Les analyses abondent. Tout le monde y va de son commentaire susceptible de valoriser tel ou tel résultat à peu près potable pour son propre camp. Pourtant il faudrait vraiment se concentrer sur la catastrophe démocratique que représentent 66 % de personnes ayant refusé de se déplacer. Mais on en est très loin. Ce scrutin qui a fait toucher le fond du système actuel restera une référence pour les « militant.e.s » qui comme moi souhaite s’investir dans une véritable éducation populaire relative à la vie citoyenne locale. Plus que jamais se pose la volonté de concevoir la « politique » autrement avant qu’il ne soit trop tard.

Tout le monde y va de son explication. La Marine nationale se plaint que ses troupes sont restées sur le canapé, dans la chaise longue, le sable des plages ou le gazon des stades…alors qu’il fallait se mobiliser pour lancer ses Présidentielles. Son égérie locale parle de complot national pour expliquer ce qui ressemble surtout à un lâchage en règle de comportements inquiétants.

La dédiabolisation semble en panne. Remarquez que quand à Créon 210 personnes glissent dans l’urne aux départementales un bulletin avec le nom de candidat.e.s totalement inconnus dans la canton car originaires de Lormont on peut s’interroger sur la nature de leur vote. Cette baisse d’influence énorme en nombre de voix va remettre en cause la stratégie. L’abstention a éliminé les triangulaires plutôt compliqué.

Dans la quasi totalité des cantons girondins (1) avec des équipes de Gironde en Commun sortantes les résultats sont nettement favorables. Elles sont en tête ou se retrouvent dans le duo des qualifiées pour le second tour. Le RN ne survit que dans trois cantons avec peu d’espoir d’améliorer son potentiel d’un siège et même si les front républicain joue vraiment à plein, de le perdre. La majorité départementale sort consolidé globalement de ce scrutin que l’on pensait beaucoup plus indécis.

Jean-Luc Gleyze, même s’il n’a pas encore gagné ces élections départementales a moins placé son camp sur le chemin du succès. Les attaques outrancières dont a fait l’objet la gouvernance départementale et plus encore l’utilisation par de propos sans queue ni tête n’ont servi qu’à discréditer leurs auteur.e.s. C’est lui qui le dimanche 27 juin au soir illustrera ce que constitue un vrai « changement d’ère » : renouvellement de près de 50 % des membres de sa majorité, rajeunissement considérable des élu.e.s lui faisant confiance, présence très forte de personnes issues de la société civile, reconduction des sortant.e.s dans leur très grande majorité.

Inutile de préciser que dans ce contexte la République en Marche a fort peu de chance de faire son entrée en tant que tel dans l’hémicycle même masqué et droitisée. C’est après les municipales un échec retentissant et durable. Mais je crains que cette situation issue d’un mépris grandissant, de comportements sans lien avec la réalité des comportements, rendent les attitudes encore plus agressives. On attend la publication du nombre de Ministres en lice élus…

Désormais il faut attendre les prises de positions locales de désistement. Elle seront révélatrices de la qualité des alliances passées car il faut appréhender des propos contradictoires tant parfois les « attelages » étaient baroques. Il est certain que si des réticences se faisaient jour une vraie question se poserait : celle de la crédibilité politique des femmes et des hommes qui tiennent de beaux discours mais qui ne les tiennent jamais.

L’abstention qui désole les gens qui ne font rien pour lutter contre elle a des racines de plus en plus profondes. Elle puise ses forces dans ce rejet de ces comportements mensongers, approximatifs ou inutilement agressif. C’est une forme de ce « dégagisme » qui n’épargne plus personne. Toutes les tendances de la vie politique française sont touchées et le RN vient de l’apprendre à ses dépens. Le manque de crédibilité de la vie politique en est la cause.

Toujours présenté comme un membre du parti socialiste alors que j’ai quitté ce parti depuis cinq ans et que mon histoire personnelle ne m’a jamais permis de me considérer comme autre chose qu’un « atypique » permanent je vais dans une dizaine de jours trouver une liberté accrue. Je mettrai avant toutes mes forces pour partir le tête haute mais « l’ancien » que je deviens n’oubliera pas certains commentaires. En fait il me faudra je le crois prolonger jusqu’en 2022 et aux législatives…durant lesquelles je trouverai peut-être une petite place. Histoire de mettre en œuvre un principe que j’adore, je pardonne à celles et ceux qui m’ont offensé mais j’en garde la liste. En attendant je poursuivra le combat de la citoyenneté !