Les périodes électorales sont peu propices à de véritables prises de position pouvant induire des difficultés avec des pans entiers de la société. La France, pays des Droits de l’Homme et du Citoyen a bien du mal à concilier, par exemple, ses grands principes clamés de manière ostentatoire et la réalité des situations qu’elle devrait aborder. Il en va ainsi de l’arrivée sur notre territoire de « réfugiés » fuyant des guerres que nous avons historiquement allumées ou tentant d’échapper aux cataclysme climatique dont nous portons une part de responsabilité. Ce n’est pas de notre faute et pour reprendre une phrase (que je regrette) de Michel Rocard car, sortie de son contexte, elle est exploitée à mauvais escient «  nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde ! ». Actuellement on a de nombreuses postures ou coups médiatiques mais aucune position de fond sur ce sujet qui dépasse largement notre pays pour concerner toute l’Europe méridionale sous la pression de flux grandissants inarrêtables.

«Si le deuxième trimestre 2017 est à l’image du premier, cette année sera la plus meurtrière sur la route migratoire la plus dangereuse du monde.» a expliqué clairement le directeur d’Amnesty pour l’Europe. Il a accusé cette Union européenne du fric d’avoir une «politique défaillante» pour traiter la crise migratoire. «Les Etats européens tournent progressivement le dos à une stratégie de recherche et de secours qui réduisait la mortalité en mer, au profit d’une stratégie qui se solde par des milliers de noyades», écrit-il. Amnesty tient en effet l’UE dans son ensemble pour responsable du terrible bilan des naufrages en Méditerranée (2072 morts depuis janvier) et des violences graves subies par les migrants en Libye. Les réunions ne manquent pas mais les décisions sont rares et même quasiment existantes. Nos consciences de nantis contrariés ne se réveillent pas. Après les élections françaises il y a celles qui arrivent en Allemagne et donc c’est inutile de penser que les « migrants » vont bénéficier d’une prise en charge de leur triste sort.

Depuis le début de l’année, 85 000 migrants ont débarqué en Italie en provenance de la Libye, soit 85% de l’immigration illégale dans l’UE et les autres en ont cure ! Il n’y a pas un chef d’etat européen qui ignore les drames qui se jouent quotidiennement de l’autre coté de la Méditerranée mais ils se dissimulent lâchement derrière des considérations diplomatiques voulant qu’il y ait des accords avec un gouvernement libyen sans aucun pouvoir et sans autorité. Au contraire ils s’en prennent aux organisations humanitaires qui seraient même selon certains coupables de s’entendre avec les passeurs pour sortir les « réfugiés-migrants » des griffes redoutables de cerbères quasiment esclavagistes. Il existe même,selon des reportages crédibles des marchés aux esclaves en Libye pour les noirs ! On oublie facilement qu’encore une fois, ce sont les ONG qui pallient les carences de la puissance publique italienne dépassée par l’afflux mais surtout abandonnée par le reste de l’UE ! Elles ont pris en charge 40% des sauvetages en Méditerranée cette année.

Tout a été positif : on a écouté et on a acquiescé avec une sorte de gêne parmi le gotha des Ministres. On aurait connu… qu’il y a un problème et admis que l’Italie ne peut pas le régler seule. On s’est serré la paluche. On a posé pour la photo de famille et on est retourné aux affaires de ce monde rongé par des intégrismes et pire par des indifférences coupables ! L’appel de Rome à rediriger des bateaux de secours vers d’autres ports européens, comme ceux de Barcelone ou Marseille, a été oublié car Berlin et Paris n’ont pas soutenu cette proposition. Pour le reste il est urgent d’attendre. Une procédure a été ouverte il y a quelques semaines contre de la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, qui refusent de participer au programme européen de répartition des demandeurs d’asile depuis l’Italie et la Grèce. Ils tremblent. Ils vont accepter ce que leurs peuples devenus semi-fascisants ont refusé !

Ce programme d’accueil fonctionne par ailleurs très mal puisque seulement 7300 migrants seulement ont été jusqu’ici délocalisés d’Italie vers d’autres États membres de l’UE. Or les morts se multiplient en mer mais aussi dans les pays de départ où les pires exactions sont commises : homicide, torture, viol, travail forcé, racket, détention arbitraire, enlèvement. L’objectif inavouée de l’UE c’est que le sol Libyen soit le dernier foulé par ces pauvres malheureux et que surtout ils ne tentent pas de traverser coûte que coûte la Méditerranée. L’Europe ferme les yeux sur ces exactions racistes, destructrices, au nom de la maîtrise des migrations alors que l’on est vraiment dans la notion de crimes contre l’Humanité avec des complices institutionnels se parant dans des arguties juridiques alors qu’elles ne sont que financières.

La France seule ne jugulera jamais dans la zone sahélienne les pires trafics se dissimulant derrière de pseudos considérations religieuses. Drogue, cigarettes, êtres humains constituent une source de revenus post-Khadafi qui prospère grâce à la lâcheté collective de nations sans aucun scrupule et tournées vers leurs nombrils ! Désolé mais ça me rappelle étrangement les années d’avant la dernière guerre mondiale quand ont débuté ces exterminations directes ou indirectes que personne ne voulait voir !