La clientèle de la terrasse du Bistrot des Copains change avec la fin des vacances. Désormais alors que le soleil est de retour les conversations lorsqu’elle ne tourne pas autour du vaccin, du pass sanitaire et de la contestation qu’il génère on sent bien que la rentrée est dans tous les esprits. Le nombre de personnes encore en congés a fondu et on ne trouve plus devant le café que les pensionnés ou les actifs ayant besoin de se concerter. Les affaires reprennent et la terrasse sert de bureau de rencontre ou d’échanges.

Impossible de ne pas ressentir que dans quelques jours tout va se compliquer. « Depuis le pass sanitaire j’ai perdu en quelques jours la moitié de ma clientèle. La restauratrice qui commente sa saison estivale est devenue fataliste. Des clients fidèles m’ont annoncé qu’ils ne viendraient plus car ils ne souhaitaient absolument pas se faire vacciner. Et je ne les ai pas revus. » Son inquiétude est grande car les touristes qui compensaient cette perte ne seront plus là. Seulement sept repas aujourd’hui sur la terrasse ce qui est insuffisant pour tenir.

« Un intérimaire qui passait souvent m’a affirmé qu’il cesserait de travailler quand le pass sera obligatoire. Ni sa femme, ni ses enfants ne souhaitent être vaccinés.Il m’a simplement dit : ‘je n’ai jamais été au chômage et je vais m’y mettre le temps qu’il faudra. Le fait que je n’ai pas de contrat ni à durée déterminée ou indéterminée me permettra de ne pas avoir de problème’. » Les propos de ce type ont pour elle une saveur bien plus désagréables que celle de ses plats !

Les cadres des agences immobilières échangent sur la pénurie de biens à vendre sur le Créonnais. « Les prix ne cessent de grimper. Les terrains à bâtir se raréfient dans le même temps ce qui met la pression sur l’ancien. La pandémie a bouleversé le marché. On a dix fois plus de demandes que d’offres » explique Sabine. Un couple s’approche de la vitrine où les propositions s’affichent. Il tente de dénicher la maison de leurs rêves ou approchant leurs rêves. En fait les montants exigés les font caler et ils s’éloignent dépités.

« Nous profitons de nos derniers jours de congés pour chercher une opportunité de quitter Bordeaux où tout devient compliqué : le stationnement, les prix, les services. Nous recherchons sans être pressés mais plus le temps passe et plus c’est difficile. Nous ne voulons pas construire car c’est trop compliqué. » Nicole et Gérard sont encore plus convaincus de leur intérêt pour un changement de mode de vie après qu’ils aient passé un moment au soleil sur la terrasse du Bistrot.

Fred lui, repasse dès que son boulot le lui permet pour s’enquérir des nouvelles créonnaises. « J’attaque un superbe chantier la semaine prochaine » lance-t-il fièrement. « Je pars louer une nacelle car avec ma petite entreprise nous allons nettoyer la grande façade du Mégarama de Bordeaux. Nous avons obtenu ce marché grâce au processus que nous utilisons et que j’avais développé avant tout le monde pour le lavage avec une eau purifiée. » Fred n’a pas été touché par la crise car justement tout ce qui a trait à l’entretien, la rénovation, le nettoyage poussé des bâtiments a connu une demande croissante.

Les artisans ou ouvriers qui passent sont unanimes : le travail ne manque pas ! « Les gens ses ont repliés sur leur maison. Ils agrandissent, aménagent, refont. Ils se créent un style de vie différent et ne sortent plus guère de leur périmètre de proximité . On n’a par exemple jamais autant vendu de poules sur le marché du mercredi » explique Stéphane qui passe par là et s’est arrêté discuter. Un signe fort d’une accentuation du triptyque « maison, gazon, télévision. » Les préoccupation,s le soucis, les obligations reviennent au galop. Et moi je suis léger comme une plume ou presque… car pour la première fois depuis 70 ans je n’aurai pas de rentrée ! 

A quelques pas une femme plongée dans son bouquin devant sa tasse vide semble comme moi narguer la fin des vacances. Elle est impassible, les pieds posés sur le siège bas en face d’elle, la robe légèrement relevée : elle se soucie peu de cette agitation grandissante. Elle va y rester toute la matinée, comme étrangère à ce qu’il se passe autour d’elle. La magie de la lecture. Personne n’osera la déranger et lui demander de bouger. J’aurais bien aimé savoir avec qui elle était et dans quel monde les mots l’avaient conduite. Elle ne quittera cette petite « maison » sur la terrasse que quand la dernière page de ce qui ne pouvait être autre chose qu’un roman aura été tournée. Contraste saisissant mas tellement révélateur de cet été où il fallait se construire ses rêves.