Ni fleurs, ni couronne, ni condoléances…

L’avis d’obsèques a été publié dans les plus grands quotidiens nationaux. Le Premier secrétaire du parti socialiste a annoncé officiellement avec plusieurs membres de ses proches la mort du Parti Socialiste et a prévu une cérémonie dans plusieurs mois avec une grande messe que l’on appelle un Congrès. Pas certain que tout le monde voit arriver cette manifestation avec la même compassion ou le même intérêt. Il faut savoir qui officiera et surtout qui sera invité à l’office. Pour le moment l’essentiel des préoccupations repose sur l’incertitude relative aux causes du décès. Suicide ? Assassinat ? Vieillesse ? Mort naturelle ? Anémie ? Les médecins légistes se pencheront prochainement sur ce qu’il reste d’un corps en charpie et en mort cérébrale depuis déjà plusieurs mois. Ils chercheront par des analyses poussées les vraies causes de cette disparition programmée depuis les primaires. Ils trouveront des traces de poison inoculé par voie intraveineuse composé de promesses non tenues ou ils détecteront de graves carences en valeurs essentielles pour maintenir un parti debout. Le bilan sera terrible. A tel point qu’une purge s’avérera inévitable et risque de secouer sévèrement les organes essentiels à la bonne marche de ce grand corps malade !

Entre celles et ceux qui croiront que la cure de jouvence passe par un lifting « macroniste » et les autres qui parleront amputations obligatoires des membres atteints de « frondite » le débat risque vite de tourner à l’aigre. Impossible d’imaginer un seul instant que la scissiparité permettra une régénérescence rapide de ces disparitions définitives. Certaine invoqueront inévitablement les subtilités homéopathiques du spécialiste que fut Mitterrand dont on reprendra les ordonnances du « coup d’Etat permanent ». D’autres tenteront de requinquer le moribond avec les potions nordiques de Mauroy. Il y en aura fort peu qui évoqueront les grimoires de l’alchimiste de la pensée que fut Rocard car c’est oublié. En fait comme il n’y a plus véritablement de chef de clinique capable d’appliquer le traitement ad-hoc on ira inévitablement vers un contre-congrès d’Epinay et un vrai congrès de Tours. Le recensement des forces en présence a débuté. Il se poursuivra après les législatives ! En cherchant à ménager toutes les combinaisons potentielles pour le second tour les gestionnaires provisoires de l’actuelle indivision socialiste vont s’évertuer d’éviter une épidémie qui décimerait les troupes parlementaires. Tous les stratagèmes sont bons pour sauver un nombre suffisant de « cardinaux » susceptibles d’élire un « pape » ou d’en placer dans la cohorte en marche. Au cas où !

« Je pense que c’est la fin d’un parti tel qu’il a vécu jusqu’ici. Il va falloir se réinventer. Il faudra y réfléchir après les législativesc», explique Stéphane Le Foll. Le porte-parole du gouvernement provisoire n’est pas le seul à faire ce constat. Jean-Christophe Cambadélis, l’actuel premier secrétaire de la rue de Solférino ajoute sa nouvelle formule d’un appel qu’il lancera le 18 juin au soir « on fera le bilan de tout ça mais il est clair qu’il faudra une reconstruction voire une refondation du Parti socialiste. Le parti d’Épinay est mort et bien mort ». D’ici là, il promet qu’aux élections législatives « on ne reconnaîtra (déjà) plus le PS (sic) » car « il y aura des nouveaux candidats partout (sic). Nous n’allons pas attendre un congrès de refondation dans un an ou je ne sais quand » pour engager le renouvellement ». Le pire c’est qu’il y croît !

Manuel Valls a prononcé une oraison funèbre avec la larme à l’œil : « C’est la fin d’une histoire, nous le savons bien. Le Parti socialiste doit bien sûr se dépasser, changer. Nous n’avons pas été capables de changer notre nom (sic), de nous dépasser, de changer notre nature. Nous avons une alliance avec les écologistes qui eux espèrent une alliance avec Mélenchon. Il y a des socialistes, qui au sein du Parti socialiste, espèrent aussi cette alliance. Qu’avons nous à faire ensemble? Plus rien!». Ca au moins le mérite d’être clair… il est bien difficile de lui donner tort ! Nous n’avons plus rien en commun. La « famille » réunie autour du cercueil va vite éclater. Ce sera terrible dans certains exécutifs où des femmes et des hommes élus sous la même bannière vont devoir s’affronter alors qu’ils auront parfois un pied dans l’opposition ou un pied dans la majorité…et que pourtant il leur faudra gérer ensemble. Les dégâts vont être terribles pour les futures échéances : sénatoriales (2017), européennes (2018), municipales (2020) mais les comptes à régler sont tels que rien n’arrêtera la dispute sur le cadavre encore chaud.

