Chritsian Grené a effectué un séjour dans un établissement hospitalier de Lormont pour soigner une hydrophobie… envahissante et tenace. Il a beaucoup écrit pour évacuer ses doutes et ce superbe poème a obtenu le prix de tous les établissements de la Nouvelle Aquitaine dans la catégorie poèsie. Respect pour celui qui est mon frère d’écriture… qui est désormais en lice pour le titre national !  

Ici, en surplomb de la Garonne,

Un tyran est tombé de son trône.

Attila, César et même Hitler

Ont voulu y porter le fer

Et jadis comme avant-hier

Ils s’en sont retournés en enfer.

 

Ici, en surplomb de la Garonne,

Un tyran est tombé de son trône.

Sur la route de la Roche-Posay

Baudelaire s’y serait reposé

Et dans ce bel intervalle

Y aurait écrit les Fleurs du mal.

 

Ici, en surplomb de la Garonne,

Un tyran est tombé de son trône.

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté ».

L’UGECAM règne sur le domaine

Où refleurissent des âmes en peine.

 

Ici, en surplomb de la Garonne,

Un tyran est tombé de son trône.

Non, ce n’est pas le Covid !

De tant de souffrance avide

Il compte ses morts par milliers

Mais redoute d’entrer aux Lauriers.

 

Ici, en surplomb de la Garonne,

Un tyran est tombé de son trône.

Derrière son masque et son faux air

Il a séduit Verlaine et Apollinaire,

Gauguin et Modigliani.

Et, Je dois l’avouer, moi aussi.

 

Ici, en surplomb de la Garonne,

Un tyran est tombé de son trône.

Non ! Ce n’est pas César

Pour qui la guerre était un art.

De tous les lauriers une fois enrichi

Aux Lauriers il dît : « Veni, Vidi, Vichy ! »

 

Ici, en surplomb de la Garonne,

Un tyran est tombé de son trône.

On le reconnaît à son faux col

Et se fait appeler Alcool.

Il vous met la tête à l’envers 

Ce sera là mon dernier vers.