La désinformation organisée est devenue l’opium des peuples

Il faut s’en persuader : les prochaines élections françaises s’inscriront en très grande partie dans le sillon ouvert par celles qui viennent de s’achever aux Etats-Unis. les laboureurs de la désinformation sèment à la volée les graines d’une récolte électorale profitable.  D’ailleurs en hors d’œuvre les primaires en cours se déroulent selon les mêmes principes avec des attaques de plus en plus violentes à droite et une candidature présumée à gauche dont on sait par avance qu’elle sera rejetée par les électrices et les électeurs. Et ce n’est pas fini avec son cortège de fausses réconciliations comme on en a connu chez les Démocrates et le mépris pour l’appareil du parti comme ce fut le cas chez les Républicains. Il reste à observer le comportement des candidat(e)s déclarés qui préparent tactiquement leur campagne. Le Front national a soigneusement élaboré un plan reposant sur les constats tirés des pratiques « trumpistes » : les réseaux sociaux remplacent toutes les facettes habituelles des contacts avec l’électorat isolé ou replié sur lui-même.

Le système piloté par un éminent spécialiste de la propagande par la désinformation nommé Steve Bannon très connu pour avoir réalisé des documentaires extrémistes et surtout pour diriger un site internet « Breitbart News » qui a osé toutes les outrances au nom de la liberté d’expression. Sa cible préférée aura été depuis des semaines Hillary Clinton qu’il a « assassinée » par des diffusions massives d’approximations, de contre-évités ou de slogans simplistes. Il s’agit d’une démarche délibérée reposant sur le fait que plus de 40 % des habitants des USA ne se réfèrent pour leur information qu’aux réseaux sociaux en général et à Facebook en particulier. En fait il s’agit tout simplement de bombardements quotidiens à fragmentations que l’adversaire n’arrive pas à endiguer !

Le principe essentiel de cette technique électorale est repris méthodiquement par le FN sur par exemple le thème des « migrants ». En démultipliant sciemment ou de « bonne foi » des affirmations totalement erronées mais présentées comme scandaleuses des spécialistes imprègnent les esprits de pseudo-vérités ne pouvant pas être combattues. La vitesse de propagation de « hoax » sur les sommes reçues par les migrants, sur l’absence de logements étudiants à Lille après attribution aux étrangers, le condamnations des proches de tel ou tel ministre est devenue fulgurante et rien ne contient une véritable inondation aux effets désastreux pour la très grande majorité de gens n’accédant à aucun autre média. Aux USA le constat est on ne peut plus inquiétant : rien ne s’oppose par exemple sur Facebook à ce déferlement via la publicité de manipulations à grande échelle. Pour le moment en France le Fn l’utilise à doses maîtrisées mais dès janvier il faut craindre un vrai tsunami de posts déjà préparés !

Il faut avouer que la politique de contrôle de ces supports est pour le moins discutable. Des seins nus peuvent générer une mise à l’écart d’une publication alors que des énormités dénuées de tout fondement ne sont pas considérées comme illégales passent sans problème durant des jours en boucle sur les réseaux. Sont en effet interdits les posts sur la pornographie, violent (?), liés aux jeux d’argent. Pour le reste tout est permis et le FN va s’en servir au maximum. Aux Etats-Unis la publication d’informations fausses et sensationnelles est devenue un vrai business.

Une enquête, montrait que plus de 100 sites pro-Trump propageant des informations fausses étaient tous issus d’une petite ville de… Macédoine. On y lisait par exemple que Clinton allait être accusée de crimes liés au scandale des emails par le FBI en 2017. Ces articles, totalement faux, étaient en fait écrits par des jeunes Macédoniens dans le simple but de se faire un peu d’argent. Partagé des centaines de milliers de fois par les supporteurs de Trump, ces articles sont donc très lus alors qu’ils demandent peu de travail, étant donné qu’ils n’ont pas besoin d’être vrais. Le New York Times rappelle qu’un article affirmant que le pape François soutenait Trump a été partagé plus d’un million de fois… Il y a actuellement sur Facebook des centaines de « hoax » du même style, fabriqués spécialement pour intoxiquer le fil d’actualité et qui sont pris au premier degré ! Il arrive même que des gens relaient des textes caricaturaux, humoristiques et totalement inexacts du Gorafi en étant persuadés de leur véracité !

Il paraît que des mesures nouvelles seront prises pour lutter contre le vrai fléau pour la démocratie qu’est la désinformation organisée. Il est difficile d’y croire puisque les publicités achetées pour diffuser les hoax de tous bords. Ainsi selon une analyse de plusieurs pages Facebook partisanes on a pu trouver 38% d’informations partiellement fausses sur les sites pro-républicains contre 20% sur les sites pro-démocrates…. peu importe d’ailleurs ! Le mal est fait puisque chaque publication ne vise qu’à ancrer de fausse révélations présentées comme des certitudes dans des utilisateurs cherchant avant tout à conforter leur parti pris ! Eure militant et citoyen maintenant ne consiste plus à aller coller des affiches ou à tracter mais à être présent dans la guerre des réseaux sociaux ! Un combat décisif pour la République !

