Monsieur Lenglet tirez-vous le premier !

Depuis des décennies et l’arrivée de la télévision le journalisme a lentement sombré dans une forme de vedettariat dénaturant les valeurs d’un métier pourtant très exigeant sur le plan de l’éthique. Depuis belle lurette un « présentateur » ou un « commentateur » supposé être détenteur d’une carte de presse similaire à celle d’un gratteur d’info de locale dans un journal de province, n’a plus rien à voir avec les bases d’un métier consistant à servir l’information et pas à s’en servir. On en arrive à chaque émission à se demander qui est le plus important : celui qui pose les questions ou celui dont on attend la réponse. La suffisance ou l’arrogance constituent désormais des atouts essentiels pour s’installer dans le paysage audio-visuel. Tout est bon pour parvenir à ses fins et notamment cette technique consistant à se bâtir une réputation en se « payant » son interlocuteur surtout si c’est un(e) élu(e). On construit son avenir journalistique sur la capacité que l’on peut avoir à provoquer un clash plutôt que sur celle de favoriser la compréhension d’un discours ou d’un événement, d’un contexte ou d’une personnalité.
Une bande constante de « je sais-tout » défile sur les plateaux de toutes les émissions pour y dispenser de propos sentencieux dénués de toute fiabilité. Jamais la situation n’a été aussi désastreuse et plus personne ne peut savoir qui est animateur, journaliste, saltimbanque ou enquêteur. Dans de multiples émissions le mélange des genres est tel que l’on se croirait au chamboule-tout d’une fête foraine. L’enjeu n’est pas de savoir ce que veut ou vient dire l’invité(e) mais d’arriver à le mettre à n’importe quel prix, en difficulté. Cette forme de journalisme se repaît de la polémique préfabriquée et de l’exceptionnel parfois outrancièrement mis en scène. Elle est devenue la norme dans l’audiovisuel.
Dans la dernière de « des paroles et des actes » qui accueillait Jean-Luc Mélenchon on a eu une illustration parfaite de cette réalité sociale inquiétante. François Lenglet le pape de l’économie libérale, qui officie sur le service public où il est rémunéré avec l’argent des contribuables, a accusé l’invité de soutenir un dirigeant « corrompu » : « La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques. » Or, la fameuse « petite amie de M. Morales » ne… l’est plus depuis dix ans, « le fils du président » n’a jamais existé et la justice a totalement innocenté le président bolivien, en réalité victime d’une machination destinée à lui faire perdre le référendum du 21 février dernier.
Malgré les protestations de Mélenchon la « vérité » a été assénée devant des millions de téléspectateurs et elle est donc passée dans l’opinion dominante. Il a fallu que l’ambassade de… Bolivie publie un communiqué humiliant pour le journalisme français condamnant les « propos démesurés, le manque d’information et de prudence de François Lenglet » le conduisant à répandre des « calomnies sans fondement » sur une chaîne publique… qui n’a pris aucune sanction contre ce manque flagrant de professionnalisme. L’intéressé avec une indécence coupable a consenti à publier un piteux communiqué pour tenter de réparer le fait d’avoir répandu une fausse information basée sur une rumeur que le Front national aurait bien aimé diffuser ! On attend une analyse par le CSA de ce qui constitue un manquement grave à la déontologie citoyenne du service public !
Dans la même émission l’ineffable Pujadas a manipulé allègrement l’opinion selon un processus traditionnel : celui du micro-trottoir appuyé sur un sondage. Deux outils sur-utilisés pour faire le contraire du journalisme c’est à dire orienter le téléspectateur ou l’auditeur vers un objectif déterminé à l’avance. Il s’agissait de démontrer que les grèves étaient impopulaires et que le gouvernement était au moins autant responsable que la CGT. La méthode est simple : « Une donnée centrale : qu’en pense l’opinion publique ?. Quel avis sur la loi travail ? Quel avis sur les grèves ou les blocages ? » lance Pujadas. On s’offre donc un sujet avec les avis de ces bons Français triés sur le volet dans la rue :« Un conflit qui n’en finit plus et des Français qui ont bien du mal à savoir ce qu’il faudrait faire pour y mettre un terme » annonce le commentaire avant bien évidemment d’aligner les témoignages qui prouvent que l’analyse est parfaite !
D’autant que les chiffres approximatifs et manipulés d’un sondage qui permet de renforcer l’idée que les sondés sont les Français dans leur ensemble ! « 46 % des Français estiment qu’il faudrait retirer la loi travail, 40 % qu’il devrait être modifié, seuls 13 % le garderaient en l’état. » Il y a seulement 1 % d’indécis quand dans d’autres sondages 32 % sont indécis car ils ne connaissent pas le texte… Le tour est joué : Pujadas est le héros de la France silencieuse qui ne parle que par micro-trottoir ou sondage !
Au même moment était décerné le prix Albert Londres, la plus prestigieuse mais la plus méconnue des récompenses professionnelles du journalisme. Il a été attribué à Claire Meynial, spécialiste de l’Afrique au service international du Point, où elle est journaliste depuis 2002. Elle a été récompensée pour une série d’articles sur les migrants d’Afrique de l’Ouest et la route périlleuse de l’exil et sur l’épidémie d’Ebola au Nigeria, a expliqué le jury, pour qui le reportage de la journaliste de 39 ans, «au-delà de ses qualités d’écriture et de rigueur d’enquête, accroche le lecteur par son humanité et son empathie pour les victimes». De leur côté, Sophie Nivelle-Cardinale, 37 ans, et Etienne Huver, 40 ans, ont été récompensés pour leur reportage « Disparus, la guerre invisible de Syrie » diffusée sur la chaîne Arte. Ils seront vite oubliés…alors que Lenglet et Pujadas ont de belles heures de service public devant eux !

Ce contenu a été publié dans PARLER MEDIAS, PARLER SOCIETE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Monsieur Lenglet tirez-vous le premier !

  1. TRUPIN guy dit :

    Ouf voilà june chronique qui fait du bien !. Ils sont insupportables ces donneurs de commentaires qui se veulent capteurs de « l’idée dominante du bon peuple de France » alors qu’ils n’officient que sur les trottoirs parisiens. G.T.

    • Martine Arlaud dit :

      Oui, « Ouf » !
      Ravie de vous lire ici, monsieur Trupin. Recevez les respectueuses salutations de la petite fille d’anciens administrés . Ma grand-mère a été une des premières a bénéficier du portage des repas à domicile.

  2. Michel dit :

    François Lenglet « pape de l’économie libérale sur le service public »… tout comme Dominique Seux qui, chaque matin sur France Inter (et le samedi en prime) nous délivre sa bouillie ultra libérale sans qu’aucune analyse contradictoire lui soit opposée.

  3. Dehlinger dit :

    Eh oui et l’ineffable Lenglet a encore frappé hier sur la 2 en présentant les retraités du baby boum comme des privilégiés ( travail, facile à l’époque , l’argent coulait à flots , inflation très favorable ., et maintenant retraite heureuse avec croisières et achats immobiliers à l’étranger…) spoliant quasiment les pauvres jeunes qui ont toutes les difficultés à entrer sur le marché du travail et dont la charge des très bonnes retraites (dixit) va grever tout leur avenir financier !!!!
    . Il aurait été plus objectif de dire en préambule que les 10% des français les plus riches détiennent plus de 50% du patrimoine national et à contrario les 50% des français les moins fortunés moins de 4%; Et malheureusement depuis la crise de 2008 l’écart n’a cessé de se creuser au bénéfice de la première catégorie. C’est bien là que se situe le problème , l argent appelle l’argent et une petite caste de privilégiés s’accapare l’essentiel du gâteau à coups d’optimisation fiscale ou carrément de fraudes Quand même 80 milliards par an …une paille qui résoudrait bien des problèmes.
    Heureusement un éclair de lucidité dans l’émission avec les propos de Joseph Stiglitz Prix Nobel d’économie auteur du livre » Le prix de l’inégalité » qui a déclaré devant un Lenglet un peu désarçonné que les pratiques ultralibérales, la déréglementation, les délocalisations et la baisse des impôts des plus riches depuis les années Reagan et Tatcher sont l’origine de ces maux et que l’Europe n’emploie pas les bonnes méthodes pour y remédier mais au contraire persiste dans la même !erreur. Dont acte !!!

  4. TROPEANO dit :

    Oui , que fait le CSA?
    Et ce qui se passe à France Télévisions est aussi très inquiétant.

  5. MAGICAPO2 dit :

    La Dictature des médias et la constante paupérisation de l’information toujours plus réductrice qui banalise les lieux communs.
    A ce titre , le petit Journal sur Canal de YANN BARTHES est encore le seul lieu public ou l’ironie est encore utilisée ……… pas pour longtemps hélas J – 15 !!

