Il existe une forme de hargne collective pouvant confiner au comportement des meutes s’acharnant sur un gibier fragile dans une société où les réseaux sociaux permettent tout. Ces attaques massives contre une personne que l’actualité met en avant (ou malheureusement souvent contre ses proches) sont soit spontanées soit parfois téléguidées et organisées. On assiste à une inflation de ces commentaires avec des insultes, des propos orduriers ou même parfois des menaces de mort provoquant le même effet que l’odeur du sang sur les fauves. Personne n’échappe à cette vindicte que l’on qualifie de populaire et qui relèveraient plutôt de qualificatif de populiste! Électoralement, ces mouvements de foules de tweeters, de commentateurs de FB ou d’articles de presse sont orientés ou plus sûrement exploités par les camps extrémistes ou des lobbies.
Ainsi aux États-Unis un lycéen ayant échappé à la tuerie d’un sympathisant des « supprémacistes blancs » a tenu des propos très forts contre la prolifération des armes. Il a témoigné de son aversion pour les théories trumpistes en la matière sur les chaînes d’information américaines. Sa force de conviction et le contenu de ses propos ont enclenché une légère prise de conscience des conséquences d’un laxisme entretenu par le lobby des fabricants. Immédiatement il a été victime d’un véritable ouragan dévastateur sur les réseaux sociaux sur la base d’un supposé complot monté par les démocrates pour discréditer ce remarquable président qu’est Trump. A 17 ans le jeune avait fait réagir ses copines et ses copains en les filmant avec son téléphone portable et en postant leurs réactions. Il était intervenu sur CNN et ses mots avaient fait mouche ! Intolérable !
David Hogg est donc accusé d’être un comédien rémunéré ou un porte-parole du FBI au sein duquel son père travaille. Des preuves sont fabriquées de toutes pièces et inondent les réseaux sociaux. Twitter, Youtube, Facebook ont tout laissé filer et un tsunami de montages passés parfois, de manière certaine par la Russie, a ruiné les efforts du lycéen. Le vrai problème réside dans le fait que les filtres n’ont absolument pas fonctionné ou n’ont pas été mis en œuvre. Les pires accusations ont donc été massivement diffusées. Facebook n’a pas réussi à élimner toutes les fausses informations concernant le jeune homme. « Pire, l’entreprise les a promues, comme l’a remarqué le site Business Insider, dans ses trending news, une section qui met en valeur les actualités les plus populaires du moment – et qui n’existe pas en France. Google a aussi été critiqué : dans ses suggestions de recherche, le moteur de recherche proposait comme premiers mots-clés associés au nom de David Hogg « acteur » et « Californie »  » si l’on se réfère à un article du journal Le Monde. Cette situation met une nouvelle fois en évidence l’exploitation pouvant être faite des facilités de propagation d’attaques infondées contre un individu affichant des positions mettant en péril des lobbies ou des politiques.
Dans un registre totalement différent une Orléanaise découvre la réalité du racisme en France. La jeune fille a été choisie pour incarner Jeanne d’Arc lors des fêtes de mai. Or Mathilde est métisse (son grand-père a épousé une Auvergnate). Il y avait 250 prétendantes. c’est elle qui a recueilli le maximum de votes. Pour la première fois la couleur de la peau de celle qui a été retenue par un jury large et ouvert est légèrement colorée. C’est suffisant pour que les attaques pleuvent de toutes parts et qu’elle soit humiliée et dénigrée. « Une métisse pour incarner Jeanne d’Arc aux fêtes johanniques 2018 d’Orléans. Ce forçage de l’idéologie multiculturaliste devient totalement hallucinant », peut-on lire sur un message publié par un internaute sur Twitter qui ajoute, pour faire bonne mesure que « piétiner l’histoire du peuple français ne peut amener que des troubles profonds ». Dans un autre post sur Facebook on a ce remarquable post : « Il ne nous manquait plus que ça ! C’est vraiment tout et n’importe quoi dans ce pays ! Les vrais historiens apprécieront ! ». Sur Twitter sous un pseudo un courageux publie un message raciste et insultant dans lequel il affirme que « le plus gros problème c’est qu’elle est moche à crever, et que on s’approche fort de la tête de babouin… (sic) »… Il y en a bien d’autres sur ce qui relève vraiment de comportements d’une autre époque portés avec plus d’ampleur par les moyens réputés modernes de communication. La peste brune se répand aisément.
Chaque jour les journaux sont contraints de suspendre les commentaires sous les articles relatant des faits divers, des comptes-rendus de procès ou des réunions politiques tellement il est devenu courant de s’approprier ces espaces de liberté pour décliner les pires « horreurs ». Pas un jour sans que sur mon propre profil FB je sois contraint d’éliminer de fausses informations, des montages sans fondements lancés comme des vérités incontestables, des articles ayant plusieurs années ! Souvent ce qui est inquiétant c’est que ce sont des gens de bonne foi qui se laissent abuser par un système transformant toutes les images ou les textes en preuves irréfutables.