Les desseins avérés de la bande à Donald !

Et si dans le fond le moins dangereux de tous s’appelait Donald ? Celui qui détestent les journalistes des « canards » qu’ils considèrent comme boiteux ou enchaînés aux élites n’apparaît pas en effet comme fermement décidé sur les politiques à mener. Il renonce à supprimer totalement certaines réformes de Obama et il maintient par exemple le mariage gay… Ses déclarations se raréfient et il abandonne lentement l’outrance pour se contenter de ressasser quelques promesses sensationnelles qui seront très difficiles voire impossibles à mettre en œuvre. En revanche il va bien falloir se rendre à l’évidence : son entourage risque d’être beaucoup plus dangereux que lui ! Chaque jour tombe un nom qui risque vraiment de poser des problèmes ! Tous les observateurs d’un homme de pouvoir savent en effet qu’il devient très vite la marionnette de décideurs de l’ombre. Et il faut craindre que les USA soient très vite aux mains de faucons en tous genres.

C’est ainsi que Donald… Trump a nommé à la justice un certain Jeff Sessions, 69 ans ? sénateur ultra-conservateur ? très remonté contre l’immigration illégale. Il a été dans la répartition des rôles l’un des porteurs des principaux thèmes de campagne du candidat républicain en promettant d’expulser les 11 millions de clandestins qui se trouveraient aux États-Unis. Surréaliste : expulser 11 millions de personnes dont beaucoup sont intégrées socialement et installées pour travailler dans des entreprises émaricaines heureuses de s’offrir une main d’œuvre à bas prix ! Natif du sud, il a représenté l’Alabama, état éractionnaire, au Sénat à partir de 1997 et s’y est illustré durant les présidences de George W. Bush et Barack Obama en s’opposant à plusieurs projets de régularisation de sans-papiers. Il a provoqué une controverse pour des propos racistes tenus face à un avocat noir il y a plusieurs décennies. C’est lui qui décidera des poursuites judiciaires dans les affaires de policiers auteurs de violences. Les émeutes ne tarderont pas à venir !

On va aussi trouver un « faucon » hostile à l’Iran et surtout prêt à dénoncer l’accord signé après de longues négociations sur le nucléaire. Mike Pompeo devient en effet directeur de l’agence de renseignements CIA après avoir été membre de la Chambre des représentants pour le Kansas. Sorti major de sa promotion de West Point, prestigieuse école de formation des officiers américains de l’armée de terre, il a quitté l’armée en 1991 pour étudier le droit à Harvard, puis se lancer dans les affaires en fondant Thayer Aerospace, une entreprise aéronautique qu’il a ensuite revendue. Il s’est illustré au sein de la commission d’enquête dominée par les républicains au Congrès sur l’attaque de la mission américaine à Benghazi en 2012 (4 morts dont l’ambassadeur). Il vait obtenu que ses collègues finissent par accuser….Hillary Clinton, secrétaire d’État, d’avoir minimisé la menace djihadiste en Libye. Un belle recrue qui va certainement peser directement sur bien des démocraties dans le monde. Déjà présente la CIA risque avec lui de devenir omniprésente.

Il fera équipe avec un militaire encore plus inquiétant. Général à la retraite Michael Flynn a eu une carrière militaire dans le renseignement, qui l’a conduit en Irak et en Afghanistan. En 2012, le président Obama l’avait nommé patron du renseignement militaire américain (DIA), qui comptait environ 16 500 personnes sauf que quelques mois plus tard il est parti après de multiples difficultés internes à cette organisme très puissant. On le dit, paradoxalement, proche de Moscou, qui doit être, selon lui, un allié dans la lutte contre le terrorisme et passe pour un partisan du dialogue avec Poutine contre le djihadisme ! Il est considéré comme un va-t-en-guerre…Il va faire un retour tonitruant au premier plan !

ce trio de choc accompagne l’arrivée à la Maison Blanche de Steve Bannon, patron du site d’information d’extrême droite Breitbart, comme haut conseiller en charge de la stratégie. Ce grand utilisateur des réseaux sociaux, grand spécialiste de la désinformation érigée en principe de communication de Donald va décliner les grands choix effectués dans le bureau ovale.

Ne possédant absolument aucune expérience de la conduite des affaires d’un État aussi colossal le nouveau Président s’entoure de personnalités manquant singulièrement de recul dans un monde ressemblant à un baril de poudre. Dans le fond la bande à Donald n’aura pas des desseins animés de bonnes intentions ! Et « The end » n’est que dans 4 ans !

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les desseins avérés de la bande à Donald !

  1. bernadette dit :

    Bonjour,
    Les USA superpuissance mondiale avec son capitalisme financier s’effondre.
    Le pays avec ses dirigeants est une chose, quant a la population c’est autre chose.
    Il n’y a pas de populisme aux USA, il y a comme en France des riches dirigeants qui veulent tout regenter jusqu’a legaliser le suffrage censitaire.
    C’est un deni de democratie.

  2. Alain E dit :

    Comme je le disais dans un post précédent, je pense que Donald a bien trumpé son électorat, et qu’il n’ appliquera pas heureusement une grande partie de son programme.
    Ce Donald est finalement un Mickey doublé d’ un Picsou, ou pluto un rapetout, même si sa petite musique est désagréable à entendre.
    Son entourage de Faucons, ses disciples, ses pélerins, sont plus près des vraicons à mon avis et ne volent pas très très haut.
    Et pour conclure, je pense qu’ il ne faudra pas faire fi fi de l’ arrivée de ces loulous à la maison blanche (neige) et qu’ on ne riri ra plus bien longtemps.
    Cordialement.

  3. faconjf dit :

    Bonjour,
    oui c’est inquiétant et encore plus en lisant ceci:
    http://actu.orange.fr/societe/culture/trump-demande-des-excuses-aux-acteurs-d-hamilton-ayant-interpelle-son-vice-president-CNT000000xtExo.html
    Etats-Unis: Trump réclame des excuses aux acteurs de la comédie musicale « Hamilton » qui avaient interpellé la veille son vice-président Mike Pence. Bientôt une police de la pensée pour surveiller les saltimbanques.
    Ne riez pas chez nous c’est pour bientôt, à moins que cela n’ait déjà commencé ? Reviens Orwell les terroristes les autorisent à toutes les folies.
    Salutations républicaines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *