sdf

Drôle de société. Ou plutôt triste société que celle qui dans la même journée propose deux informations qui pourront avoir des traitements médiatiques différents. La première concerne un SDF qui avait cherché, comme il le fait chaque jour, refuge dans un couloir du métro. Il est vrai que c’est à Lille, ville réputée pour la clémence de son climat en cette période, Il tente, comme beaucoup de gens dans cette situation de récupérer quelques menues monnaies pour tenter de participer à cette société de consommation qui de fait lui échappe totalement. Cette réalité n’apitoie plus personne ou du moins que pendant quelques jours quand la brise est venue.
D’ailleurs les employés de la société d’exploitation de ce moyen de transport collectif entièrement automatisé dans la capitale du Nord ont conscience que le devoir leur impose de ne pas faire de différence entre les citoyens qui fraudent et ceux qui tentent de survivre. C’est vrai que les premiers sont toujours plus difficile à attraper alors que les autres sont à la merci des excités de l’appareil automatique à verbaliser ! Ainsi dans ce cas le geste inadmissible du « mendiant » a été sanctionné au nom de l’ordre républicain. Si le règlement interdit en effet la mendicité au sein de la station de métro gare Lille Flandres, cela n’est dans les faits que rarement appliqué….Quoi qu’il en soit, une personne sans-abri a écopé à Lille d’une amende de 200 euros par le réseau de transport lillois pour avoir tendu la main dans le métro, provoquant la stupéfaction et la colère d’une association d’aide aux SDF.
La loi a été appliquée sans sourciller et ce n’est pas la première fois que sa dureté sanctionne les gens qui espèrent récupérer un brin de solidarité dans cette société de plus en plus inégalitaire et indifférente. Certains autres habitués ont été placés… en garde à vue pour ne pas avoir acquitté les amendes cumulées, ce qui doit rassuré les adeptes dans cette région de la sévérité à l’égard des gens qui troublent l’ordre républicain ! Et dans le fond c’est un signe révélateur de la prise de conscience sociétale de la nécessité de redonner tout son sens à la loi ! Un homme qui ne contribue pas via la CSG à l’effort pour la jeunesse et qui en plus est déjà exonéré de la taxe d’habitaion… ne mérite pas d’indulgence !
Le second fait révélé par Médiapart est bien moins grave puisqu’il ne s’est traduit par aucune sanction et surtout par aucune médiatisation de grande ampleur. Grâce à un système sophistiqué de vases communicants le groupe Kering a échappé à 2,5 milliards d’euros d’impôts entre 2002 et 2017 via sa plate-forme de logistique et de distribution LGI basée en Suisse. Le groupe a économisé environ 2,0 milliards d’euros d’impôts depuis 2009, dont 1,4 milliard pour Gucci et 180 millions pour Saint Laurent. Si l’on remonte jusqu’en 2002, le chiffre atteint les 2,5 milliards selon une une enquête réalisée avec le réseau européen de médias d’investigation (ECI).
Bien évidemment toutes les polices financières européennes ont été immédiatement mobilisées et les enquêtes en cours vont être d’un rapidité exemplaire. Elles n’auront aucun effet car selon les responsables de cette filiale abondant à la fortune de M. Pilault « le groupe s’acquitte en Suisse (sic) des impôts dus, en conformité avec la loi et le statut fiscal de la société ». ils poussent plus loin le bouchon en déclarant que « ce modèle d’exploitation est connu des autorités fiscales françaises et des autres autorités fiscales compétentes ». Nul doute et de toutes les manières avant que la mécanique soit démontée et vraiment analysée, que les preuves soient trouvées et que les procés aient lieu il y a belle lurette que la prescription sera passée par là. La France est lésée. Certes pas autant que l’Italie dans laquelle l’arrivée au pouvoir des suppôts de Berlusconi va sérieusement améliorer la qualité de vie des éventuels fraudeurs mais tout de même il serait bien qu’une opération de vérification soit menée sauf si le groupe dit « vrai » et que Bercy, au courant, n’a jamais rien dit !
Tranquillement les services financiers et juridiques des entreprises concernées faisant facturer en Suisse leurs ventes savent que les Etats n’auront jamais les moyens humains et légaux de les coincer ! Eux ne tendent pas la main… ils sont responsables de la faire tendre à des millions de gens qu’ils volent sans vergogne et… en toute légalité si on les croît.
200 euros imposés à un SDF qui n’aura jamais les moyens de les régler ou du moins qui s’il le peut ne pourra plus que se raccrocher à un système associatif bénévole contre 2,5 milliards évaporés des comptes publics mais bien mis au chaud dans les coffres helvètes. C’est vrai que sur l’Hôtel de ville de Lille ou sur celui de la Métropole lilloise sont inscrits, comme à Bercy la formule : « liberté, égalité, fraternité ! » Mais dans le fond l’essentiel c’est que nous ayons la fierté d’avoir un multimilliardaire dans le Top de tête des milliardaires mondiaux et que les mains tendues dans le métro ne conduisent pas le bon peuple abusé à tendre le bras vers le haut ! Macron et Merkel en ont d’ailleurs parlé pour construire une autre Europe !