Confinavirus (S2-E6) : une nouvelle guerre de Sécession se profile

Pendant que l’Europe et notamment le France s’enfoncent dans la crise sanitaire, les États-Unis plongent en plus chaque heure qui passe dans une tourmente démocratique dont nul en peut prévoir l’issue réelle. C’est vrai que si la situation chez nous est totalement inédite elle ne l’est pas aux USA puisqu’il y a 20 ans les jours suivants le jour du vote avaient été tout aussi complexes. Entre le fils Bush et Al Gore les menaces sur la validité du scrutin s’étaient échangées de manière peu amène par médias interposés.

Le conflit est exactement inversé pour cette élection qui s’était déroulée le 7 novembre puisque c’étaient les Démocrates qui contestaient l’élection du « fils à papa ». La polémique portait comme c’est le cas actuellement dans les états encore en train de compter et recompter. En cause les machines à voter que les partisans d’Al Gore suspectaient d’avoir été mal paramétrées. La Floride nettement favorable deux décennies plus tard à Trump avait livré un verdict donnant seulement 537 voix d’avance au camp Républicain. Or le nombre de « grands électeurs » décidait du sort du vote.

Celles et ceux qui s’offusquent des recours du forcené de la Maison Blanche oublient que la Cour suprême de Floride et celle des États-Unis avaient eu à se prononcer dans une configuration moins partisane que celle de 2020. Le recompte des suffrages avait été ordonné (7 voix contre 2) par celle de Miami avant qu’à Washington cette décision soit cassée de justesse (5 voix contre 4). Cette procédure doit donner à réfléchir.

La cour suprême avait motivé son avis par le fait qu’il serait impossible d’effectuer un tel processus de vérification dans les délais impartis par la Constitution des États-Unis. Et une fois encore bien qu’Al Gore recueille la majorité des suffrages populaires sur l’ensemble des États (plus de 500 000 voix d’avance), le candidat George W. Bush devient président des États-Unis le 20 janvier 2001, après avoir été officiellement élu par le Collège électoral des États-Unis le 18 décembre 2000 soit plus d’un mois après le vote.

Il y a fort à parier que le scénario avec cette fois la multiplication des recours du camp de Trump il va y avoir du temps avant que le résultat devienne définitif. Il faudra sept ou huit jugements de l’instance juridique fédérale pour que l’élection de Biden qui ne fait plus grand doute soit validée. Et le fait que 8 juges sur 10 soit favorable à la contestation donnera c’est certain des possibilités de faire durer le suspense dans une période où justement la vacance du pouvoir serait terrible pour le peuple américain.

En 2020, déjà, les Républicains avaient monté de « fausses » manifestations violentes pour…empêcher que de nouveaux comptages. Cette fois les troupes sont suffisamment exaltées par les prêches religieux, les excitations des groupes extrémistes, les fausses informations complotistes, la peur du « socialisme », leurs armements de guerre, pour provoquer des mouvements dramatiques. On peut même penser que Jo Biden aura besoin d’une garde rapprochée fiable pour éviter qu’il soit le cinquième Président passant de vie à trépas de manière violente.

Un climat de guerre civile sur fond de ravage humain provoqué par la pandémie risque bel et bien d’éclater dans certains États avec des organisations susceptibles de vraiment combattre les armes à la main. Toutes les conditions sont réunies pour que des affrontements aient lieu. Le racisme, la misère, l’exclusion, la fin du rêve et plus encore le montée d’une religiosité débridée constituent les ferments de cette division.

Les Démocrates auront peut-être obtenu une victoire à la Pyrrhus car ils restent minoritaires au Sénat malgré les fissures que les outrances trumpistes ont fait apparaître dans son propre camp. Leurs réformes promises auront bien du mal à avancer et les positions internationales des USA demeureront très proches dans bien des secteurs. Le système électoral démontre ses fragilités car il ne repose pas sur un scrutin direct majoritaire.

