La France possède probablement l’arsenal législatif, réglementaire, normatif le plus dense au monde. Chaque gouvernement parle de simplification, de refonte, de réduction mais continue inexorablement à empiler les textes parfois par obligation européenne. Comme il existe chez chaque Ministre une frénésie de réforme il est improbable que les codes diminuent d’épaisseur ! Or le vrai problème c’est que plus de 80 % de ces réglementations édictées au nom de la République ne sont jamais appliquées ou le sont de manière intermittentes en réaction à un événement ou des circonstances particulières. Une situation qui générera immédiatement de nouvelles adaptations textuelles qui s’ajouteront aux précédentes. Il n’y a jamais d’évaluation et surtout de mesure réelle de l’efficacité de la loi votée !

Si l’on prend l’exemple de la décision réglementaire d’alternance des véhicules à Paris pour diminuer la pollution on a le reflet de cette esbroufe qui sert uniquement à médiatiser de bonnes intentions. Le préfet de police de Paris a ainsi décidé la circulation alternée dans la capitale et dans 22 villes d’Île-de-France. C’est la quatrième fois que ce dispositif est appliqué à Paris et la première fois qu’il l’est pour plus d’une journée. Le préfet du Rhône a décidé « par anticipation » la mise en place de la circulation alternée à Lyon et à Villeurbanne à partir de demain, une première pour l’agglomération lyonnaise. En mars 2014, à Paris, le dispositif avait conduit selon les mesures d’Airparif à une baisse moyenne du trafic de 18 % et à une diminution des particules de 6 %.

Cette efficacité relative s’explique par…. le non-respect des consignes et les dérogations accordées à certains véhicules. La ville de Paris prévoit de remplacer l’année prochaine la circulation alternée par un système dépendant du niveau de pollution du véhicule… Tout est parfait sauf que tous les reportages démontrent que peu de monde n’a été mis en place pour contrôler et faire simplement appliquer la prévention de la pollution ! A 18 heures, ils étaient seulement 1746 à avoir été verbalisés par les forces de l’ordre mais des dizaine de milliers ont échappé à la règle. De vrais citoyens… conscients de la réalité d’une situation désastreuse pour la santé d’autres personnes qui elles respectent le dispositif. Le comportement de plus en plus répandu se résume en une maxime simple : « tous le règlements ne sont bons que pour les autres ! »

Tous les maires le savent : leurs arrêtés de circulation, de stationnement, d’urbanisme ne sont que des précautions pour éviter des contestations incessantes sur son manque d’autorité. Regardez les parents devant une entrée d’école avec leur véhicule. Ce sont ceux qui hurlent sans cesse à l’insécurité ambiante et qui votent même à ce titre pour le FN qui se garent sur les emplacements interdits, tournent en sens interdit sur le parking, hèlent leur progéniture pour qu’elle slalome entre les automobiles.

Comme 85 % des petites commune ou des villes moyennes n’ont plus de policiers municipaux, que Fillon programme 500 000 suppressions de fonctionnaires régulateurs du vivre ensemble il faut s’attendre à ce que la loi de la jungle s’installe partout. Elle deviendra bientôt celle du quotidien ! N’essayez surtout pas de faire une remarque car vous serez voué aux gémonies !

Cet après-midi je me suis rendu au nom du conseil départemental dans un village où un pont enjambe la Dordogne. Situé sur un itinéraire pour convois exceptionnels il vient d’être entièrement consolidé, sécurisé, élargi par le CD 33 puisqu’il avait été détruit par les camions qui le franchissent tous les jours par dizaines. Flambant neuf il est déjà partiellement détruit par des convois exceptionnels espagnols enfreignant toutes les réglementations sur leur tonnage et leur longueur ! Ils tentent par tous les moyens de faire passer des remorques de 35 à 38 m quand la législation prévoit… 32 m maximum.

Qui les contrôle ? Personne ! Qui les sanctionne ? Personne ! Qui rembourse leurs dégâts ? Le contribuable ! Le Maire fataliste n’appelle même plus la Gendarmerie ! Or de doctes ingénieurs, de savants techniciens, de précieux fonctionnaires, de sourcilleux responsables de la profession ont établi un itinéraire avec autorisation préalable ! « Aucun des documents qui nous sont transmis n’enfreint les textes. Par exemple la limite de tonnage est à 100 t or les convois font 99 tonnes  et tous font 31,50 m. Nous ne sommes pas habilités à contrôler et ils passent souvent de nuit ! Aucune règle de temps de travail, de durée de conduite ne sont respectées. Mais bon… » Le constat est désabusé. C’est certainement le plus grave : c’est dans le quotidien que se forge l’adhésion à la vie collective. Et là il y a du boulot !