplement élu local du quotidien…et je ne renonce pas à combattre c’est la raison pour laquelle je me suis mis en congé du PS pour ne pas engager un parti dans lequel les dig=vergences sont fortes ! Bravo pour vos démarches

  51. Mollaret Régis dit :

    Malheureusement Hollande et Valls ne font pas que tuer le PS. C’est à la gauche qu’ils en veulent et soutenu par le PS, frondeurs compris, ils sont en train d’y parvenir. Regardez les résultats des régionales, regardez quel a été le comportement des multiples groupuscules de gauche. A quelques exceptions près cela a été du chacun pour soi, chacun ses têtes de listes, chacun ses alliances et le souci de ne pas offenser le PS. Le PS a bien travaillé et les résultats sont là. Je ne parle pas des tentatives de débauchages, qui bien qu’assez discrètes n’en ont pas été moins efficaces.
    Nous sommes à la croisée des chemins. Si la gauche poursuit dans cette voie, s’en est fait de la gauche et pour longtemps. On ne se remet pas d’un tel discrédit avant des années de militantisme solidaire. Quand la confiance des citoyens a été trahie ils veillent à ne pas se faire prendre à nouveau par les mêmes. Dans une telle situation le recours est une organisation type FN et la conséquence, devant les conflits d’intérêts entre citoyen et entre citoyen et capital, est une période troublée. Quelque chose ressemblant à une guerre civile.
    Il ne faut pas se cacher que la situation sociale est catastrophique, combien d’exclus, 6 millions de chômeurs, plus de 10 millions de pauvres, des familles entières impactées. C’est une situation que nous avons connu au siècle précédent.
    Et le temps nous est compté. 2017 arrive. Après les jeux seront faits.

  52. Amine dit :

    Bravo Monsieur DARMIAN pour votre courage et votre dignité. Moi aussi je suis outré par ce projet. Le président de la république reste silencieux depuis mercredi dernier. Par contre, le premier ministre Valls continue son arrogance et son mépris pour tous les démocrates. Certaines membres du gouvernement issus des minorités et filles d’immigrés n’ont pas bougé et continuent à faire leur sourire qui ne font plus sourire. Elles ont sacrifié leurs fierté et leur dignité en reniant leurs origines et leurs racines mais en privilégiant leur carrière. C’est une erreur politique de leur part.
    Le fameux projet de déchéance est rejeté par tous ceux qui aiment la France. Avec ce projet, il y a une rupture de l’égalité entre les citoyens. Comment peut-on dire après aux jeunes que vous êtes égaux !!!

    Je souhaite vivement que d’autres politiques vous suivent dans votre démarche humaine, digne et responsable.

  53. Clerc dit :

    salut, et fraternité dans le devoir de baisser la voile, quand des vents dominants font dériver vers l’ensablement … en attendant des vents meilleurs.cela a au moins deux mérites. Le premier est de ne pas jaunir sa conscience , le deuxième est d’alerter ceux qui ne se sont pas posés de question.
    Salut et fraternité un demi siècle après . BC- promo 124

  54. Bernadette dit :

    La politique pour sauver l’économie française ne va pas.
    Face à tous ces traités, c’est le peuple qui subit.
    Y aura t’il une guerre civile dans notre bel hexagone ?

    Oui il y a l’ONU, que fait cette organisation ?
    A l’année prochaine

  55. Électeur désabusé (ou abusé) dit :

    Bravo et respect, ce fut pour moi comme un cadeau de Noël d’entendre sur les ondes votre prise de décision.

  56. david dit :

    enfin un socialiste un vrai, de gauche ! Hollande et Valls n’ont jamais cru qu’à leur accession au pouvoir. Les valeurs de gauche, c’est facultatif pour eux.

  57. laure Garralaga Lataste dit :

    Laure,
    Une amie qui vient de franchir les 40e rugissants… t’invite à cette réflexion :
    N’avons-nous pas franchi le cap de la sagesse ?
    J’ai une pensée pour notre ami Michel Serres qui vient de nous quitter dignement, gardant le silence sur sa maladie, ce qui nous a fait croire à « une mort par surprise ». « Les animaux ne se cachent-ils pas pour mourir ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.