La mixité passée au crible de la réalité

La « mixité » sociale reste une préoccupation peu partagée surtout par la très grande majorité des personnes pouvant y échapper grâce à leur capacité financière à y échapper. Que ce soit en matière de logement, d’éducation, de travail elle est ainsi, dans les faits farouchement combattu dès qu’elle veut être mise en place. Depuis des décennies elle s’est évaporée sous l’influence de décisions successives des gouvernements qui ont toujours préféré satisfaire le plus grand nombre sans vision des conséquences à moyen terme qu’elles généraient.

Ainsi en matière d’urbanisme la nécessité de créer des milliers de logements dans des espaces de plus en plus restreints a conduit à installer des quartiers qui furent modernes mais que la dégradation a rendu inexorablement moins attractifs pour celles et ceux qui avaient la capacité d’ aller voir ailleurs. La nécessité pour les investisseurs (souvent des bailleurs institutionnels) de rentabiliser leurs construction a conduit à ne jamais se préoccuper de « mixité » des occupants mais simplement de remplir les logements

J’ai moi-même habité au quatrième étage d’un immeuble que je considérais comme d’un grand confort dans une zone d’aménagement concertée. J’avoue avoir été heureux durant cette période et ne m’être jamais posé la question de ma présence dans un lieu qui était attractif par les conditions de vie qu’il proposait. Spacieux, lumineux, calme l’appartement était sans comparaison avec celui du centre ville que nous avions quitté.

Le parcours professionnel et locatif m’a conduit à changer pour une autre cité d’Habitations à Loyer Modérés dans laquelle les conditions de vie étaient meilleures par l’emplacement des maisons mais pas par les aménagements intérieurs. La volonté des élus créonnais d’alors, d’accueillir des HLM constitua un argument électoral extrêmement favorable. Et dans les années suivantes, avec le soutien des habitants, des implantations de ce que l’on commença malheureusement à appeler des « cités » se succédèrent. J’ai conservé une dépliant de campagne municipale détaillant l’arrivée d’un nouvel ensemble d’une quarantaine de logements. 

On ne parlait pas de « mixité » mais elle entrait de fait dans les choix d’urbanisation. Des familles de toutes origines y sont passées et s’y sont installées parfois depuis des décennies sans jamais avoir la volonté (ou les moyens?) de quitter leur HLM et leurs voisins. Les parents espéraient même souvent obtenir un logement pour leurs enfants dès qu’ils s’installaient dans la vie… La médiatisation de faits de société dans des « cités » a fini par persuader l’opinion que le logement social constituait une menace pour les accédants à la propriété dans des lotissements n’ayant pas parfois de meilleures conditions de vie.

J’ai vu grandir cette intolérance aux « locataires » considérés comme des « cas sociaux » ou des « assistés » car n’ayant pas les moyens d’accéder à la propriété symbole de la réussite même si c’était au prix d’une endettement pesant sur toute l’existence. « Si vous construisez des HLM en face de chez moi ma maison perdra 30 % de sa valeur… » est venu me lancer un enseignant. «  On ne veut pas de ces gens là qui viennent de la ville…et qui saccage notre village » prétendait un autre lui-même arrivée quelques années auparavant des banlieues bordelaises !

Tout projet devenait problématique avec des contestations, un refus par pétition ou même par courriers évidemment anonymes un tantinet (à l’époque!) raciste. « on n’a pas besoin de vos logements… » « Moi je ne suis pas venu à Créon pour avoir des logements sociaux à coté de chez moi… » et j’en passe et des pas très beaux ! Allez expliquer que la « mixité » est un atout dans une commune car elle permet via les HLM d’assurer un renouvellement d’une population qui vieillit sur place en baignant dans ses principes « maison, gazon, télévision ».

Alors fidèle aux valeurs qui me sont chères lorsque une vaste opération immobilière s’est avérée possible nous avons décidé d’en faire un exemple de « mixité sociale » en « mélangeant » tous les types de constructions. Un plan fut mis en place avec d’énormes difficultés liées à l’appétit des promoteurs et aux réticences des vendeurs.

Finalement sur 3 hectares on retrouva deux lotissements en construction libre ; un ensemble de maisons de ville proposé en accession à la propriété ; un groupe de logements sociaux ; un immeuble à un étage privé de qualité en location ; une suite d’habitations de petite taille vendues en VFA ; des logements pour personnes handicapées : la mixité intégrale avec à la fin une certaine fierté. Or ce principe louable n’a jamais fonctionné et chaque entité vit recroquevillée sur elle-même car malgré tous les efforts déployés par la mairie il n’y a jamais eu d’échanges réels. Un communautarisme de situation sociale s’est installé de fait ! Irréfutable et irrémédiable. Mieux le bureau de vote de ce secteur est celui qui détient les records de votes en faveur du rassemblement National et de loin… Alors il est encore possible de décréter la mixité mais encore faut-il qu’elle soit acceptée par celles et ceux à qui elle est destinée.

