« Pour la première fois dans l’histoire créonnaise depuis 1974 un (e) candidat(e) investi(e) par le Parti socialiste ne figure pas en tête du premier tour d’une élection nationale, régionale, départementale ou locale . Il subit même un échec d’une ampleur inédite. Dans le même temps le FN approche de la première place (seulement 27 voix de moins que Jean-Luc Mélenchon). La situation est bien plus grave dans le canton de Créon, dans la circonscription et dans le département de la Gironde. Le monde rura ou périurbaina  basculé dans le désespoir.
La responsabilité de cet échec qui me touche profondément n’incombe pas seulement à Benoît Hamon qui a tenté de placer la campagne présidentielle sur le thème de l’avenir réel du pays mais qui n’a pas été entendu tant le désaveu du gouvernement sortant sur des sujets précis et concrets était fort.
Je remercie partticulièrement les 221 électrices et électeurs créonnais qui m’ont suivi dans ce soutien à Benoit Hamon et lui ont permis de réaliser un score supérieur à celui qu’il a enregistré dans de nombreuses autres communes girondines (8,51 %)
Les femmes et les hommes de gauche ont choisi majoritairement sur Créon Jean-Luc Mélenchon pour incarner leur volonté de renouveau. Je les en félicite et je les en remercie tant la menace du FN devient prégnante comme dans cette France périphérique se sentant isolée, délaissée et surtout de plus en plus repliée sur les certitudes médiatiques, seule nourriture quotidienne de nombre d’entre eux !
J’appelle personnellement à refuser la fatalité l’ancrage local du populisme et à se rassembler afin de préserver l’avenir d’un pays dans le doute.
Je laisse le soin à tous les élus nationaux, départementaux, locaux de mener campagne contre le Front National à tous les niveaux, avec la même vigueur qu’ils ont mis à combattre, Benoît Hamon. La victoire de leur favori sera alors assurée et le danger fascisant repoussé.
Pour ma part, en simple citoyen je continuerai à oeuvrer librement pour l’équité, la fraternité, la solidarité et la laîcité valeurs fondatrices de notre République et j’appelle le dimanche 7 mai à voter sans aucune retenue contre le Front national ! 
Je suis persuadé que la reconquête républicaine passe dans les prochaines semaines par la proximité, l’efficacité et la solidité des convictions afin de construire une force de gauche puissante aux législatives autour des candidats désigné par des militantes et des miltants ayant eux toujours cru dans le projet d’une société plus juste et plus dynamique.
                                                                                                                                                                Jean-Marie Darmian