Parmi les souvenirs que j’ai conservé de mon parcours scolaire il y a maintenant plus de 62 ans une « rédaction » alors que j’avais eu la chance d’entrer en classe se sixième au Cours complémentaire mixte de Créon. Dans les locaux flambant neufs(1) de ce qui allait devenir l’année suivante le Collège d’enseignement général j’étais le seul Sadiracais admis. Tous les matins et toutes les fins d’après-midi grâce au vélo acheté d’occasion au garde-champêtre je pédalais vers le parcours scolaire que peu d’enfants pouvait alors espérer.

Le sujet donné par une délicieuse professeur de Français de passage était assez simple mais ferait scandale à l’époque actuelle : « Parmi les grands Français dont parle notre Histoire, rois, ministres, écrivains, artistes, savants lequel a rendu le plus de services à notre pays ? Dîtes les rasions de votre choix «  . Imaginons combien cette vision très masculine de la célébrité serait vilipendée. Comme pour bien d’autres aspects de la vie d’alors nous jugeons avec les repères sociétaux actuels des personnes, des comportements, des événements. Je m’expose donc à la critique. 

Avec le recul j’ai bien du mal à savoir si ce prof très moderne (elle était mère célibataire ce qui dans la bastide n’était pas encore admis) habitant autour de la Place centrale, penserait de son initiative. Désormais la tendance consiste à passer toute l’Histoire au filtre de valeurs ayant favorablement évolué et d’en tirer des sentences sévères déconnectées du contexte dans lequel les faits ont été réalisés. Il y a eu durant des années une volonté de glorifier des personnages ayant permis de servir une certaine idée de la France.

Quand je relis cette rédaction du 23 mai 1959, il est indéniable que j’étais imprégné de cette culture que l’école publique Laïque dispensait pour avec des gravures symbolisant l’évolution d’un pays vers la République. Une vision certes simpliste mais dans le fond accessible à toutes et à tous ce qui constituait un bien commun transmis de génération en génération. Il n’y avait pas de place au doute. C’est ainsi que j’avais fait à 12 ans le choix de Napoléon Bonaparte.  Aïe ! Mes jours sont comptés et les commentaires vont fuser de tous cotés puisqu’en cette année du 200 ans de sa mort une polémique légitime s’est installée autour de la réalité de son parcours dans l’Histoire. 

En vous livrant mot pour mot le contenu du texte que j’ai écrit il y a presque 62 ans j’espère seulement vous offrir une bouffée de ces années où je l’avoue on se posait beaucoup moins de questions sur l’Histoire.

« Parmi les grands hommes de l’Histoire de France j’ai choisi Napoléon Bonaparte. Descendant d’une famille au niveau social bas il est arrivé à obtenir le grade le plus élevé que pouvait avoir un français à son époque. Débutant à l’école de Brienne comme simple élève, solitaire, renfermé, il étudiait. Pendant les classes d’hiver dans la neige, il dirigeait les luttes téméraires. Il donnait l’exemple. Il était né pour commander. Puis à force d’études il arriva au grade de capitaine et défendit Toulon contre l’attaque anglaise.

A la célèbre bataille d’Arcole tous ses supérieurs étant tués il prend le drapeau et monte sur le pont sous le sifflement des balles et le grondement des canons. Ses soldats le suivent et il remporte une victoire éclatante. Ensuite à toutes les batailles d’Italie il combattit si vaillamment et eut tant d’initiatives qu’il fut promu général.

Napoléon remporta toute une série d’illustres batailles et sut tenir tête grâce à une intelligence exceptionnelle à toutes les armées coalisées contre lui.

Ils ut se rendre indispensable et après un coup d4eat se fit nommé consul à vie et ensuite empereur. Et à la suite de revers il dut se retirer à l’île d’Elbe. Mais de là grâce à tous les amis qu’il avait in revint en France. Malheureusement cette dernière campagne fut désastreuse et cette fois il fut déporté par les Anglais à Saint Hélène où il devait finir ses jours ruiné par le chagrin.

Napoléon avait non seulement le génie de la guerre mais aussi une puissance incroyable de travail. Ila fait le code civil, il a créé la Banque de France, l’université et la légion d’honneur qui existent encore de nos jours. Peu d’hommes ont eu dans l’Histoire une influence aussi profonde que lui.

J’admire Napoléon car il avait l’ambition de placer notre pays au-dessus de tout. Malgré les sacrifices qu’il demandait il était aimé. Ses grognards avaient pour lui un dévouement sans bornes car il était juste. »

Je ferai pénitence et je me retirerai sous ma tente avec honte et déshonneur. J’ai oublié le rétablissement de l’esclavage et les milliers de morts laissés sur les champs de bataille. Comme quoi on apprend à tout âge ! le tribunal des réviseurs de l’Histoire ne me le pardonneront pas. 

(1) Actuel bâtiment sur la rue Voltaire de l’école élémentaire Albanie Lacoume