On va tenter de vous prédire l’avenir. Un exercice d’autant plus difficile que vous n’avez aucun raison de me croire. Il s’agit pourtant simplement de rechercher dans le présent ce qui peut permettre de détecter le cheminement du monde et de le mettre en perspective. Il est aisé d’afficher un véritable bouleversement du monde dans quelques mois tellement les lignes de force semblent tracées.
Par exemple aux Etats-Unis il paraît acquis que le face à face opposera le « populisme trumpiste » à « l’affairisme bien pensant clintoniste ». Les résultats des primaires sont déjà connus et c’est sur eux que l’on peut prédire un résultat au moins aussi serré proportionnellement que celui de l’Autriche. Donald Trump a obtenu les voix de 1.238 délégués alors qu’il faut au moins 1.237 pour être désigné candidat de son parti. Lui qui a déjà investi plus de 43 millions de dollars de ses propres fonds pour sa campagne électorale, est le seul candidat pour l’investiture républicaine. En effet, deux de ses rivaux, Ted Cruz et John Kasic ont abandonné la lutte. Formellement, Donald Trump sera donc proposé candidat à la présidentielle lors du congrès du Parti républicain qui se déroulera à la mi-juillet. C’est un événement au moins aussi important pour notre futur que la loi El Khomry.
L’arrivée éventuelle à la tête des USA d’un fou furieux adulé par un électorat rendu au degré zéro de la culture et vivant que sous le joug du prêt à penser idéologique va transformer la planète en une scène permanente de Far-West. L’Europe mal en point risque d’être coincée entre deux blocs belliqueux ayant à leur tête des mégalos milliardaires autoritaires susceptibles paradoxalement de se mettre d’accord pour laminer le reste du monde ou presque.
Chez les démocrates, Hillary Clinton a aussi toute les chances de décrocher l’investiture dans une peu plus d’une semaine bien que son rival Bernie Sanders poursuive activement sa campagne, rassemblant des dizaines de milliers de partisans dans ses meetings, notamment en Californie cette semaine. Mais selon le dernier sondage, la majorité des Américains sont hostiles à Clinton et à Trump. La plupart d’entre eux considèrent pourtant que le milliardaire est capable de battre Clinton. En fait on arrive au bout d’une démocratie marquée par le fric et les idéaux simplistes, nationalistes, racistes et libéraux mais dont le poids reste prépondérant sur la marche du monde.
La Grande Bretagne ayant largué les amarres (Brexit) avec cette Europe continentale qu’elle n’a jamais aimée mais qu’elle a supportée pour l’exploiter financièrement la Commission est passée sous tutelle allemande dans la perspective des élections que devra affronter Merkel. L’extrême-droite dictera sa loi en Pologne, Hongrie et de façon plus discrète en Belgique, en Hollande, en Slovénie… La Turquie a viré définitivement à la dictature face à cette UE désunie et paniquée par les migrants. La Grèce paupérisée stagne pendant que l’Espagne et le Portugal se débattent dans des difficultés politiques incessantes… Bref l’Europe morcelée dès le début de 2017 n’aura plus aucun rôle réel sur la scène mondiale d’autant qu’en France les présidentielles et les législatives auront encore affaibli la position du pays.
Il ne faut pas confondre « prédictions » et « pronostics ». On ne peut pas envisager de prévoir le résultat de la campagne électorale élyséenne sans connaître celui des primaires à droite et surtout la position définitive du PS sur celles de la Gauche. Une seule certitude : la campagne devrait être très courte. Une autre : les deux seules personnalités engagées dans la course ayant un an devant elles deviennent donc Mélenchon et Le Pen ! Drôle de situation car ils risquent de mener le bal des prétendants en toute tranquillité. L’affrontement au sein de l’ex-UMP sera aussi dévastateur que celui qui n’aurait pas lieu à Gauche. D’ailleurs c’est la seule prévision fiable : les partis traditionnels exploseront en 2017 après les législatives qui reposeront davantage sur la personnalité des candidat(e)s que sur leur étiquette ce qui peut conduire à une assemblée nationale « explosée » avec un F.N. très présent car ayant eu le temps de se préparer.
Si l’on ajoute que rien en sera encore réglé au Proche et au Moyen-Orient l’année ne sera pas de tout repos et les « spécialistes » des plateaux des télés perroquets sont les seuls à avoir une brillant avenir. Ils vont pérorer durant des semaines et des mois sur l’avenir d’un monde en lambeaux dans lequel l’Homme aura encore moins sa place. C’est aussi une certitude : « la prévision est très difficile surtout quand elle concerne l’avenir » si l’on se fie à ce grand politologue qu’était Pierre Dac !