Cofinavirus (15) : poisson ou poison d’avril ?

Quel 1° avril ! Le premier depuis belle lurette où les gens qui se sont lancés dans les traditionnelles affabulations destinées à convaincre le plus grand nombre de leur véracité sont restés sur la réserve. Dans les familles, entre enfants ou entre ami.e.s, dans les médias, au bureau (ce n’était pas possible) les tentatives se comptent sur les doigts d’une main. Une tradition disparaît. Il est vrai que depuis quelques années sur les réseaux sociaux les poissons d’avril que l’on nomme « fakenews » ont atteint un tel niveau de perfection qu’ils rendent tout le reste dérisoire. Nous sommes dans le premier jour d’avril à chaque instant. Ou presque.

Il devient en effet extrêmement difficile e surpasser le niveau des fabricants de fausses mauvaises ou de fausses bonnes nouvelles. Tout n’est que subterfuges, dissimulations, sensationnels de pacotille, approximations et il faut donc pêcher uniquement dans ce déluge de tromperies la moindre parcelle d’authenticité. On en est rendu au poison d’avril.

C’est un vrai boulot pour vrais spécialistes. Des journalistes qui autrefois s’amusaient en faisant débarquer des OVNI, en vendant des monuments historiques, en titrant sur des invraisemblances maquillées en événements présentables s’évertuent sur les radios ou les télés à démasquer les contre-façons. Alors pensez ces fins limiers auraient tôt fait de détecter le moindre poisson aussi parfait soit-il. Or il y en a des bancs entiers partout et pas toujours humoristiques.

Il se dit dans les milieux généralement bien informés que des grandes puissances se spécialisent dans la culture du « poison d’avril » vénéneux destiné à manipuler des opinions publiques avides de sensationnel. Pas un jour sans contre-vérités réputées utiles à l’intérêt général. En politique on appelle même ça des « mensonges d’Etat » quand on les découvre. C’est souvent trop tard car leurs effets ont été calamiteux sur la marche des affaires publiques.

Les omissions, les prévisions, les comparaisons constituent des pratiques que les inventeurs de cette journée de mensonges sympas n’avaient même pas imaginées. Le monde se peuple de terribles créateurs de poissons d’avril tellement colossaux qu’ils menacent la planète. Ils se présentent devant des dizaines de caméras et annoncent sans sourciller les pires bêtises reprises en boucle sans aucune critique par un système médiatique à leur dévotions.

L’agité du bocal américain, le « travestisseur » de vérités brésilien, le débiteur de chinoiseries minorées, hurluberlu de la City entre autres, ont raconté n’importe quoi à leurs populations pour ensuite faire machine arrière en toute imbécillité et surtout en toute impunité.

Remarquez qu’en cherchant bien nous pouvons en trouver aussi chez nous ! Le plus tragique c’est qu’avant ces clowns au pouvoir auraient pu nous faire rire dans des séquences pour bêtisier planétaire alors que maintenant ils font pleurer des millions de personnes.

En fait pour bien réussir son poisson d’avril il est indispensable de paraître très sérieux. C’est la condition essentielle de la réussite. Vous aurez d’autant plus d’effet que votre réputation vous donne une crédibilité auprès de celles ou ceux qui vous regardent, vous écoutent ou vous lisent. A contrario il arrive que parfois les propos exacts qu’ils tiennent soient vraiment pris pour des galéjades. C’est la rançon du succès.

Hier donc plusieurs informations pouvaient prêter à confusion. Ainsi une personne probablement doté d’un sens aigu de l’humour a confectionné un faux arrêté demandant aux occupants des résidences secondaires de l’île de Ré de déguerpi au plus tôt. Bien évidemment sur une île on a eu tôt fait de détecter le « poisson ».

En revanche l’interdiction faite aux Parisiens de venir passer leur confinement de vacances scolaires immatérielles dans la Nouvelle Aquitaine ne relève pas de cette catégorie. C’est sérieux. Ils seront contrôlés et les incrédules qui contreviendraient à cette décision recevront une addition salée.

Dans un rapport remis en 2003 au ministre de la Santé, le professeur marseillais Didier Raoult évoquait le risque d’apparition de «mutants de virus respiratoires» et mettait en garde contre l’impréparation de la France. Il avait dû le pauvre le remettre à son collègue marseillais le Professeur Mattei le 1° avril car il l’avait consacré à caler les pieds d’une table du Ministère de la santé.

Comme en même temps on annonçait sur tweeter que ce même savant avait insulté Cohn-Bendit et que tout le monde l’a cru ( des dizaines de milliers de duplication) il faut en déduire qu’un tweet se disant parodique fait plus de tintouin qu’un document essentiel de plus de 350 pages que personne n’a forcément relayé car trop long et trop complexe.

A partir de maintenant et pour un an vous pouvez sans méfiance se fier aux informations qui vous seront destinées. Elles manqueront d’humour c’est certain mais ne découvrez pas votre méfiance d’un fil !

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, CORONAVIRUS, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Cofinavirus (15) : poisson ou poison d’avril ?

  1. J.J. dit :

    « L’agité du bocal américain, le « travestisseur » de vérités brésilien, le débiteur de chinoiseries minorées, hurluberlu de la City entre autres, ont raconté n’importe quoi à leurs populations pour ensuite faire machine arrière en toute imbécillité et surtout en toute impunité. »
    C’est vrai qu’il faut reconnaître la supériorité du nouveau monde et des anglosaxons, que nos propres menteurs assermentés et leurs chiens de garde ont de la peine à concurrencer.

  2. faconjf dit :

    Bonjour,
    2 avril faisons ensemble l’inventaire des poissons péchés dans nos chaluts. Ainsi sur le site de la FAO organisation dépendant de l’ONU sur son site aux questions réponses ce magnifique spécimen:
    Q1. Le COVID-19 aura-t-il des effets négatifs sur la sécurité alimentaire mondiale ?
    « … La fermeture des frontières, les mesures de quarantaine et les perturbations des marchés, des chaînes d’approvisionnement et des échanges commerciaux pourraient restreindre l’accès des populations à des ressources alimentaires suffisantes, diverses et nutritives, en particulier dans les pays durement touchés par le virus ou déjà touchés par des niveaux élevés d’insécurité alimentaire.
    Mais ce n’est pas le moment de céder à la panique. Au niveau mondial, il y a assez de nourriture pour tout le monde. Les décideurs politiques du monde entier doivent veiller à ne pas répéter les erreurs commises lors de la crise alimentaire de 2007-2008 et à ne pas transformer cette crise sanitaire en une crise alimentaire – tout à fait évitable.
    À mesure que le virus se répand, que les cas se multiplient et que les mesures deviennent de plus en plus contraignantes, le système alimentaire mondial sera testé et mis à rude épreuve au cours des semaines et des mois à venir. » Désopilant non?
    Devons nous nous fier aux agences de renseignement apparemment non car James Bond, même lui il est au chômage partiel puisque la sortie du dernier James Bond est reportée… jusqu’à nouvel ordre. Hilarant non ?
    Une certaine Muriel Bourricot dans ses élucubrations hasardeuses aurait dit que 337 000 entreprises environ avaient activé et demandé du chômage partiel et que cela concernait désormais 3 600 000 de nos concitoyens… Et cela monte tous les jours. Comique non?
    La députée LREM Anne Genetet, nous explique que si ils ont déconseillé de porter des masques, c’est parce que les gens risqueraient de ne plus se laver les mains. Tordant non ?
    Dans Lyon mag cette brève :  » Quatre millions de masques ont été saisis le 5 mars dernier à Lyon. Le stock, envoyé par une société suédoise, transitait par la plateforme de l’entreprise nordique basée à Lyon, et devait être redirigé en partie vers l’Espagne et l’Italie, deux pays durement touchés par l’épidémie de coronovirus. Mais ces quatre millions de masques ont été saisis d’office au nom de la réquisition des stocks de matériels médicaux, décidée deux jours plus tôt par la France.
    Il a fallu l’intervention du gouvernement suédois pour que le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale accepte de céder la moitié du stock à l’Italie et l’Espagne. Vachement drôle non?
    Pas mal non plus sur 20mn ce scoop  » Coronavirus : « Il y aura des morts, mais ce ne sera pas une hécatombe dans les Ehpad » déclaration du Président de l’association des directeurs au service des personnes âgées, Pascal Champvert. On peut apprécier le sens de l’humour sur le mot hécatombe qui vient du grec grec hekatombê, de hekaton, cent, et boûs, bœuf qualifiant le sacrifice de 100 bœufs. Ou aujourd’hui grand nombre de personnes atteintes ou éliminées par quelque chose : L’hécatombe annuelle des blessés de la route. ( dictionnaire Larousse). Amusant non ?
    Ce matin 2 avril, j’écoute la radio je parcours la presse et rien, pas de démenti humoristique. Ma conclusion en raison de l’épidémie, le 1er avril sera prolongé pendant toute la durée du confinement, ainsi tout le monde se gondolera de rire en écoutant les nouvelles au bon gout de poisson.
    Salutations républicaines
    PS: aux dernière nouvelle, selon des sources autorisées, si l’on mange des pâtes alphabet le soir, le lendemain on peut lire aux toilettes le dernier communiqué du gouvernement. Poisson d’avril !!!
    j’allais oublier le lien vers la FAO
    http://www.fao.org/2019-ncov/q-and-a/fr/

