Les manifestations constituées majoritairement par des jeunes américains constituent véritablement un bol d’air pour bien des démocraties souvent irrespectueuses pour les USA et leurs pratiques sociales. Serions nous capables dans notre beau pays de mobiliser plus d’un million de personnes contre la violence imposée par le commerce des armes ? J’en doute fortement ! Exaspérés par la répétition des fusillades dans leurs écoles, des centaines de milliers de citoyen(ne)s sont en effet descendus dans la rue pour des défilés historiques contre les armes à feu lors de plus de 800 marches dans d’autres villes des Etats-Unis avec, partout, la jeunesse en fer de lance. Cet événement, intitulé « Marchons pour nos vies », est une réaction extraordinairement maîtrisée au massacre le 14 février de 17 personnes dans un lycée de Floride. Cet énième drame n’a pas en effet réveillé les pouvoirs publics, incapables d’agir contre la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes. Le succès des initaitives prises par des lycén(ne)s a été au rendez-vous et a révélé une jeunesse autonome, responsable, courageuse, intelligente et prometteuse. Que du bonheur pour celles et ceux qui croient encore en un avenir politique différent de cette démocratie représentative partout apathique et surtout sous influence !
Une fois la tuerie commise à Parkland par un ancien élève perturbé psychiquement comme bien d’autres qualifiés ailleurs de « terroristes » a lié des lycéens s’identifiant comme « survivants »: depuis cinq semaines, ils ont occupés le système médiatique et ont réussi à créer un courant de révolte pacifique contre des événements violents quasiment quotidiens. Selon l’organisation indépendante Crowd Counting Consortium, l’événement a rassemblé plus de 1,5 million de personnes dans plusieurs centaines de villes américaines grâce à une intense campagne effectuée par une poignée de jeunes convaincus et convaincants ! Et quels rassemblements ! Ordonnés, enthousiastes et déterminés.
Dès le lendemain matin les adolescents ont repris leur périple pour éviter que leur action reste lettre morte. En déclarant : « l’élan va se poursuivre, parce que même quand les médias s’en iront, vous serez toujours là, à vous battre pour votre existence». l’une des survivantes de la fusillade de Parkland, a donné le ton des semaines à venir. Il faut ajouter que de ces moments ont émergé des leaders charismatiques dont une jeune fille d’origine cubaine mais désormais américaine de plein droit : Emma Gonzalez ! Elle a occupé la scène à Washington avec un silence qui restera historique. Six minutes et vingt secondes durant laquelle elle a imposé une recueillement émouvant à une foule énorme. C’était un choix délibéré de sa part puisque ce long moment correspondait à celui de la durée de la fusillade du 14 février dernier.
Au bord des larmes, elle a gardé le silence pendant quatre minutes, pour rendre hommage à toutes ces victimes. « Mon discours et le silence qui a suivi ont duré six minutes 30. Le fait que les gens pensent que le silence était de six minutes… Imaginez combien de temps cela aurait duré si c’était en fait six minutes, ou comment vous vous sentiriez si vous deviez vous cacher pendant ce silence, » a-t-elle indiqué après sa prestation. Beaucoup on vu en elle une pasionaria de la paix et de la non-violence, une incarnation de tout ce qu’abomine l’électorat de Trump ! Enfant d’immigrés, égérie de la lutte contre l’homophobie, depuis toujours adversaire résolue de la loi sur les armes elle incarne un renouveau avec la petite-fille de Martin Luther King qui pose un problème à l’establishment politique. Sa maturité et son sens de la communication va être difficile à combattre avec des tweets incendiaires ou les moyens habituels de propagande politicienne. D’ailleurs le dénigrement qui a été immédiatement entamé n’a eu aucun effet sur la popularité de ce groupe de jeunes ayant la mission impossible de changer une société rongée par toutes les formes de violences !
« Nous allons être les enfants dont on parle dans les manuels scolaires (…) Pas parce que nous serons une nouvelle statistique sur les fusillades en Amérique, mais parce que nous allons changer la loi. » Ces propos sont plus puissants que toutes les campagnes publicitaires en faveur de l’armement démesuré prôné par les Conservateurs. Ses cheveux rasés lui donne une étrange ressemblance avec l’actrice Marie Falconneti dans le film « la passion de Jeanne d’Arc » et font d’elle une icône de la modernité et d’une forme de féminisme osé, combatif, sincère. Elle fait ainsi cette semaine la Une du prestigieux Time avec quatre de ses camarades, et compte en un mois seulement, déjà plus de followers sur Twitter que la NRA dotée de moyens financiers considérables.
Elle peut jouer un rôle capital dans la culte de Trump et de ses idées nauséabondes si elle transforme ce courant de sympathie en…votes lors de scrutins qui arrivent ! Et ça ce sera extrêmement difficile car tout va être fait pour que la « marche pour la vie ! » ne redonne pas confiance à des millions de jeunes qui n’ont voté dans le système américain ni pour Trump ni pour Clinton ! Mais peu importe cette jeunesse est bigrement belle !