Il faudra singulièrement réfléchir sur ce scrutin qui devrait révéler le second taux de participation des électrices et des électeurs (61,8 %) après l’élection de Kennedy (62,8 %) ce qui indique une vraie cristallisation des positions. Il est évident que Biden sera l’élu des zones urbaines mais que les positions trumpistes dans le milieu rural du Middle West et dans le Sud sont solides. Cette fracture existe aussi chez nous et la leçon doit être retenue avant 2022 car elle peut prendre des proportions explosives à terme.

Ce contenu a été publié dans CORONAVIRUS, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Confinavirus (S2-E6) : une nouvelle guerre de Sécession se profile

  1. Dabe dit :

    Bonjour Monsieur Jean Marie..
    Je lis tes écrits presque tous les jours et hélas je ne poste pas de commentaires tellement c est véridique..
    La fumée blanche ne sort toujours pas du Capitole et pendant ce temps là, l invisible Covid, progresse de façon exponentielle en Gironde..
    Une infirmière qui est venue hier à la maison pour un soin nous a dit être atterrée par les cas positifs qui flambent en sud Medoc.
    Prends soin de toi et de Madame. Pour le combat de 2022, il n aura un sens que si un candidat unificateur arrive à rassembler la gauche ,toute la gauche!
    Amicalement. Alain Dabe

  2. Laure Garralaga Lataste dit :

    Bonjour,
    Pour une fois, je ne suis pas aussi pessimiste que toi… et vais te le prouver sur l »heure…
    En parodiant:
    « el Cid campeador » de Corneille dans lequel se drape Al Gore : « Laisse faire le temps, ta vaillance et ton (peuple) ! »
    Puis ce cher Jean de La fontaine : « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage… » (le lion et le rat).

  3. Tusitala dit :

    Je ne comprends pas qu’un grand pays comme les U S A soit incapable de faire voter comme en France le même jour ..
    chez nous le vote par correspondance a été aboli en 1975

  4. Philippe Labansat dit :

    Ce pays n’est qu’une juxtaposition d’Etats, fractionnés en contés, eux-mêmes fractionnés en villes, elles mêmes fractionnées en quartiers, couleurs de peau, religions, communautés.
    Bizarrement, leur seul point commun est leur drapeau et les rassemble pour aller régulièrement porter le feu et le sang dans une région de la planète dont l’homme de la rue ignore jusqu’à l’existence.
    Dans notre propension à gober, béatement et stupidement, tout ce qui vient d’outre-Atlantique, veillons à ne surtout pas importer le communautarisme, et défendons becs et ongles notre laïcité (deux tiers des Français se disent sans religion, 29% se disent athées, contre 0,4%aux Etats-Unis.
    Étonnez-vous qu’on se comprenne pas…

    • François dit :

      Bonjour @ PHILIPPE LABANSAT !
      Si le Comté est un merveilleux fromage issu d’une zone englobant la Franche-Comté, les comtés américains sont effectivement les divisions d’un État. Cela n’a rien d’un conte même si les comptes électoraux donnent des soucis aux candidats.
      Avec un clin d’œil malicieux !
      Amicalement

  5. Philippe Labansat dit :

    Bonjour François,
    À peine envoyé mon message, je me suis aperçu de ma faute.
    Mais, impossible de corriger un message, ou même de le supprimer, me semble-t-il.
    En tous cas, n’en faisons pas un fromage (rires)…

  6. Christian Grené dit :

    Si la guerre de sécession a cessé, comme l’ont susurré jadis Roger, Pierre, Jean, Marc et Thibault, ça ce saurait si c’est assez semblable à Memphis et Minneapolis, dans le Texas et le Tennessee. Et ça, c’est pas aussi sûr. Ainsi du succès quasi certifié de Jo Robinet, même si c’est son fils qui l’assure avec cette célérité qui sied au sot et siphonné Donald soucieux de son standing. Bon, ça suffit comme ça!…

  7. Tusitala dit :

    Je suis enchanté d’être parmi des gens si cultivés et raisonnables..
    sauf que attention vous anticipez un résultat qui ne sera connu que le 14 décembre …
    WAIT AND SEE…!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.