Allez plus aucune illusion : dimanche soir il n’y aura plus en France de Gaullisme, de libéralisme, de centrisme, de socialisme, de communisme mais le premier et unique parti sera simplement celui du « dégagisme ». Il était en préparation depuis plusieurs mois. Il couvait comme les braises dans les cendres d’un système républicain en déliquescence. Il a pris de l’ampleur sous l’influence de vent mauvais des affaires en tous genres, des mensonges répétés et plus encore dans les broussailles impénétrables de la finance. En une seule journée le brasier va détruire toutes les certitudes passées au nom d’une volonté, non seulement de sanctionner tous les sortants, mais aussi de faire pousser sur le brûlis, des pousses réputées de qualité et susceptibles de porter les fruits du renouveau. En fait ce n’est que la conséquence d’une généralisation outrancière des turpitudes du monde politique entretenue depuis trop longtemps à partir de quelques cas individuels ! Quel que soit leur travail, la sincérité de leur engagement les député(e)s sortant(e)s paieront les errements de quelques-uns ! Les électrices et les électeurs leur présenteront l’addition de la défiance suscitée par les Cahuzac, Fillon, Le Pen et consorts ! Il faut se débarrasser de tous les « pourris » pour céder la place à des femmes et des hommes en marche qui devront laver plus blanc que blanc. Peu importe si dans quelques mois Bayrou et une dizaine de ses affidés tombent à leur tour dans la fange de l’indignité ! Peu importe si une mutualisation entre intérêts privés, fonds publics, structure de solidarité rappelle que chacun à sa brebis galeuse. marcheurs ne sont pas des vierges immaculées. peu Importe s’il reste encore à traiter le cas Le Pen ! Peu importe si des candidats marcheurs ne sont pas blancs comme leur drapeau. Il faut dégager, nettoyer, aseptiser afin d’éviter, selon l’opinion dominante, que la grippe « aviaire » revienne dans les « élevages » de députés réputés s’engraisser en permanence.

Dimanche les « dégagistes » vont passer à l’œuvre avec une hargne particulière les rendant insensibles aux arguments potentiels. Ils vont livrer le pays, pieds et poings liés, au monde économique qui est en fait le manipulateur dissimulé dans les castelet des marionnettes politiques naissantes. Aucun « ex-ministre » ne peut être certain d’échapper au massacre car ils sont sous les feux croisés des salves venant de la droite, de la gauche et même souvent du centre ! Leur carrière politique va prendre fin brutalement et honteusement alors que certains d’entre eux avaient accompli loyalement leurs engagements de 2012. A peine mettent-ils le nez hors de la tranchée, un siècle après les combattants de Verdun, ils sont attaqués de toutes parts ! le « dégagiste » n’a pas d’oreilles, pas d’yeux et surtout la froideur du tueur à gages !

La très grande majorité des victimes socialistes potentielles a affirmé que si la bataille présidentielle avait été perdue ce n’était que de la faute aux « frondeurs » qu’il fallait exécuter pour haute trahison. Là, l’argument ne tient pluss puisque eux qui ont été suivistes jusqu’au bout de leur doigt appuyant sur le bouton du vote électronique favorable aux réformes hollandaise seront désavoués. Si la politique du gouvernement Valls avait été tellement appréciée ils échapperaient à ce « dégagisme » et donc retrouveraient après de bons et loyaux services le chemin du Palais Bourbon ! il n’en sera rien…

A droite ce n’est guère mieux. Tous ont enterré Fillon, certains sont partis, d’autres ont repeint leur façade aux couleurs de Baroin… En pure perte même si pour eux la sanction sera globalement moins forte elle va décimer les rangs. Il ne leur restera que « Sens commun » et ses outrances sociétales pour sauver les meubles de l’ex-UMP et permettre de ne pas mettre tout le monde sur le radeau de la Méduse où se trouvent d’ores et déjà pas mal d’occupant du navire LR ! Il est par exemple prévu que quelques naufragés confrontés aux requins FN ne puissent survivre que grâce à la mansuétude des sapeurs-pompiers du front républicain auquel on aura recours dans la panique à bord; Il ne jouera pas en revanche en cas de confrontation directe avec un chevalier blanc en marche. Là encore la « dégagisme » va ensuite se pratiquer à grande échelle au sein même du parti Les républicains !

Sentant venir l’ouragan dans tous les camps certains ont tenté de se mettre à l’abri en hissant, comme le faisaient les soldats encerclés par un ennemi en surnombre, le drapeau blanc bientôt frappé de la fleur EM, emblème du macronisme. Une technique du camouflage ostentatoire qui a permis le miracle d’avoir plus de candidat(e)s que n’en avait recruté La République en Marche… et donc sans trop de risques de recueillir si besoin était des « réfugiés politiques » maltraités dans leur formation ! On évalué la réserve potentielle à plus de 20 % de marginaux tentant de traverser les flots tumultueux de la mer du « dégagisme » à leurs risques et périls pour rejoindre la légion blanche de Macron ! Ils accourent de tous les points de l’horizon. Ils sauront vite trouver la boussole nécessaire pour accoster au bon endroit…

La démocratie française a souvent nié la valeur humaine, personnelle des élus qui la font fonctionner pour se contenter de l’emballage, de l’étiquette. Elle ne se nourrit de plus en plus que de têtes de gondole soigneusement parées afin d’attirer les consommateurs avides de produits nouveaux, bon marché et clinquants. Dans le vaste supermarché politique du Palais Bourbon il va y avoir tellement de ces produits d’appel dans le caddie en marche que le patron ne va plus savoir qu’en faire… Le « dégagisme » va atteindre son apogée. Est-ce un bien ? Pas sûr ! Pensons à la célèbre tirade de Coluche :

(…) Parce que je suis aller voir Monsieur OMO. J’lui dis donc : »-    Je m’excuse de vous déranger Monsieur OMO, pendant le repas, parce qu’il était à table … Avec des enzymes à lui  !Alors il était là … Je m’excuse Monsieur OMO mais …Le nouvel OMO, est ce qu’il lave plus blanc ?

– Heu, il lave plus blanc le nouvel OMO !

–  Ah bon ! Mais alors, l’ancien OMO il lave moins blanc alors ?

-Non ! L’ancien OMO il lave blanc !

-Ah bon ! Parce que moi blanc je sais ce que c’est comme couleur … C’est blanc ! Moins blanc que blanc je me doute. Ca doit être gris clair. Mais plus blanc que blanc qu’est ce c’est comme couleur ?-C’est nouveau ça vient de sortir !-  Ah bon !…Le nouvel OMO c’est celui qui lave la tache qu’est caché dans le nœud du torchon.