    Merci pour ce commentaire plein de lucidité !

  6. LAVIGNE Maria dit :

    L’émission « des paroles et des actes » puait la manipulation. En effet, après LENGLET et ses propos diffamatoires, nous avons eu droit au témoignage de Céline IMART, agricultrice aux mains propres qui a travaillé avec BOLLORE, que nous avions vue à SIVENS soutenant le projet tant contesté, le boulanger qui s’est exprimé sert l’Elysée. Tout cela est grotesque et ne grandit pas ceux qui croient que nous sommes tous des imbéciles. Merci pour ce billet qui remet un peu les pendules à l’heure…

  7. J.J. dit :

    Le fond de commerce exploité et diffusée ces derniers jours par Lenglet &Co a pour sujet les « retraités ».
    Le retraité par nature (on ne dit pas de quoi il est retraité : smicard ou PDG ?) est un nanti, il achète des appartements en Espagne, il fait des croisières. Etant nanti, il peut aide ses enfants qui n’ont pas les mêmes ressources que lui, l’ère de l’abondance étant close pour les nouveaux….
    Le retraité smicard ou même en dessous du seuil de pauvreté, ça n’existe pas.
    Le retraité qui est obligé de trimer avec un petit boulot pour joindre les deux bouts, et payer son loyer, on ne connaît pas(un retraité est forcément propriétaire).
    Le retraité qui a des revenus modestes mais décents, « de quoi vivre », et qui occupe ses loisirs à rendre service aux Restos du Cœur ou dans d’autres associations d’aide aux démunis au lieu d’aller se bronzer en croisière, ça existe ça ?

    Haro sur le retraité, le retraité forcément privilégié, riche et profiteur, ce pelé ce galeux, cet accapareur !
    Diviser pour régner, quel beau programme !

  8. lecourt gérard dit :

    Merci Mr Darmian
    Ce monsieur Lenglet qui pour moi n’a que le nom de journaliste ne connait pas du tout ses sujets, toujours à chercher ses notes, un mauvais en sorte.
    Continuez à remettre de l’ordre dans l’information!!
    merci

    • J.J. dit :

      Détrompe toi, ami Gérard, Lenglet, à défaut de mériter le titre de journaliste connaît très bien ses sujets, il les connaît même par cœur et récite comme un perroquet ce que les Gattaz et autres esclavagistes de même farine lui donnent à diffuser.

  9. Jean-Alain dit :

    Sur le site de France TV Info, j’ai fait la même analyse de l’impact que cette fausse info sur la majorité des spectateurs et de la piteuse présentation d’excuses, qui n’en étaient pas, mais mon commentaire pourtant très soft n’a jamais paru. La censure existe encore et toujours par une modération pas très modérée. Alors merci pour votre analyse qui nous montre quels sont les nouveaux papes du journalisme.

  10. Peronard dit :

    Puissent le millions de telespectateurs qui ont suivi l’émission lire cette chronique ! Puisse Mr langlet être demasqué !

  11. DEGRAVE MICHEL dit :

    Voilà ce que j’écrivais au courrier des lecteurs, irrité par les prestations de François et Nathalie:

    Une chaîne qui enchaîne.
    Nous en prenons ombrage, nul n’ose protester de façon impie.
    Et pourtant!
    Voila une chaîne publique qui montre ses bons samaritains de la Météo, du Loto, et ses précieuses infos qui ne négligent point les faits divers…
    Mais surtout qui donne l’expression de façon indiscutable mais régulière à deux apôtres apportant la bonne parole et la vérité révélée: Nathalie et François( Dieu reconnaîtra les siens!)
    Pourquoi ne pas lire les fables à l’heure de la grande messe de la 2?

    – Il importe si bien, que de tous vos repas
    Je ne veux en aucune sorte,
    Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.  »
    Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

    Les Fables, Livre I- Le loup et le chien

  12. Yvon BUGARET dit :

    Un grand merci à Jean-Marie pour ce blog qui devrait être diffusé dans la presse nationale et locale. Je suis d’accord avec tous ceux qui ont apporté un commentaire. Poujadas, Langlet et bien d’autres sont de plus en plus détestables dans leur façon d’interviewer. Ils connaissent tout et ont un comportement parfois insolent. Il y aurait besoin de faire beaucoup de ménage dans cette presse qui ne grandit pas notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *