nLa vie politique que je quitte alors vraiment sans l’ombre d’un regard, prend une tournure qui n’a plus aucun rapport avec les valeurs républicaines. Rien d’étonnant quand l’outrance sert de référence à celles et ceux qui n’ont jamais démontré la moindre capacité à mettre en adéquation des idées et des actes. C’est ainsi que dans un article publié dans Sud-Ouest Madame  la députée de la 12° circonscription de la Gironde témoigne de cette tendance inspirée par les circonstances électorales. Elle tient des propos qui témoignent de ce que je haïs le plus (de quel camp qu’elle vienne) dans la vie publique : l’usage de mots ou de phrases préparées par des communicants dont on répète sans vraiment en connaître le sens !

Pour bien connaître cette représentante du territoire où je vis, je ne veux pas croire un instant (sauf si c’est la conséquence d’une tête qui enfle trop vite) qu’elle puisse d’elle-même prononcer des formules venues d’un autre temps ! Quand elle clame «  que depuis 40 ans règne une dynastie politique » sait elle vraiment ce que recouvre le mot « dynastie » ? Habituée depuis peu à fréquenter la « cour » présidentielle, elle pense qu’on arrive depuis 40 ans au conseil départemental par nomination comme c’est le cas au gouvernement. Sauf à être contredit, aucun élu de la majorité ou de l’opposition, n’est désigné par un Roi putatif comme une secrétaire d’Etat… Toutes et tous ont été élus par le suffrage universel…quand d’autres ont été battus. En quoi mes élections personnelles dont celles au conseil général puis départemental relèvent d’un choix dynastique ? C’est purement du mépris pour le suffrage universel… et l’expression des électrices et des électeurs ?

Dois-je rappeler comment l’auteure de ce jugement péremptoire a été désignée pour candidater au poste de Députée ? Je me suis présenté huit fois sur mon nom et j’ai mis chaque fois en jeu mon mandat… où est la « dynastie politique » ? Pour ma part dès que je l’ai pu je me suis mis en conformité avec mes principes en refusant le cumul des mandats. Je n’ai pas participé à la désignation de l’équipe (que je soutiens pourtant) pour ma succession étant donné que depuis six ans je suis considéré comme n’appartenant plus au parti politique étant accusé d’être au pouvoir de manière « héréditaire » depuis… 40 ans !

Comme cette absurdité va j’en suis certain servir d’accroche à une campagne départementale pavée de slogans tous plus nuls les uns que les autres, la Députée qui s’imaginant exterminant une dynastie en a rajouté une couche avec : «un pouvoir atavique qui s’exerce avec sectarisme ». Que çà ! Connaît-elle le sens « d’atavique » ? J’en doute car je ne connais pas un seul élu départemental ayant « hérité » de son poste ou l’ayant reçu de son « père » ou de sa « mère » par le seul lien du sang… mais probablement a-t-elle des exemples ? Est-ce par exemple « atavique » de vouloir être remplacé par son mari dans une équipe municpale? 

Quant au « sectarisme » repris en chœur par les vierges effarouchées en marche ayant soutenu le Préfet qui avait purement décidé d’enfreindre la loi votée par la Députée en sanctionnant le Département dans le cadre du Pacte de Cahors, il est plutôt malvenu. Je demande instamment un exemple de position « sectaire » (le qualificatif constitue pour moi une injure) de sa part… avec preuves à l’appui ! Probablement que M. Breillat maire de Castillon la Bataille, son partenaire, Bertrand Gautier, Maire de Fargues Saint Hilaire, son ex-collègue « révoqué » Daniel Coz, elle-même (plan pauvreté à Talence), ses collègues du gouvernement venues signer des partenariats avec le Président du département ou le Premier Ministre paraphant le plan de relance girond lui fourniront des éléments sur le « sectarisme » de la majorité départementale !

Et si sur la canton de Créon en 12 ans elle trouve un seul cas de comportement sectaire de ma part en tant que membre de la « dynastie politique » je suis prêt à en débattre ! Comment ne pas lui rappeler que dans son parcours de 20 années de « travailleuse sociale », la néo-chef de file en Marche a en passé quelques-unes aux cotés de ceux qu’elle vilipende et qu’à l’époque leur « sectarisme » ne lui pas paru condamnable. 

Et cerise sur la gâteau cette sentence d’une grande gestionnaire : « la générosité (sic) n’exclut pas la rigueur dans la gestion des finances ». D’abord au conseil départemental il n’y a aucune « générosité » mais simplement des actes réglementés de « solidarité » faisant la vraie différente entre une gestion progressiste et républicaine avec celle de la caste qui ne sait pas ce que pauvreté et exclusion signifient. J’attends un rendez-vous pour débattre avec quiconque sur la rigueur de la gestion des dinances. Madame la député quand vous voulez on fait un facebook live sur le sujet.

Pour ma part pour ne pas être un sectaire je citerai Emmanuel Macron disant  que « la critique est normale dans le jeu démocratique. Mais la haine et la violence ne doivent jamais être acceptées. Elles affaiblissent la démocratie. » N’est-ce pas aussi son gouvrenement qui recommande en permanence de changer d’air dans les maisons ?