Après une conversation sur un ton très familier avec M’Bappé, dans un stade de France au moins aussi rempli que le Matmut Atlantique lors d’un Bordeaux-Amiens, Choupinet a constaté qu’il n’était jamais prudent d’avoir les chevilles qui enflent dans une compétition. Parfois il avait tendance à être soumis à des enflures caractérisés de certaines parties du corps par un manque évident de modestie. Le retour à la réalité provoque chez lui, depuis pas mal de temps, des diminutions rapides de ces symptômes de la grosse tête.

Il tente de redevenir prévenant et « peuple » en participant à des escapades durant lesquelles il est de bon ton de lui préparer des moments de convivialité partagée. Choupinet a pris des cours de simplicité et de proximité qu’il ne peut malheureusement pas mettre en pratique compte-tenu de ce fichu coronavirus. D’autant que la moindre faiblesse sur le port du masque tourne à la polémique sur les réseaux sociaux. « Faites ce que je dis et pas ce que je fais ! » : une phrase que les politiques n’aiment pas trop car elle met en exergue leur point faible.

La gouvernante le lui a dit froidement et l’a sévèrement sermonné : il lui faut regagner au plus vite, les cœurs de ses soutiens et pour y parvenir elle a mis au point une stratégie à moyen terme. D’autant que son ex-pote Édouard s’est installé sur la plus haute marche du podium de la notoriété. Un signe qu’il y a du boulot pour remonter la pente.

Il a donc commencé par jouer au Dr Jekill et Mr Hyde lors de son ascension comme premier de cordée à Bruxelles (1) en effectuant des déclarations de fermeté et en distribuant en douce les cadeaux qui doivent entretien l’amitié. Choupinet a un cœur d’or ! Il avait tout prévu.

Pour essayer d’amadouer Angèle dont il avait grand besoin il avait décidé de la gâter pour son anniversaire. Dans ses bagages, six bouteilles de Bourgogne Corton grand cru, le vin favori de sa copine pour un présent de qualité. Une appellation située sur seulement cent hectares sur les cotes de Beaune qui a toutes les qualités pour enchanter les palais les plus délicats. Choupinet y est allé de son sourire et de ses compliments sans qu’il y ait la moindre caméra, ce qui est exceptionnel. Nul ne sait s’ils ont descendu une quille ensemble !

Dans la même veine il a gratifié d’un « tableau » le Portugais Antonio Costa qui célébrait également le même repère de sa vie. Il a eu une attention particulière pour Mette Fredireksen, premier Ministre du Danemark pays hostile au plan de subvention 500 milliards. Choupinet n’a pas lésiné et à sorti de son sac officiel un splendide service en porcelaine de Sèvres pour fêter un mariage 48 heures plus tôt. Le test des cadeaux personnels n’a pas été probant mais ce n’était qu’un début ! Il lui faut absolument devenir gentil et compréhensif.

Alors ce week-end il s’est escrimé à dresser une liste des « récompenses ». Un exercice toujours périlleux quand il ne repose pas sur des critères objectifs. Depuis plusieurs jours il devait annoncer le palmarès des admis à son service, titre de rattrapage après l’annonce du gouvernement.

En traversant la rue comme l’avait clamé son copain Manu, les recalé.e.s des recrutements antérieurs espéraient en effet tous bénéficier d’une nouvelle chance et décrocher un strapontin dans la grande salle de spectacle du pouvoir.

Toutes celles et tous ceux qui devaient être écartés avaient déjà perdu leur véhicule officiel et leur chauffeur et ils erraient dans la capitale pour collecter les soutiens. Pas question pour eux de quitter le devant de la scène tant qu’il subsistait un maigre espoir de survivre. Choupinet n’a pas eu un mot de sympathie pour les oublié.e.s qu’il a jetés comme des Kleenex mais il a su sourire aux nouveaux venus.

Il a fini par choisir son onze composé d’intérimaires en CDD pour vingt mois et préposés au banc des remplaçant.e.s. Il a levé un insupportable suspense ! Les vacanciers vont enfin pouvoir bronzer heureux sur les plages : le mercato est terminé ! L’effectif de l’équipe de l’EM est en marche.

Des « cadeaux de fin d’année » et une « liste des récompensés » : deux opérations qui mettent fin à une longue période de doute et de réorganisation. Un nouveau chemin est annoncé ! La « cordée » se met en place et il reste désormais à tenter de faire oublier que le plus important est ailleurs.

L’entraînement sera en effet de courte durée et le match de la rentrée s’annonce des plus compliqués face à un déferlement de difficultés sociale prévisibles. D’ailleurs Choupinet a anticipé : il a supprimé le poste destiné à gérer « le plan pauvreté ». Il a prétendu qu’ainsi plus personne n’en parlerait.

(1) https://www.jeanmariedarmian.fr/2020/07/21/les-aventures-de-choupinet-5-le-tir-a-la-corde/