Ce contenu a été publié dans PARLER SOCIETE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à La mixité passée au crible de la réalité

  1. Bernie dit :

    Quelle complexité l’urbanisation !.

  2. MARTINE PONTOIZEAU-PUYO dit :

    Bonjour Jean Marie,
    effectivement la mixité sociale n’est pas simple à mettre en oeuvre. il faut bien reconnaître que certaines populations ne sont pas simples à loger ou reloger. Et maintenant tous les locataires, même ceux ayant des revenus décents, logés en HLM, payant leurs loyers, souvent aussi chers que les loyers du secteur privé, sont considérés comme  » cas sociaux ». le monde rural, particulièrement, ne fait pas la différence entre les vrais cas sociaux et les locataires d’HLM cités plus haut. A la campagne, vu la désertifications, les ruraux ont pu hériter ou acquérir des biens pas chers. Donc, pour eux, tous ceux qui vivent dans des logement hlm sont des cas sociaux. Et ça tu peux leur expliquer de n’importe quelle façon, ils ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre. Pour être quelqu’un de bien il faut être propriétaire.

  3. MARTINE PONTOIZEAU-PUYO dit :

    PS : C’EST UNE VUE D’ AVION DE CREON ?

  4. Tusitala dit :

    Les socialistes au pouvoir ont décidé de refaire la société. Cela a un petit côté utopie communiste, 1984 et Meilleur des mondes tout à la fois.

    Le naïf et atteint de délire de persécution Rousseau a fait du mal à l’homme en s’ingéniant à vouloir prouver que ce dernier était bon naturellement, comme s’il pouvait y avoir une « nature » de l’homme qui ne soit pas faite de sa culture.

    Comme s’il pouvait y avoir une nature bonne, quand l’état de nature c’est le rapport de force permanent, c’est la lutte pour la survie …L’humanité c’est la musique qui adoucit les moeurs, c’est la science au service de l’homme, c’est l’art qui dépasse et élève, c’est l’espoir et le respect de soi.

    Bref, c’est la culture et, avec la culture, la responsabilité de chacun dans ce qu’il est ou n’est pas, indépendamment de ce qu’il ne maîtrise pas.

    Rousseau a mis la nature au pinacle et a conchié l’homme en société

    Le résultat c’est que des siècles après, des gens heureux croient encore en l’immense bonté naturelle de l’être humain qui ne nuierait à autrui que parce qu’on l’aurait malmené, mal nourri, mal aimé…

    En déplaçant le problème il n’y aurait plus de problème, En faisant du déplacement de population il n’y aurait plus de problème…

    Trop de gens refusant de parler le français ensemble, trop de gens qui considèrent que c’est aux voisins de surveiller leurs gosses dans la rue à 22 h ensemble…

    il suffirait d’en déplacer certains (les pires) là où il y a encore des Français qui se lèvent tôt, qui éduquent leurs gosses au lieu de les flanquer devant la télé ou dans la rue, là où il y a encore le respect d’autrui et de ses voisins

    Les jeunes Français d’origine qui vont être catapultés par la magie des affectations HLM dans les pires quartiers vont avoir un effet si bénéfique que leur voiture ne brûlera pas, que les femmes ne seront pas traitées de sal…, que leurs filles ne risqueront pas les tournantes et que leurs fils ne seront pas sommés de se convertir au cannabis

    Ajoutons un pourcentage de Français d’origine dans une cage d’escalier, et magiquement plus de pisse dans l’ascenseur, plus de boîtes à lettres dégradées, plus de trafic de drogue….

    Des familles pour la plupart en refus d’assimilation vont, par un coup de baguette magique, respecter les marbres du rez-de-chaussée des copropriétés, les boîtes aux lettres et les ascenseurs …

    C’est beau comme du Rousseau…!!!

  5. Bernie dit :

    @tusitala,
    « Les socialistes au pouvoir ont décidé de refaire la
    la société  » c’est une œuvre hyper compliquée et complexe. Il y a bien des conséquences sociétales. Ce qui est sociétal ne peut être refait mais expliqué. Ce que je vois est un immense désert cinématographique

  6. MARTINE PONTOIZEAU-PUYO dit :

    Tusitala comme vous l’écrivez la mixité est difficile à mettre en place. je ne pense pas que de déplacer certaines populations dans des quartiers bien tranquilles servirait à quelque chose. Quand les gens sont là pour toutes les aides sociales, il n’en ont rient à foutre de respecter les lois, et de fiche la paix à leurs voisins, à bien éduquer leurs enfants, à ne pas les laisser sortir la nuit, à les inciter à aller à l’école régulièrement et à apprendre ce que l’éducation nationale recommande. Quand des populations ne veulent pas s’assimiler, refusant de parler le français ensemble, que faire ? les renvoyer d’où ils viennent, et ne plus donner la nationalité à ces gens là .
    je suis pour que les gens immigrés qui veulent devenir français demandent leur intégration, mais qu’elle ne soit plus donnée parce que l’on a fait un enfant sur le sol français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.