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à La désinformation organisée est devenue l’opium des peuples

  1. bernadette dit :

    Bonjour M. Darmian,
    « Les paradis fiscaux devraient etre traites comme les porteurs d’une dangereuse maladie et mis en quarantaine ». Joseph Stiglitz

    • faconjf dit :

      @ Bernadette Vous avez raison de citer Stiglitz., En 2002, Stiglitz publia La Grande Désillusion (Globalization and its discontents), où il affirme que le FMI fait passer l’intérêt de son « principal actionnaire », les États-Unis, avant ceux des nations les moins favorisées qu’il a pourtant pour objectif de servir. D’autre part, en prenant comme exemple la crise asiatique de 1997 et la transition russe, Stiglitz soutient que les politiques préconisées par le FMI ont souvent aggravé les problèmes dont il avait à s’occuper, entraînant des conséquences sociales dévastatrices et un accroissement de la pauvreté.
      Quel écho mondial à cette parution de 2002? Rien le FMI et la Banque Mondiale continuent imperturbablement à appauvrir les plus pauvres et à enrichir les plus riches au bénéfice de l’ordre mondial Étasunien et Donald n’y changera RIEN, tout comme O’BWANA. Désinformation, désinformation, désinformation…

      • bernadette dit :

        @faconjf

        Stiglitz preconise comme Sapir et d’autres une sortie de l’Euro. Quand pensez vous ?

      • faconjf dit :

        @Bernadette sortie de l’€, là aussi beaucoup de désinformation basée sur la peur par les leaders LR/PS et des Eurolâtres … Pour commencer sur la dette souveraine, il se trouve que la règle, établie par la cour d’arbitrage internationale depuis la fin des années 1920, est que tout titre émis dans le droit du pays « x » doit être payé dans la monnaie du pays « x », quel que soit le nom de cette monnaie. C’est ce que l’on appelle la lex monetae. Cela veut dire que si la France décide de quitter l’euro et de revenir au franc, 97% de notre dette publique sera immédiatement et sans contestation possible, re-dénomminée en franc.Pour les dettes privées, une grande part de ces dernières est placée auprès d’acteurs français. Il n’y aura aucun problème en matière de dettes en cas de sortie de l’euro. La vision désastre en cas de sortie de l’€ semble être de la pure désinformation. Maintenant sortir de l’€ OUI mais pour quelle politique? si l’objectif est le désendettement le taux de change doit être élevé (franc fort) ce qui freine les échanges ou réduit drastiquement les marges à l’export et donc réduit les investissements ( investisseurs étrangers, R&D…) donc les emplois. Si l’option est de favoriser les investissements et l’emploi alors il faudra accepter un désendettement à beaucoup plus long terme mais l’impact sur l’emploi améliorera notablement les comptes sociaux. Je ne pense pas que les banksters de Goldmann Sachs est un intérêt quelconque à une sortie de l’€ et de sa re-dénomination en francs ( monnaie dépréciée !!) c’est plutôt le contraire. On peut compter sur les banksters pour trouver les moyens de nous savonner la planche.
        Mais cette affirmation de ma part est surement de la désinformation.
        amicalement

  2. ZABULON alain dit :

    Je partage totalement cette analyse. Aurons nous en 2017 une campagne digne ou cederons nous à la tentation américaine de la boue et de la fange ? Derrière la réponse, c’est un choix de société qui se profile.

    • bernadette dit :

      @Zabulon,

      Il faut sortir de la haine de soi et des autres.
      Des hoax sont de la desinformation et du piratage.
      Pourquoi la communication virtuelle n’est elle pas autorisee ?

  3. faconjf dit :

    bonjour,
    des hoax par milliers sur les réseaux sociaux et le combat pour la vérité battue en brèche par des militants extrémistes utilisant des faits détournés spécieusement. Le rappel de ces faits remis dans leur contexte se heurte au déni, à la mauvaise foi ou aux affirmations erronées qui vont dans le sens « politique » du perroquet « partageur d’internet ». Et voila comment nous allons réécrire l’histoire, tout comme l’ont fait nos anciens en écrivant le roman national. A la différence des haineux d’aujourd’hui les historiens du XIX ème forgeaient un récit fortement teinté de patriotisme qui valorisaient la construction de la nation. L’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord disait Napoléon au soir de Waterloo.
    Et oui nous vivons dans la désinformation permanente et ceux qui crient aux mensonges sont aussi ceux qui cherchent à faire condamner Julien Assange pour viol.Cette accusation survient peu de temps après que WikiLeaks a publié 77 000 documents confidentiels de l’armée américaine sur la guerre en Afghanistan, déclenchant la « fureur du Pentagone ». Que dire des pressions incessantes sur les pays vassaux de l’Empire pour obtenir l’extradition qui l’expose à une peine de prison à vie, et potentiellement à la peine capitale. Le soldat américain Bradley Manning, qui était la principale source des documents publiés sur Wikileaks, a lui été condamné pour espionnage à 35 ans de prison.
    “Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la disent.” [George Orwell]
    Salutations républicaines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *