Il y a comme un problème d'élections dans le couple

La nouvelle formule proposée par le gouvernement attendra que la loi fixe « les conditions dans lesquelles une personne peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu’elle est condamnée pour un crime ou un délit constituant une atteinte grave à la vie de la nation ». C’est donc devenu une réalité qui ne vise en fait que les binationaux puisqu’aucune autre catégorie de français ne peut être concernée puisque la création d’apatrides serait totalement contraire aux accords internationaux. Manuel Valls a atteint son objectif : mettre à l’aise les parlementaires ayant un brin de fidélité aux valeurs républicaines qu’il n’a pas hésité à trouver inutiles et dépassées. En enlevant un seul adjectif il les a libérés de leurs tourments et il à fort à parier que beaucoup se feront porter pâles ou voteront sous la contrainte morale d’une infidélité montrée du doigt favorablement. On leur fournit le mot d’excuse !
En fait le grand perdant de cette décision sera dans tous les cas le Président de la République. S’il passe ce sera grâce au chevalier Bayard de la déchéance Manuel Valls et s’il est retoqué ce sera mis au débit de François Hollande. Une vraie ambiguïté règne cependant sur les véritables motivations du Premier des Ministres. Pas de remaniement possible avant le scrutin de Versailles et donc il reste le maître du jeu jusqu’en février. Il aura perdu toutes les échéances électorales depuis son installation à Matignon. Il aura perdu la confiance du pays. Il aura réussi à parcelliser la Gauche. Il sera pourtant intouchable en raison de l’ardeur qu’il aura mis au combat en état de guerre.
On murmure que Christiane Taubira est partie beaucoup moins fâchée contre Hollande qu’elle ne l’est contre Valls qui ne cesse de passer des couches de reproches sur celle qu’il ne portait pas dans son cœur. Elle l’agaçait avec son tempérament frondeur, sa facilité oratoire, ses références culturelles et ses références aux valeurs de Gauche Il a ainsi totalement coupé celui qui aspire à un second mandat de la Gauche de la Gauche le laissant isolé et fragilisé. A l’Elysée on connaît la propension de l’occupant des lieux à minimiser els conflits dont il a horreur et à faire le minimum syndical en cas de licenciement. Christiane Taubira n’a pas eu d’entrevue orageuse avec l’homme de la synthèse. Par contre elle sera forcément dans la course présidentielle si… Valls pointe le bout de son nez.
Comme la revendication de l’organisation de primaires grimpe, comme une manifestation contre l’état d’urgence va rassembler ses détracteurs, la situation réelle du président va s’aggraver accréditant l’idée populiste que celui qui a des c…….. c’est celui qui tire à vue et ne ménage pas sa peine. La stratégie a son intérêt et correspond aux relations historiques constatées entre le Président de la République et son Premier des Ministres depuis le début du régime présidentiel. Sauf sous l’ère gaulliste il n’y a jamais eu de couples idéaux. Le pire a été celui que formèrent Mitterrand et Rocard et dans le fond le plus complémentaire fut Chirac-Jospin Jusqu’au moment où se profile les candidatures. On découvre alors la réalité de ce mariage qui est de raison mais jamais d’amour ! Ainsi si par le plus pur des hasards organisés la situation de François Hollande bien sapée devenait intenable il existerait un recours. Des troupes se massent autour du sauveur. Elles deviennent pugnaces, agressives, décidées. Des soupers sont organisés le mardi soir à Matignon dans la discrétion. Députés et sénat(rices)eurs consentants y vont chercher des propos guerriers mais ne s’en vantent pas trop car il y a aussi des apéritifs présidentiels où on peut se retrouver conviés. Ainsi chaque camp se rejoint sur un objectif mais avec des démarches différentes.
L’affaire de la réforme constitutionnelle n’est pas si neutre que ça à quasiment 15 mois de l’échéance présidentielle. Coupé d’une grande partie du Parti qu’il a pourtant vu grandir François Hollande est de plus en plus isolé. L’a-t-il fait volontairement ? Personnellement j’en doute tant il est imprégné de l’esprit corrézien de la synthèse ! Il a été dépassé dans la surenchère sécuritaire de son premier Ministre qui a mesuré le bénéfice qu’il pouvait à terme en tirer à terme si par hasard Sarkozy chutait sur le premier obstacle.
Le départ de Christiane Taubira libère à gauche la critique contre François Hollande qui va devoir choisir sa route alors que ses annonces sur l’inversion de la courbe du chômage sont encore dans les mémoires . La pression s’accroît maintenant pour l’organisation d’une primaire avant la présidentielle de 2017 et donc le contraint à se dévoiler. On a tablé quelque part du coté de Matignon sur sa faiblesse et on a pris le contre-pied total ! Mais ce que j’en dis !