Je ne me sens plus du tout concerné par la politique. Je n’ai plus aucun ressort, aucune motivation, aucune envie, aucun intérêt… Mon militantisme est mort… lui-aussi ! Mes valeurs s’éteignent peu à peu!  Je ferai mon devoir jusqu’au 18 juin par fidélité à celles et ceux qui m’ont soutenu et fait confiance durant toute ma vie publique. Je laisserai les autres, celles et ceux qui savent tout, qui ont toujours raison, qui bouffent du socialiste à tous leur repas, assumer leurs responsabilités en toute liberté.  Je respecterai mon dernier engagement technique au service d’un département qui sera vite menacé et étouffé. Ni fleurs, ni couronnes, ni condoléances… mais un don à la recherche du socialisme de demain !

Ce contenu a été publié dans PARLER PRESIDENTIELLES, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Ni fleurs, ni couronne, ni condoléances…

  1. DABE dit :

    Bonjour Monsieur Jean Marie DARMIAN
    Triste constat très exact que le vôtre ce matin..Pour vous ce fragment d’une conférence prononcée à Londres le 24 juin 1936 par Paul ELUARD.
     » Depuis plus de cent ans, les poètes sont descendus des sommets sur lesquels ils se croyaient. Ils sont allés dans les rues, ils ont insultés leurs maitres, ils n’ont plus de dieux, ils osent embrasser la beauté et l’amour sur la bouche, ils ont appris les chants de révolte de la foule malheureuse et , sans se rebuter, essaient de lui apprendre les leurs. Peu leur importent les sarcasmes et les rires, ils y sont habitués, mais ils ont maintenant l’assurance de parler pour tous.Ils ont leur conscience pour eux »
    « Au delà du feu il n’y a pas de la cendre
    Au delà de la cendre il y a le feu »
    Ce 1er mai 2017 à Mauriac restera gravé dans ma mémoire . Une force indéfinissable a traversé ce peuple rassemblé. Même minime elle nous fera rebondir pour toujours parler aux autres de notre idéal de justice et de paix. Je termine en citant toujours ELUARD:  » Le délice d’aller vers des être oubliés, par des chemins inoubliables »
    La vie est merveilleuse continuons sa quête! Bien amicalement. Alain DABE

  2. CRR dit :

    votre militantisme ne peut pas mourir.Vous êtes consterné, triste,désabusé ,en colère… – et il y a de quoi – par l’attitude et la traitrise de nombreux « socialistes » ….le temps…je vous souhaite plein de bonnes choses!

  3. faconjf dit :

    Bonjour,
    le temps des illusionnistes n’est pas terminé, il se prolonge. Permettez moi de croire que tout cela est orchestré depuis longtemps par les Dr Fatalis (ATTALI) et Mollande. Pour le comprendre, il suffit de lire une page d’un des ouvrages les plus commentés de l’année 2016 : « Un Président ne devrait pas dire ça… », de Gérard Davet et Fabrice Lhomme : « Tant qu’il y avait des partis de gauche, les communistes, les Verts qui acceptaient de faire alliance avec le PS et qui représentaient quelque chose, on n’avait aucun intérêt à refonder le PS, analyse le chef de l’Etat. Mais dès lors que ces alliés se sont rigidifiés, sectarisés, il faut faire sans ces partis-là. Comment ? Avec le parti le plus important, on en fait un nouveau qui permet de s’adresser aux électeurs ou aux cadres des autres partis. Ce que vous ne faites plus par les alliances, vous le faites par la sociologie. Par l’élargissement. C’est une œuvre plus longue, plus durable, moins tributaire d’alliances. Vous pouvez imaginer que viennent aussi des gens qui n’ont jamais fait de politique partisane, des gens du centre… » et il ajoute : « Il y a intérêt à le faire dans la perspective d’une élection présidentielle plutôt qu’au lendemain. »
    Et oui tout ce bouleversement est le résultat d’une longue démarche dont nous pouvons décrypter les étapes Terra Nova puis la Belle Alliance Populaire. Laurent Léger, dénonce dans Charlie Hebdo, en 2013, « le poids des financiers est devenu considérable au sein de Terra Nova : BNP Paribas y siège, ainsi qu’Ernst et Young, un des principaux cabinets d’audit financier au monde. Mais le journaliste pointe tout particulièrement la banque Rothschild, également présente par le biais de l’un de ses associés au sein du conseil d’administration, Guillaume Hannezo, lequel « est omniprésent depuis juin 2012 et se montre particulièrement interventionniste, sans commune mesure avec les autres administrateurs.  » Il y a un an environ, Jacques Attali ( Dr Fatalis), mentor de François Hollande et aussi d’Emmanuel Macron, avait annoncé la stratégie du pouvoir en vue de la prochaine élection présidentielle : proposer le visage neuf d’un parfait inconnu (il hésite alors entre Emmanuel Macron et Bruno Le Maire), auquel il se chargerait de fournir le contenu du programme. https://www.youtube.com/watch?v=2UAxMMtAmPw
    C’est Macron qui sort du chapeau de cet incroyable « coup d’état » Jeune et avenant, une tête bien faite, cursus parfait, bien conditionné sous la férule de Jouyet et d’Attali, faisant consensus chez les patrons des multinationales et de la finance mondiale, adoubé par les américains, les anglais et les allemands, inculte politiquement et donc facilement contrôlable, un tantinet imbu de sa personne, il est le candidat idéal pour ce coup de force. Sa feuille de route est rédigée : appliquer une politique européenne libérale et atlantiste en matérialisant une alliance gauche/droite, poursuivre la politique économique engagée et l’inscrire durablement dans l’avenir du pays en créant un grand parti démocrate et « progressiste », à l’issue des élections. La primaire de gauche va dans le sens attendu. Les stratèges sont quasiment certains du résultat de la primaire et de l’éviction de Valls. Mais, dans le doute, ils vont miser sur Hamon. (…) Hamon est celui qui cristallise l’aile gauche du PS et qui peut empêcher le « populisme » de gauche de progresser en le divisant. En langage clair : il s’agit de contenir Mélenchon dans son pré carré. Hamon est élu candidat. Les soutiens de Valls rejoignent, officiellement ou pas, un à un, le camp Macron et Valls lui même ne tardera pas. Le PS sera réduit à sa plus simple expression et ne servira, à l’avenir, qu’à entretenir la division parmi les tenants de la gauche de transformation sociale, laissant ainsi le champ libre aux centristes pour mener à bien leurs desseins.
    Voila la vision complotiste et populiste que j’ai de la situation politique du P$, désolé d’avoir été aussi long.
    Salutations républicaines
    * Fatalis est un des méchants des Marvel, un génie scientifique polymathe (connaissance approfondie d’un grand nombre de sujets différents). Lors de la création du personnage, en juillet 1962, Jack Kirby et Stan Lee s’inspirent directement de la Mort, et ainsi introduisirent le capuchon et l’armure, pour souligner le côté inhumain du personnage.

  4. Bernadette dit :

    Bonjour Monsieur Jean Marie Darmian,

    Il y a sur les territoires de vie des services qui restent à se développer.
    Peu de choses ont été faites.
    Il faut sortir de cette globalisation.
    Il devient convenant de regarder tout ce qui est en dysfonctionnement.

    Bien sincèrement

  5. Puyo Martine dit :

    Bjour M. Jean Marie Darmian,

    c’est toujours un plaisir de vous lire. le PS est moribond, eh bien ne reste plus qu’à lui donner l’extrême onction, et à lui faire un enterrement à minima. Comme vous dites, ni fleurs, ni couronne, la fosse commune.
    je vais regarder ce soir le débat jusqu’au bout, à moins que je m’endorme avant.

    Apparemment la Grande Aquitaine doit voter E. MACRON
    PAcA tout bleu pour Marine.
    le reste plutôt pour E. M.
    on verra bien. Attendons aussi sereinement que possible.

    Bonne fin de journée.

  6. J.J. dit :

    Manuel Valls avait raison, il y a longtemps que le parti socialiste ne mérite plus son qualificatif de « socialiste »(lui non plus, d’ailleurs), qui trompe les citoyens ; de même que les soit disant centristes sont des gens de droite qui n’assument pas leur position (ils jugent probablement honteux et infamant de se déclarer « de droite », il y en a qui n’ont pas cette pudeur). On a rarement entendu parler d’un « centriste » de gauche….
    « Mon ennemi, c’est la finance » a fait beaucoup de mal, cette déclaration imprudente a été le côté suicidaire de cette fin tragique.
    Quant aux assassins, ils n’ont pas manqué d’agir, dès le premier jour du quinquennat de François Hollande.
    Je me souviens, entre autres maladresses, d’un certain « tweet » qui m’avait fait très mauvaise impression et avait éveillé en moi de sombres pressentiments. Facile à dire maintenant….

    Nous avons besoin, nous, gens du Peuple, d’un VRAI parti, socialiste ou pas, quel que soit son nom, dont les dirigeants projettent et réalisent des actions plus utiles pour ce Peuple, que de s’admirer le nombril (pour ne pas user d’une comparaison plus grossière).
    Et surtout qui éradiquent les vieux monstres cacochymes et les pseudo sauveteurs-profiteurs de tout bord, uniquement motivés par leurs arrières pensées égoïstes.
    Evidemment, des gens désintéressés, dont l’unique projet, l’unique action est le dévouement au bien public, on appelle ça des naïfs, il y en a quelques uns, j’en connais même peut-être certain, au sud de chez moi…..

  7. LAVIGNE Maria dit :

    Les responsables ont commis un assassinat en règle, prémédité depuis longtemps déjà. Il y a eu les complices qui se réclamaient de la gauche mais avaient établi un plan de carrière et, une fois servis, sont rentrés dans le rang et ont fait allégeance à la finance.
    Comme toujours, c’est le peuple qui trinque. Aussi, comme vous, je dis « ni fleurs, ni couronne » et qu’ils aillent en enfer… s’il existe.

  8. DABE dit :

    Monsieur DARMIAN..Toujours impossible de vous envoyer des photos ..Pouvez vous m’indiquer sur mon mail, un autre mail sur CREON? Bonne soirée à vous deux . Amicalement. Alain DABE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *