Il faut s’en persuader : les prochaines élections françaises s’inscriront en très grande partie dans le sillon ouvert par celles qui viennent de s’achever aux Etats-Unis. les laboureurs de la désinformation sèment à la volée les graines d’une récolte électorale profitable.  D’ailleurs en hors d’œuvre les primaires en cours se déroulent selon les mêmes principes avec des attaques de plus en plus violentes à droite et une candidature présumée à gauche dont on sait par avance qu’elle sera rejetée par les électrices et les électeurs. Et ce n’est pas fini avec son cortège de fausses réconciliations comme on en a connu chez les Démocrates et le mépris pour l’appareil du parti comme ce fut le cas chez les Républicains. Il reste à observer le comportement des candidat(e)s déclarés qui préparent tactiquement leur campagne. Le Front national a soigneusement élaboré un plan reposant sur les constats tirés des pratiques « trumpistes » : les réseaux sociaux remplacent toutes les facettes habituelles des contacts avec l’électorat isolé ou replié sur lui-même.

Le système piloté par un éminent spécialiste de la propagande par la désinformation nommé Steve Bannon très connu pour avoir réalisé des documentaires extrémistes et surtout pour diriger un site internet « Breitbart News » qui a osé toutes les outrances au nom de la liberté d’expression. Sa cible préférée aura été depuis des semaines Hillary Clinton qu’il a « assassinée » par des diffusions massives d’approximations, de contre-évités ou de slogans simplistes. Il s’agit d’une démarche délibérée reposant sur le fait que plus de 40 % des habitants des USA ne se réfèrent pour leur information qu’aux réseaux sociaux en général et à Facebook en particulier. En fait il s’agit tout simplement de bombardements quotidiens à fragmentations que l’adversaire n’arrive pas à endiguer !

Le principe essentiel de cette technique électorale est repris méthodiquement par le FN sur par exemple le thème des « migrants ». En démultipliant sciemment ou de « bonne foi » des affirmations totalement erronées mais présentées comme scandaleuses des spécialistes imprègnent les esprits de pseudo-vérités ne pouvant pas être combattues. La vitesse de propagation de « hoax » sur les sommes reçues par les migrants, sur l’absence de logements étudiants à Lille après attribution aux étrangers, le condamnations des proches de tel ou tel ministre est devenue fulgurante et rien ne contient une véritable inondation aux effets désastreux pour la très grande majorité de gens n’accédant à aucun autre média. Aux USA le constat est on ne peut plus inquiétant : rien ne s’oppose par exemple sur Facebook à ce déferlement via la publicité de manipulations à grande échelle. Pour le moment en France le Fn l’utilise à doses maîtrisées mais dès janvier il faut craindre un vrai tsunami de posts déjà préparés !

Il faut avouer que la politique de contrôle de ces supports est pour le moins discutable. Des seins nus peuvent générer une mise à l’écart d’une publication alors que des énormités dénuées de tout fondement ne sont pas considérées comme illégales passent sans problème durant des jours en boucle sur les réseaux. Sont en effet interdits les posts sur la pornographie, violent (?), liés aux jeux d’argent. Pour le reste tout est permis et le FN va s’en servir au maximum. Aux Etats-Unis la publication d’informations fausses et sensationnelles est devenue un vrai business.

Une enquête, montrait que plus de 100 sites pro-Trump propageant des informations fausses étaient tous issus d’une petite ville de… Macédoine. On y lisait par exemple que Clinton allait être accusée de crimes liés au scandale des emails par le FBI en 2017. Ces articles, totalement faux, étaient en fait écrits par des jeunes Macédoniens dans le simple but de se faire un peu d’argent. Partagé des centaines de milliers de fois par les supporteurs de Trump, ces articles sont donc très lus alors qu’ils demandent peu de travail, étant donné qu’ils n’ont pas besoin d’être vrais. Le New York Times rappelle qu’un article affirmant que le pape François soutenait Trump a été partagé plus d’un million de fois… Il y a actuellement sur Facebook des centaines de « hoax » du même style, fabriqués spécialement pour intoxiquer le fil d’actualité et qui sont pris au premier degré ! Il arrive même que des gens relaient des textes caricaturaux, humoristiques et totalement inexacts du Gorafi en étant persuadés de leur véracité !

Il paraît que des mesures nouvelles seront prises pour lutter contre le vrai fléau pour la démocratie qu’est la désinformation organisée. Il est difficile d’y croire puisque les publicités achetées pour diffuser les hoax de tous bords. Ainsi selon une analyse de plusieurs pages Facebook partisanes on a pu trouver 38% d’informations partiellement fausses sur les sites pro-républicains contre 20% sur les sites pro-démocrates…. peu importe d’ailleurs ! Le mal est fait puisque chaque publication ne vise qu’à ancrer de fausse révélations présentées comme des certitudes dans des utilisateurs cherchant avant tout à conforter leur parti pris ! Eure militant et citoyen maintenant ne consiste plus à aller coller des affiches ou à tracter mais à être présent dans la guerre des réseaux sociaux ! Un combat décisif pour la République !