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, PARLER POLITIQUE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Il y a comme un problème d'élections dans le couple

  1. lachamp dit :

    Christiane et François aujourd’hui séparés (probablement sans joie de part et d’autre) le spectacle continue…Reste bien présent le combat de coqs entre Macron et Valls. Je ne suis pas sûr que Hollande ne s’en régalera pas…
    Triste tout ça pour les valeurs qui ont été au centre de tant de nos luttes. « Ambition quand tu nous tiens » !…Bravo pour l’ardeur que tu mets Jean Marie à NOUS (comme dit Christiane Taubira) rendre plus lucides. Solidarité et amitié

  2. faconjf dit :

    Bonjour,
    et toujours en toile de fond le débat inutile et chronophage de la révision constitutionnelle… Pourtant il est possible de faire autrement. En effet, l’article 23-8 du Code Civil précise, selon la loi n°93-933 du 22 juillet 1993, que « Perd la nationalité française le Français qui, occupant un emploi dans une armée ou un service public étranger ou dans une organisation internationale dont la France ne fait pas partie ou plus généralement leur apportant son concours, n’a pas résigné son emploi ou cessé son concours nonobstant l’injonction qui lui en aura été faite par le Gouvernement.
    « L’intéressé sera, par décret en Conseil d’État, déclaré avoir perdu la nationalité française si, dans le délai fixé par l’injonction, délai qui ne peut être inférieur à quinze jours et supérieur à deux mois, il n’a pas mis fin à son activité.
    « Lorsque l’avis du Conseil d’État est défavorable, la mesure prévue à l’alinéa précédent ne peut être prise que par décret en conseil des ministres.
    Donc, avant toute modification législative et en considérant officiellement Daech, ou EI, ou OEI et toute autre organisation terroriste désignée comme telle par les autorités françaises, comme organisation internationale, il est possible de rédiger un décret en Conseil d’État faisant injonction à tout Français servant dans les rangs d’une telle organisation d’y cesser son concours. Au bout du délai de deux mois, la déchéance de nationalité pourrait être prononcée contre tous ceux dont l’identité est connue, à charge pour les services français de mettre à jour la liste des terroristes et pour le Conseil d’État, de publier des injonctions au fur et à mesure.
    Il suffirait alors de transmettre aux Douanes, à la PAF et à FRONTEX les identités des personnes concernées et de faire en sorte de les empêcher de rentrer en Europe.
    Cela représenterait un message fort et efficace qui aurait le mérite de ne pas attendre des attentats pour agir efficacement, découragerait probablement des vocations et provoquerait peut-être des réponses positives de certaines des personnes visées.
    L’utilisation de ces dispositions législatives existantes aurait le mérite de ne faire aucune distinction entre les Français, quelle que soit leur origine – et il se trouve, parmi les quelques 1 800 Français ayant rejoint les organisations terroristes en Irak, en Syrie et en Libye, un grand nombre d’individus n’ayant pas de double nationalité. Il est aberrant de ne pas inclure dans la même opprobre les simples nationaux et les binationaux. source http://prospectiveafricaine.net/?p=221
    Alors pourquoi tout ce battage politico-merdiatique? Les complotistes verront une attaque sournoise visant les Français qui aiment la France et souhaitant basculer cul pardessus tête cette oligarchie qui viole l’esprit de la constitution et se rend coupable de haute trahison au profit de puissance transnationales…
    Pour moi, c’est le caractère bien trop large du projet de révision constitutionnelle qui vise non seulement les crimes terroristes mais aussi toutes les « atteintes graves à la vie de la nation ». La droite a exigé que les délits constituant une atteinte grave à la vie de la nation soient aussi concernés. Hollande et Valls ont accepté. Or ensuite, n’importe quel législateur pourra mettre n’importe quoi dans cette rubrique bien trop large et floue.
    Salutations républicaines
    Ps désolé pour la longueur du post

  3. Yvon BUGARET dit :

    Jean-Marie, je suis d’accord avec ton analyse qui me fait froid dans le dos.Notre exécutif est bien mal en point. Notre Président n’a plus aucune chance pour la Présidentielle de 2017. Il faut vite organiser une primaire pour mettre en valeur des hommes d’état qui pourraient apporter un renouveau dans une Gauche réunifiée. Si l’on persiste dans la situation actuelle on peut être sûr d’un retour d’une Droite dure confortée par l’ Extrême Droite pour longtemps.

  4. Bernadette dit :

    Bonjour

    Voila le president qu’il faudrait pour que je vote PS,( la difficulté c’est que la profession de foi est une introduction pour installer un président. )
    Augmenter la retraite des petits agriculteurs (870 euros c’est trop bas)
    Abandonner l’éventail des kits emplois, pôle emploi c’est de l’esclavage.
    Abandonner les communautés de communes, remettre les cantons sur pied et faire interagir les communes pour que la commune sorte de son isolément. Abandonner la loi Sru et la déclinaison de la métropolisation.
    Développer les transports collectifs
    Connaître son lieu de vie
    Etc, etc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.