L’époque est formidablement complexe et tout le monde joue avec cette réalité pour tenter d’excuser ses manquements, ses fautes, ses erreurs ou mêmes parfois ses délits ou ses crimes. La nouvelle théorie qui hante les réseaux sociaux est celle du… complot. Il y en a partout dans tous les milieux des plus modestes aux plus huppés, dans les faits divers comme dans la politique, en économie comme dans la culture ou le sport. C’était certes le cas au cours des siècles écoulés mais depuis quelques mois la méthode prend son envol sous l’influence de publications impossibles à contrer car largement diffusées avant d’être disséquées et contrées.
En fait la raison, la science ont fait place au sensationnel, à l’irrationnel mâtinés de secrets et de révélations. Pas un petit ou un grand événement sans que circule une explication plus ou moins fumeuse s’appuyant sur des « indices » et des « preuves » réputées cachées au grand public. Il est vrai que la désinformation et surtout la communication institutionnelle sont vraiment manipulées en permanence face à des médias incapables de financer des enquêtes approfondies sur les sujets les plus sensationnels. Ils se contentent souvent des apparences portées par des images !
Cette tendance à ne plus faire de la pédagogie informative permet de laisser accroire que tout n’est pas dit, que tout est truqué, dissimulé et que surtout des spécialistes tirent les ficelles d’événements parfois terribles. Le fameux 11 septembre 2001 en est l’illustration parfaite… Si la responsabilité d’Al-Qaïda dans ces attentats est revendiquée par son chef spirituel, Oussama ben Laden, et confirmée par la plupart des médias occidentaux, des gouvernements et des spécialistes, la polémique sur la nature de ces événements, ses causes, et les responsabilités en jeu n’a pas manqué en effet d’apparaître rapidement.
Dès le début de l’année 2002, le livre « L’Effroyable Imposture » du Français Thierry Meyssan, remettant en cause l’explication institutionnelle des attentats, a connu une diffusion internationale. Depuis, d’autres auteurs comme Jimmy Walter, Webster G. Tarpley ou David Ray Griffin ont également publié des livres sur ce sujet. Internet est le lieu privilégié d’exposition de ces thèses divergentes via de nombreux sites qui proposent des documents sous forme d’images d’archives, de vidéos et d’entretiens. Des documentaires, dont le plus connu est Loose Change, ont également été consacrés à ces questions.
Certains affirment ou supposent l’implication du gouvernement américain, affirmant que certains faits observés ou rapportés ne sont pas pris en compte par ladite version ou ne sont pas expliqués par elle. Pour ces auteurs, les attentats auraient fourni le prétexte à l’administration Bush de modifier radicalement les politiques intérieure et extérieure des États-Unis, notamment avec les dispositions législatives du Homeland Security Act et des Patriot Act 1 et 2, et ainsi de justifier les invasions militaires de l’Afghanistan et de l’Irak qui ont suivi187, projets qui nécessitaient, selon les principes de la guerre psychologique, un événement déclencheur pour être mis en place. Les promoteurs de ces théories les disent de plus en plus présentes dans l’opinion publique américaine190 à la suite des manifestations répétées des familles de victimes et aux conférences191 organisées par ces auteurs, avec parfois l’aide des médias locaux ou régionaux. Il y a eu aussi par exemple des tonnes de littérature sur l’assassinat de J.F Kennedy !
Il ne faut pas aller loin car en France le « complotisme » empire. Il existe au minimum des doutes sur les avatars sexuels supposés de DSK ! Il se peut aussi que ce « malheureux » Nicolas sarkozy, selon ses supporteurs soit victime d’une conspiration secrète émanant de l’Élysée où bien entendu de son temps il n’existait pas de complots envers ses adversaires. Les Balkany seraient d’innocentes victimes d’une machination destinée à les tuer politiquement. Le coup des photos d’un Hollande casqué sur un scooter allant chez sa dulcinée relèverait d’une affaire nauséabonde montée par ses détracteurs. Partout en politique il n’y a que des repas au moins discrets, des réunions stratégiques confidentielles, des actions perverses calculées mais elles ne seraient que la résultante d’appartenance à la Franc-maçonnerie (la coupable idéal en matière de complot), les juifs (ça ne vous rappelle rien ?) ou de structures occultes ou officielles invisibles.
Il y a désormais du complot partout et tout le temps pour des victimes en tous genres. Tenez le député LR Thierry Solère, tombeur de Claude Guéant victime emblématique de complots variés est dans le collimateur du fisc… Il se défend aisément : « Je suis la victime du cabinet noir de l’Elysée », s’offusque cet adepte de la probité dans la vie publique, reprenant ainsi à son compte une accusation déjà portée par d’autres ténors de la droite visés par la justice depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir. «La volonté est manifeste de me nuire et d’entacher le bon déroulement de la primaire», estime-t-il. Bref il y aurait dans la France républicaine plus de comploteurs que de citoyens ! C’est dire…