Quand on approche du réacteur nucléaire il faut le faire prudemment en prenant toutes les précautions possibles afin de ne pas être irradié. La pire centrale pouvant dégager des ondes nocives à haute dose a dû être dans cette perspective l’Élysée entre 2007 et 2012… Tous ceux qui s’en sont approchés finissent avec la police aux fesses, ce qui leur vaut au minimum des blessures d’amour propre et au pire un séjour dans les prétoires offert par la marque Sarkozy ! Incroyable : plus d’une vingtaine de ses « collaborateurs » directs ou indirects est passée par la garde à vue avant de terminer pour le moment par une mise en examen. Une véritable hécatombe qui dénote surtout un vrai système de contournement collectivisé des lois et des principes moraux devant être en vigueur au sommet de l’État.
Barbouzes, détournements, collusions, concussion, engagements meurtriers dans de sales guerres, infraction avérée aux règlements, détournements de fonds publics : un palmarès exceptionnel dans un pays démocratique se voulant exemplaire. On craint 50 migrants soupçonnés d’être des voleurs, des violeurs, des assassins putatifs mais on tolère que Sarkozy et près de 40 voleurs en bande organisée occupent sans cesse la scène médiatique sous prétexte qu’ils peuvent eux, bénéficier de la présomption d’innocence. Outre ses affaires personnelles qui seraient selon ses fans le fruit d’un acharnement judiciaire on le retrouve des affaires Sarkozy dans tous les secteurs de la vie sociale. Par exemple dans la justice, son avocat Thierry Herzog est soupçonné d’avoir tenté de récupérer des informations couvertes par le secret en marge de l’affaire Bettencourt auprès d’un haut magistrat. En échange, Nicolas Sarkozy aurait promis d’intervenir pour que ce dernier obtienne un poste à Monaco. pas grave ! Passons à autre chose…
Dans le secteur des finances l’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant a été mis en examen pour « faux, usage de faux et blanchiment de fraude fiscale en bande organisée ». En cause : la vente miraculeuse de deux tableaux flamands pour expliquer un virement de 500 000 euros sur son compte. Claude Guéant et Michel Gaudin ont aussi été placés en garde à vue dans l’affaire de primes en liquide au ministère de l’Intérieur. Quelque 10 000 euros mensuels non déclarés auraient été perçus par Claude Guéant entre 2002 et 2004, lorsqu’il dirigeait le cabinet de Nicolas Sarkozy place Beauvau. Michel Gaudin était alors patron de la police nationale. Et il ouvrait la voie !
Maintenant c’est au tour de Christian Flaesch ancien patron sarkozyste de la police judiciaire a être placé en garde à vue. Il avait été limogé par Manuel Valls après une mise en garde du parquet sur un appel téléphonique passé à Brice Hortefeux pour le prévenir d’une prochaine audition le concernant. Dans la même procédure que Christian Flaesch, Bernard Squarcini, l’ancien patron du renseignement intérieur. Il a également été placé en garde à vue. Le successeur de Christian Flaesch, Bernard Petit, avait lui aussi été limogé car il fait toujours l’objet d’une mise en examen pour « violation du secret de l’instruction ». Tous été proches, très proches de Nicolas Sarkozy qui les avait promus et encensés ! Une bien belle brochette !
Dans l’affaire Bygmallion portant sur un système de double comptabilité et de fausses factures destiné à imputer à l’UMP des dépenses de la présidentielle 2012 pour éviter le dépassement du plafond autorisé, soit 22,5 millions d’euros ce sont 14 personnes au total qui sont mises en examen, dont Éric Cesari, ancien relais de Nicolas Sarkozy à l’UMP. L’ex-patron de ce parti (que l’on tente de faire oublier dans le drapé Les Républicains), Jean-François Copé a déjà été mis en examen pour abus de confiance. Des babioles qui n’indignent pas grand monde dans la course aux primaires : seulement 2 sur 7 en cours et un « ancien » !
Autour de Bernard Tapie bénéficiaire d’une générosité de 403 millions d’euros l’ex-ministre de l’Économie Christine Lagarde a été mise en examen pour négligence par la Cour de justice de la République. En janvier 2015, la cour d’appel de Paris a validé les mises en examen pour « escroquerie en bande organisée » de Bernard Tapie, de Pierre Estoup et de Maurice Lantourne, puis s’est ajoutée une mise en examen de Bernard Tapie pour « escroquerie en bande organisée » est validée par un arrêt de la cour de cassation du 20 janvier 2016. La régularité des contrats conclus, sans appel d’offres, entre l’Élysée et neuf instituts de sondage sous le quinquennat Sarkozy a conduit aux mises en examen des anciens conseillers élyséens, Patrick Buisson et Pierre Giacometti…
La liste s’allonge tous les jours ! Pas un seul secteur qui n’ait pas été touché en 5 ans par une magouille. Il faudrait y ajouter le micmac de Clearstream, l’attentat de Karachi, le déclenchement de la guerre en Libye et les relations avec le Qatar qui ne sont pas des « affaires » franco-françaises mais dans lesquelles des doutes peuvent exister. Et dans le fond mieux vaut s’indigner sur le comportement potentiel des migrants car c’est plus populiste et plus rentable électoralement.