Quand c'est Toubon qui fait la leçon j'ai mal à ma Gauche

Il faut bien avouer que quand François Hollande a porté son choix sur Jacques Toubon, ancien garde des sceaux pour le moins controversé pas grand monde a approuvé sa décision. Surtout à gauche où on toujours prompt à oublier que l’on juge un acteur public à ses actes présents mais pas sur son passé. Or il faut avouer que le défenseur des droits ne lésine pas quand il s’agit de rappeler que nous devrions vivre au pays des Droits de l’Homme. Il a du boulot en ce moment car la situation d’angoisse collective qui pèse sur une société sûre de son bon droit n’arrange pas les comportements institutionnels. Il se coltine chaque semaine ou presque à des entorses « officielles » ou « officieuses » aux règles élémentaires de la démocratie et il publie communiqués et rapports avec la même efficacité qu’un prédicateur dans le désert.
Par exemple l’état d’urgence réitéré ne lui convient guère… et il le dénonce comme étant « totalement contraire à nos principes » la possibilité que le ministre de l’intérieur aura « de garder une personne aussi longtemps assignée à résidence à partir d’une supputation qu’elle représente un danger parce qu’elle revient d’un certain pays ». Voici du Toubon supplémentaire : « On entre dans l’ère des suspects !  Ce ne sont pas des petites mesures, cela affecte la liberté d’aller à venir, le droit à la vie privée et à la correspondance privée, ou la liberté de travailler ou d’étudier. ». Il voit un même danger dans le nouveau régime de la légitime défense mais n’est pas écouté ou entendu. Qu’aurait pu prendre comme position un Défenseur des Droits de gauche si ces mesures avaient été prises par un gouvernement de Droite ? Certainement pas davantage que lui… Alors il n’est pas inutile de saluer ces déclarations car elles sont empreintes des vraies notions de l’honnêteté dans une fonction de ce genre.
Jacques Toubon va encore plus loin quand il évoque le sort que notre beau pays réserve aux étrangers en général. « L’idée de traiter différemment les personnes n’ayant pas la nationalité française, de leur accorder moins de droits que les nationaux est si usuelle et convenue qu’elle laisserait croire que la question de la légitimité d’une telle distinction est dépourvue de toute utilité et de tout intérêt ». Son rapport est sans concession et rappelle aux fondamentaux une République oublieuse de sas valeurs. En matière de droits des étrangers tout est oublié depuis belle lurette. Le droit de vote aux élections locales est aux oubliettes de la campagne présidentielle et ne reviendra que lors de la prochaine comme un chiffon rouge agité devant les yeux myopes du taureau fasciste.
L’ex-Garde des Sceaux met également en avant les entraves à la scolarisation des enfants ou à l’accès à la santé, dénonçant une « logique de suspicion irriguant l’ensemble du droit français applicable aux étrangers (…) et va jusqu’à ‘contaminer’ des droits aussi fondamentaux que ceux de la protection de l’enfance ou de la santé ». Dommage que ce type de propos ne soit pas celui des ministres concernés… qui pourraient ainsi retrouver une partie de leur honneur. L’éducation interdite dans les faits à certains enfants est d’une cruauté absolue car elle conduit à une véritable frustration quand ces derniers espèrent un avenir meilleur que celui qu’ils ont quitté. Pour la santé il n’ont souvent qu’un accès à la médecine des toubibs dévoués, bénévoles, engagés des organisations humanitaire. Personne n’a réagi et personne ne réagira car ce n’est pas bon pour l’opinion dominante de reconnaître des droits à des gens qui viennent « manger le peu de pain » que croit avoir une majorité de gens possédant la carte Vitale !
Pour ceux qui atteignent le territoire français, le rapport de Toubon pointe « des entraves au droit de demander l’asile à la frontière » et «le maintien en zone d’attente, source de privation des droits ». Ce sera inaudible en période d’état d’urgence et de peur collective d’en envahissement par des réfugiés hirsutes et incontrôlables. Et même quand ils sont arrivés sur notre terre réputée d’asile le défenseur des Droits constate une « égalité de traitement avec les nationaux mise à rude épreuve ».
Il signale des «entraves à l’accès au droit » notamment en matière de prestations familiales mais également de « discriminations » à l’emploi et «  au logement constituant un frein à l’intégration. Il souligne aussi les contrôles d’identité servant souvent à cibler des étrangers. Le Défenseur des Droits, en chevalier blanc de la démocratie, constate que « trop souvent, ce sont les procédures de droit commun établies par le code de procédure pénale qui sont détournées pour effectuer un contrôle ciblé et potentiellement discriminatoire des étrangers présents sur le territoire ». Le délit de faciès existe bel et bien ! En attendant c’est Toubon qui fait la leçon… et j’ai mal à mon cœur d’homme de gauche !

Ce contenu a été publié dans PARLER POLITIQUE, PARLER SOCIETE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Quand c'est Toubon qui fait la leçon j'ai mal à ma Gauche

  1. J.J. dit :

    C’est vrai que ça fait de la peine de voir un homme de droite critiquer à juste titre les dérives autoritaires et discriminatoires d’un gouvernement qui se prétend de gauche !
    Quelle gauche ?
    N’a t- on pas fait dire à un hypothétique prophète : « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. »
    La bonne volonté est toujours bonne à prendre, de quelque côté qu’elle arrive.

    • bernadette dit :

      Bonjour J.J,

      Et les emplois, la gauche n’a rien fait. La gauche sait elle que notre pays est en récession économique. Les statistiques de la Dares le prouvent. Les entreprises délocalisées à l’étranger ont supprimé des emplois. La mondialisation à pris le pas.
      Les pantoufles de la gauche, je n’en veux pas.

  2. bernadette dit :

    Les élus de droite et de gauche doivent apporter un équilibre aux populations qu’elles soient urbaines, semi urbaines ou rurales. C’est leur rôle.
    Jusqu’à maintenant ce sont des outils qu’ils ont apporté qui coûtent chers au peuple (Internet et son abonnement).
    L’information pour tous devient une nécessité.
    C’Est quoi la modernisation des systèmes, ç’est la suppression des bureaux de poste, des annuaires téléphoniques, des bureaux Edf, des perceptions, des petits commerces etc.
    Le très haut débit est une foutaise pour les particuliers, un outil utile pour les entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *