La faillite inéluctable de l’humain mise à nue

Comment persuader la plus grande partie de l’humanité enfoncée dans des difficultés croissantes provoquées par une société centrée sur le profit que son avenir est encore plus sombre que son quotidien actuel. Quand vous luttez pour un abri précaire ; quand vous mourrez faute d’eau ; quand vous êtes écrasés sous les bombes ; quand vous êtes persécutés pour vos opinions ou votre religion ; quand vous cherchez désespérément le moindre brin de nourriture ; quand vous vous noyez dans une mer d’indifférence ; quand vous crevez abandonné.e; dans un camp de réfugiés… comment vous persuadez que la planète va à sa perte ? Tous vos lendemains se ressemblent avec une seule préoccupation : survivre ! Le long treme ne vous intéresse plus !

Alors quand l’ONU, incapable de gérer le moindre conflit, inapte à faire face aux vrais défis de ce siècle annonce qu’après « une décennie record en termes de températures, elle s’attend à ce que le réchauffement climatique causé par les gaz à effet de serre se poursuive, alimentant de multiples phénomènes météorologiques extrêmes en 2020 et au-delà » vous n’en avez cure. Celles et ceux qui souffrent ne sauront jamais que les « nantis » poursuivent leur course effrénée vers le profit au mépris de l’extermination inexorable de populations réputées inutiles.

D’après les données dont dispose l’Organisation météorologique mondiale (OMM), 2019 a été en effet la deuxième année la plus chaude dans le monde, après 2016. Et 2020 ne s’annonce pas tellement différente. Une situation qui devrait enclencher « beaucoup de phénomènes météorologiques extrêmes en 2020 et dans les décennies à venir, alimentés par des niveaux records de gaz à effet de serre qui retiennent la chaleur dans l’atmosphère » selon le secrétaire général de l’OMM . Qui l’écoute vraiment ? Qui diffuse ce message dans des pays où on meurt de tout autre problème ? Et d’ailleurs est-ce que ça changerait leur quotidien ?

L’année 2020 a commencé là où 2019 s’était arrêtée – avec des événements météorologiques et climatiques à fort impact-, comme en Australie, qui a connu son année passée la plus chaude et la plus sèche jamais enregistrée. C’est indéniablement cette chaleur exceptionnelle qui a servi de support aux immenses feux de brousse ayant dévasté des millions d’hectares, ayant tué près d’une trentaine de personnes, ayant détruit la faune, la flore, les cultures éventuelles, plus de 2000 maisons… et l’atmosphère !

La catastrophe sera vite oubliée par les autres continents sur lesquels le cataclysme des incendies n’est pas encore arrivé. Quoiqu’au Brésil, au Portugal, en Grèce, en Espagne les populations touchés elles-aussi par le feu en ont conscience !

Selon l’ONU, la température mondiale annuelle en 2019 a dépassé de 1,1°C la moyenne enregistrée à la seconde moitié du XX° siècle. A ce rythme là on atteindrait de 3 à 5 degrés supplémentaires d’ici 2099 avec des migrations gigantesques, des carences massives en nourriture, des pénuries graves en eau et une perte de la faune. Que vaut dans un tel contexte l’accord de Paris de 2015 visant à limiter ce réchauffement à +2°C, voire 1,5°C sur la même période ? Pas grand chose !

Et même si les quelque 200 pays signataires respectaient leurs engagements de réduction de gaz à effet de serre, le réchauffement dépasserait les 3°C. Or les météorologues ont déjà démontré que chaque demi-degré supplémentaire augmentait l’intensité et/ou la fréquence des canicules, tempêtes, sécheresses, ou inondations… On le verra selon eux en 2020 ! Les glaciers, la banquise continueront de fondre. Les océans vont devenir de plus en plus acides et invivables. Les ouragans ne faibliront pas bien au contraire.

« De toutes les folies auxquelles les humains se sont livrés, endommager notre système de survie est sûrement en haut de la liste! » a ajouté un éminent climatologue anglais. C’est ce que l’on appelle prêcher dans le désert  qui avance chaque jour davantage. L’humain n’a plus aucune valeur sur la planète où il est né. Il court à sa perte mais il fait tous les efforts possibles pour l’ignorer. Le constat de l’ONU ne changera rien à la donne générale.