  3. Laure Garralaga Lataste dit :

    Pourtant, le mien était gentillet !
    Une sardine
    est venue me dire…
    Fais comme moi.
    Confine-toi !

  4. J.J. dit :

    « Mais ces quatre millions de masques ont été saisis d’office au nom de la réquisition des stocks de matériels médicaux, décidée deux jours plus tôt par la France. »
    C’est une pratique qui se répand : des étasuniens ont acheté en Chine, en surenchérissant, des lots de masques déjà vendus à la France. …
    On attend les réactions indignées des ambassades des pays concernés, et de la presse internationale bien pensante.

    On nous abreuve de nouvelles stressantes, mais le canard local a « oublié »de signaler qu’à l’hôpital d’Angoulême, des patients venus de l’Est se sont réveillés de leur sédation. Ils vont bien mieux mais se demandent où ils sont.
    Et une petite devinette pour finir :
    Pourquoi une « attestation de déplacement dérogatoire » signée par un membre du pouvoir exécutif n’est pas valable ?
    Si vous n’avez pas trouvé, demain je donne la réponse (facile !).

  5. Philippe Conchou dit :

    Tu as oublié parmi les grands affabulateurs Hitler, Staline ou Mao dont la létalité fut supérieure à celle du C19 avec quelques millions de morts chacun.
    A propos de Mao, il a dit : « la critique doit être faite à temps ; il faut de défaire de ce penchant qui consiste à critiquer après coup » (juillet 1955, Petit Livre Rouge, page 295)
    Citons Churchill à propos de l’entre deux guerres : « Les masses demeuraient dans l’ignorance des réalités économiques les plus élémentaires, et leurs chefs, ne pensant qu’aux élections, n’osaient pas les détromper. Les journaux, selon leur habitude, se faisaient les échos fidèles ou amplifiés des opinions dominantes.» (Mémoires de Guerre, tome 1, page 33)
    Ou De Gaulle en 1933 à propos des Français ou de la France : « Surpris par le péril, nous l’acceptons d’enthousiasme mais sans l’avoir préparé. Du moins, lui opposons-nous une cohésion immédiate ? Non ! Chaque Français tient trop à son indépendance. Avant de se soumettre il en délibère, se lie aux autres seulement quand il le croit utile, fait des réserves à l’égard de la hiérarchie. La solidarité a chez nous quelque chose de frémissant, de contenu, d’instable, qui rend l’action en commun inégale et malaisée. »
    et encore : « Ce Français, qui met dans son esprit tant d’ordre, et si peu dans ses actes, ce logicien qui doute de tout, ce laborieux nonchalant, ce casanier qui colonise, ce fervent de l’alexandrin, qui tout de même pousse la chanson , se débraille, et salit les pelouses. »

  6. J.J. dit :

    « Tu as oublié parmi les grands affabulateurs Hitler, Staline ou Mao dont la létalité fut supérieure à celle du C19 avec quelques millions de morts chacun. »
    Il ne faudrait pas oublier non plus les va-t-en guerre étasuniens, abusivement autoproclamés défenseurs des Droits de l’Homme (voir la situation des descendants d’esclaves noirs aux USA), qui depuis 1776 ont pratiqué diverses guerres plus lamentablement meurtrières les unes que les autres, sans oublier le génocide des amérindiens, et j’en passe !

    « Ce Français, qui met dans son esprit tant d’ordre, et si peu dans ses actes, ce logicien qui doute de tout, ce laborieux nonchalant, ce casanier qui colonise, ce fervent de l’alexandrin, qui tout de même pousse la chanson , se débraille, et salit les pelouses. »

    Bref , c’est la « chienlit « !

    Pas de réponse à la petite devinette ?
    C’est pourtant facile !

    Pourquoi une « attestation de déplacement dérogatoire » signée par un membre du pouvoir exécutif n’est pas valable ?
    Parce que c’est un document certifié sur l’honneur.

    Mes excuses pour hier, notre canard local a publié la nouvelle des patients guéris à l’hôpital.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.