François Fillon va finir dans les forces spéciales confrontés aux conditions les plus difficiles pavant l’exercice de leur métier. L’homme qui a su murmurer à ses amis pour qu’ils financent ses costumes s’est en effet comparé à un « soldat balafré » qui monte « en première ligne »… Terrible comparaison destinée à transformer un suspect de magouilles financières en héros militaire ! En fait le même jour les vrais « héros » étaient ailleurs et personne ne s’est vraiment intéressé à leur exploit totalement à l’opposé de celui du « financeur » par des crédits publics son train de vie de hobereau sarthois ! La justice luxembourgeoise examiné en effet la situation de deux lanceurs d’alerte ayant justement permis de dénoncer médiatiquement les combines des grands groupes dont les bénéfices colossaux transitent par la lessiveuse officielle du Luxembourg. Il leur a fallu courage, détermination, sang-froid et une motivation sans faille pour accomplir ce qui relève d’une mission de salut public. Antoine Deltour, 31 ans, s’est vu infliger six mois d’emprisonnement avec sursis et 1.500 euros d’amende, tandis que Raphaël Halet, 40 ans, a écopé d’une simple amende de 1.000 euros… Les voici condamnés pour avoir simplement dénoncé des pratiques lésant des pays, des contribuables prisonniers de leur position sociale, des citoyens conscients de leur nécessaire contribution à l’effort collectif. Dans le même temps Le Pen et Fillon refusent de répondre aux question légitimes d’un juge ! Ils paradent. Ils vitupèrent. Ils exultent et surtout il méprisent la justice impitoyable chaque jour avec des gens ayant commis des actes bien moins graves pour la République.

La cour d’appel luxembourgeoise n’a pas osé dans le contexte actuel se livrer à une chasse aux sorcières en aggravant des sanctions formulées en premier appel ! Elle a réduit les peines des deux lanceurs d’alerte français à l’origine du scandale LuxLeaks, ayant décortiqué l’optimisation fiscale à grande échelle pratiquée par des multinationales via le Grand-Duché. C’est paradoxalement une victoire mitigée car elle laisse planer une menace sur les sources d’information dont on s’aperçoit l’importance dans la société du mensonge, de la dissimulation, des approximations ou des truquages portés par des artifices de communication.

Le Luxembourg vient cependant de constituer une première jurisprudence européenne en confirmant l’acquittement du journaliste français Edouard Perrin, à qui les deux hommes avaient communiqué des documents fiscaux confidentiels soustraits à leur employeur à Luxembourg, la société PricewaterhouseCoopers (PwC). La cour a retenu « l’intérêt public de leurs révélations » ce qui signifie qu’elle accepte le principe des donneurs d’alerte !

Les deux hommes ont été « acquittés » mercredi des accusations de « violation du secret d’affaires ». Ce qui constitue un vrai progrès qui va rendre très méfiantes les grandes banques qui usent et absent de subterfuges pour favorise les dépôts illicites. Par contre Antoine Deltour a été reconnu coupable du vol de « 538 rescrits fiscaux » et de « blanchiment-détention », et Raphaël Halet du vol de « 14 déclarations fiscales », de « blanchiment-détention » et de violation du secret professionnel. En fait c’est probablement pour éviter un recours de ces salariés contre leur employeur… que ces points peu sanctionnés ont été retenus. C’est donc un jugement prudent mais plus ambigu qu’il n’y paraît. Certes elle a reconnu dans son arrêt « la cause justificative du lanceur d’alerte » concernant le reproche de « violation du secret professionnel » et l’a donc  » acquitté de cette prévention ». Oxfam et Attac, ont cependant dénoncé dans un communiqué commun des peines « scandaleuses et inquiétantes », réclamant « une véritable protection » pour les lanceurs d’alerte. « Antoine Deltour et Raphaël Halet devraient avant tout être remerciés pour leurs actions », ont-elles estimé et je partage leur avis. Il faudrait des dizaines de personnes comme eux qui permettraient de démasquer des comportements catastrophiques pour les démocraties européennes or on les sanctionne et on laisse les tricheurs parader sur les estrades et devant les caméras.

Il ne peut en effet y avoir de véritables enquêtes sans « lanceurs d’alerte » prenant des risques pour que les journalistes puissent au minimum informer et au mieux dénoncer ! Ces présidentielles françaises mettent en évidence le rôle de la presse. Dans de nombreux autres pays que le nôtre il y a longtemps que Fillon, Le Pen auraient été abandonnés. Alors que chez nous ils risquent d’être décorés pour avoir eu le courage de nier les évidences et surtout de se réfugier dans le mensonge public, avéré. Je me mets à la place de celles et ceux qui connaissent la vérité mais qui ne peuvent s’exprimer. Ils finiront lynchés par ces fanatiques de tous poils aveuglés par leur soif de revanche sur des pans entiers de la société qu’ils trompent ou ont trompé durant des décennies !