Ce contenu a été publié dans PARLER ENVIRONNEMENT, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à La faillite inéluctable de l’humain mise à nue

  1. Christian C dit :

    Robot > intelligence artificielle
    Humain > intelligence superficielle
    Une pensée émue pour les cyanobactéries, êtres vivants les plus anciens identifiés avec certitude avec les archées, puisqu’on en trouve déjà durant le précambrien (les formes les plus simples), jusqu’aux alentours de 3,8 milliards d’années. (Wikipedia)

  2. Puyo martine dit :

    Bonjour jean marie
    Votre texte très réaliste fait froid dans le dos. Pour peu que l,’on s’informe je suis au courant de tout ce que vous avez écrit, et j’ai l’impression et même la certitude que ceux qui décident de l’avenir de la planète s’en foutent royalement. Après eux , le déluge. L’avenir de l’homme ne les préoccupe pas. C’est angoissant et anxiogène. Je plains l’avenir de mes enfants et petits enfants.

  3. faconjf dit :

    Bonjour,
    Un cauchemar est un rêve causant une forte émotion négative, le plus communément de la peur ou de l’horreur, mais également du désespoir, de l’anxiété ou une grande tristesse. Ce type de rêve peut impliquer des situations de danger, de mal-être psychologiques ou physiques, de terreur. Les rêveurs se réveillent souvent dans un état de détresse, et peuvent avoir du mal à retrouver le sommeil durant un certain temps.
    Boff!!! ça risque pas d’arriver à l’oligarchie qui gouverne le monde, une seule chose leur fait perdre le sommeil la baisse de leurs PROFITS.
    Les reptations complexes de Jadot (et ses amis financeurs fraîchement repeints en vert) autour de l’écologie dite réaliste ne cachent pas leur conversion capitaliste tout comme les historiques Cohn Bendit, Lalonde , Waechter, sans oublier Nicolas le bulot … Tous dénoncent les productivistes tout en vivant grassement des miettes du gâteau capitaliste. Le cauchemar ils le décrivent le plus effrayant possible pour nous vendre des pseudos solutions écologiques, l’effroi est devenu leur principal VRP.
    Réveillons nous, la cause principale de la dégradation de notre environnement est la conséquence directe du lucre des capitalistes.
    Pour mémoire, classement de quelques pays pour la production de co² par habitant Arabie saoudite premier avec 16.16 tonne/an puis l’Australie avec 15,63 t/an, le Canada 14.99 t/an, USA 14.61 t/an puis à distance Corée du sud 11.66 t/an et nous très très loin derrière France 4.56 t/an. Des chiffres qu’il ne faut pas trop crier sur les toits car ce n’est pas bon pour les affaires ici en France.
    Bon, bon, ok je sors avec mon étiquette de complotiste.
    Salutations républicaines

  4. faconjf dit :

    Pour le co² Il s’agit de la production liée directement à l’énergie et il convient d’ajouter les 2 champions hors classement les Émirats arabes unis (20,91 tonnes) et le Qatar (30,36 tonnes). Source : Agence internationale de l’énergie. La production mondiale de co² en 2017 c’est 32,84 Gigatonnes* donc 100 % du co² produit ou 4,37 t/an par habitant. les 2 pays les plus gros producteurs sont la Chine 9,26 Gtonnes 28,2 % du total et les États-Unis 4,76 Gtonnes 14,5 % du total. A eux deux ces pays produisent 42.7% du total annuel, la France 0,31 Gtonnes représente 0,9 % du total. Si l’on fait le ratio population France / population mondiale en 2017 on trouve 7 530 millions sur terre / 67 millions en France = 0.88% donc très proche des 0.9% de rejets co².
    Le calcul est fondamentalement différent si l’on intègre TOUS les produits Chinois et leur transport importés par la France l’addition totale ( énergie+produits) voisine 5.4 t /an par habitant.
    Les urbains polluent émettent moins de CO2 et polluent moins que les ruraux.C’est logique : en ville on émet moins de CO2 pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’on utilise moins sa voiture, grâce à la présence des transports en commun, mais aussi parce que les ruraux parcourent souvent de plus grandes distances au quotidien. D’autre part, les logements sont souvent plus petits en ville, ils utilisent donc moins d’énergie et émettent moins de CO2. Selon l’Observatoire du Bilan Carbone des Ménages, les grandes villes (plus de 100 000 habitants) sont celles où l’on émet le moins de CO2.
    Plus on gagne d’argent, plus on pollue. Là encore c’est logique puisque l’on consomme plus : plus gros logements, plus grosse voiture, plus de voyages en avion. Les cadres supérieurs émettent 38% de leurs émissions de CO2 à cause de l’avion et ils émettent en moyenne 15 à 20% de plus que la moyenne nationale.
    Plus on est nombreux par foyer, moins on pollue. C’est logique puisque toutes les émissions de gaz à effet de serre au quotidien sont divisées par un nombre plus important d’individus : si on utilise sa voiture à deux on pollue moins que si on l’utilise seul par exemple. Une personne vivant seule pollue 3 fois plus qu’une famille nombreuse.
    Les personnes âgées polluent plus que les autres, avec souvent des logements plus grands les enfants sont partis , et un usage plus fréquent de l’avion en moyenne, les plus de 65 ans ont la plus grosse empreinte carbone. L’avion représente 31% du bilan carbone moyen d’un retraité.
    Donc si l’on est un retraité riche vivant seul à la campagne on est un mauvais élève, donc il faut empêcher les vieux de vivre à la campagne et baisser les retraites… des plus riches. Oupppsss c’est justement ce que le méprisant essaye de nous faire croire, je comprend mieux pourquoi il devient de plus en plus vert dans son discours !! Et aussi pourquoi il y a de moins en moins de services dans la cambrousse. ha! ha ils sont très forts les énarques. Et pour les écologistes, il faut entasser les retraités en ville dans des mouroirs pour qu’ils arrêtent de polluer. Voila enfin une solution pour régler 2 problèmes à la fois, la pollution et les retraites!!
    Lol**, pété de rire diraient les milléniaux de la génération Y.

    *1 Giga tonne = 1 milliard de tonnes
    ** Le vocable « lol », dans ses multiples graphies, provient de l’anglais et est l’acronyme de « laughing out loud », qui équivaut au français « rire aux éclats ».

  5. Alain.e dit :

    J’ envisage sérieusement de devenir climato-sceptique , je pense que c’ est bien meilleurs pour le moral que de regarder la triste réalité en face et de déprimer à tout va .
    Je remplis également mes verres à moitié et regarde seulement le verre à moitié plein .
    Plus que ptdr et lol , la génération Y utilise le fameux « ok boomers  » pour renvoyer dans les cordes tous ceux nés entre 1945 et 1965 et qui sont responsables de tout ce désastre écologique , économique, politique, et même si il n’y a plus de beurre dans le frigo , c’ est votre faute .
    Cordialement.

    • faconjf dit :

      Ouaippp!! perso je suis pas climato-sceptique, plutôt climato-réaliste et de surcroît anti-écolo. Ce matin j’écoutais attentivement Jadot à la radio et ses propos lamentables illustrent parfaitement mon commentaire précédent. Je l’ai entendu défendre les écolos autrichiens qui s’allient avec l’extrême droite, ainsi que les verts Marseillais qui jouent dans la dissidence au risque de prolonger la succession écologique et économique désastreuse de Gaudin. J’ai bien entendu aussi ses appels du pied sous la table au monde de la phynance, pour le coup totalement Ubuesque. L’effet vomitif de sa prestation s’est un peu estompé avec l’inauguration ce matin de la ressourcerie, à laquelle j’ai prêté mon concours. L’écologie politique n’est qu’un attrape-nigaud destiné à gaver de homards les têtes de listes élues. Par contre l’écologie de tous les jours pratiquée gratuitement par chacun, je suis à 1000% pour. L’économie circulaire qui permet la 2 éme et 3éme vie des produits, le retour à l’emploi par les chantiers d’insertion générés par ce domaine 1000% pour. Et combien d’exemples dans la vie courante où c’est une économie pour moi ET pour la planète. Trop souvent hélas les bonnes idées repeintes en vert sont détournées pour appauvrir encore plus les pauvres et enrichir encore plus les riches. Mon modèle ce n’est pas le répugnant Jadot mais le regretté Abbé Pierre inventeur de l’écologie et de la réinsertion il y a plus de 60 ans!! Et que je sache l’Abbé Grouet ( dit l’Abbé Pierre) ne s’est JAMAIS enrichi personnellement, mieux il a consacré ses indemnités parlementaires aux pauvres lorsqu’il était député. Quel écologiste professionnel peut se comparer à lui?

      • François dit :

        Bonjour!
        « L’écologie politique n’est qu’un attrape-nigaud destiné à gaver de homards les têtes de listes élues. » C’est bien la définition exacte de l’écologie politique, absolument introuvable sur tous les Larousse, Robert, encyclopédies et autre Wikipédia de la planète. Merci @FACONJF pour cette Perle !
        Cordialement.

  6. J.J. dit :

    @ Facon J F »L’écologie politique n’est qu’un attrape-nigaud destiné à gaver de homards les têtes de listes élues.  »

    Bien d’accord !
    J’ai été partisan actif de ce que l’on appelle à tort l’écologie (qui est une science), et qu’ en réalité on devrait nommer « protection de la nature et de l’environnement »par exemple. Bien sûr, ça fait un peu longuet!
    J’ai abandonné l’affaire quand ça s’est politisé, c’est à dire quand les opportunistes qui se payaient notre tête on découvert que c’était une manière de percer en politique, alors qu’ils n’avaient pu se tailler une place avantageuse dans les autres partis.
    À défaut de grives, on mange des merles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *