Les loups se délectent de la chair à « canon géopolitique »

Il y a eu dans les mois écoulé l’obsession du «virus », du « masque », du « confinement », du « vaccin » et désormais alors que ces mots là pourraient revenir dans l’actualité ils sont éclipsé par celui de « l’immigration ». Une saturation médiatique imposée par le fait qu’un dictateur biélorusse ait utilisé stratégiquement des pauvres erres en quêtes d’espoir comme chair à canon géopolitique. Attendus à la sortie du bois par des barbelés ils sont poussés à affoler des opinions publiques gavés de l’angoisse du « grand remplacement. »

Une « horde » de jeunes, de moins jeunes, d’enfants de femmes ayant majoritairement fui le Kurdistan serait en passe d’envahir la Pologne avant de ruisseler dans cette communauté européenne en alerte maximum et en hystérie maximum. Les Tartares, les Cosaques, les Mamelouks, les Wisigoths, les Maures sont à nos portes…

Qui osera rappeler qu’au 1er janvier 2021, la population de l’Union européenne à 27 États membres comptait 447 millions d’habitants selon Eurostat, soit une baisse de 312 000 personnes par rapport au 1er janvier 2020. Et que cette Europe tétanisée court donc à sa perte à cause d’un effondrement constant des naissances et ne sera plus en mesure dans quelques années de renouveler ses générations. En 2019, pour chaque groupe de 1000 habitants, on compte 9,3 nouveau-nés supplémentaires. Un taux qui s’est considérablement réduit au cours des décennies : il était de 16,4 ‰ en 1970 et de 10,5 ‰ en 2000 en moyenne pour les 27 pays qui composent aujourd’hui l’Union européenne.

Qui prendra la parole haut et fort pour souligner dans le flot de saloperies que l’on entend que « Dans tous les pays, la contribution des immigrés sous la forme d’impôts et de cotisations est supérieure aux dépenses que les pays consacrent à leur protection sociale, leur santé et leur éducation », écrit l’OCDE dans ce rapport qui porte sur ses 25 États membres pour la période 2006-2018. En France, par exemple, la contribution budgétaire nette des personnes nées à l’étranger est de 1,02 % du PIB, donc légèrement excédentaire, contre une moyenne de 1,56 % sur l’ensemble des pays.

« Ce qui focalise le débat public, notamment en France, c’est le coût que peut représenter l’immigration en termes de dépenses sociales, de santé, etc. On montre que cette question ne devrait pas nous obséder, car, quand on fait le compte, on observe que la contribution est positive jusqu’à la prise en compte des dépenses militaires et de la dette publique » explique le rapport analyses à l’appui.

Trouvera-t-on une femme ou un homme politique simplement honnête qui exprimera clairement que les théories sur un « remplacement » ne reposent sur aucun fait objectif ? En 2019 c’était 2,7 millions de personnes qui d’une manière officielle ou officielle ont immigré dans le territoire de Schengen. En 2020, environ 1,9 million de premiers titres de séjour ont été délivrés dans l’UE, contre près de 3,0 millions en 2019. Cette diminution est due aux restrictions de déplacement introduites pour enrayer la propagation du virus de la COVID-19. La pandémie a eu une incidence particulièrement négative sur les titres délivrés pour des motifs professionnels et, par conséquent, la part de ceux-ci est passée de 41 % en 2019 à 29 % en 2020.

Y-a-t-il parmi celles et ceux qui se réclament d’un humanisme digne et sincère des voix susceptibles de clamer que historiquement les causes des migrations ont toujours été très diverses : guerres, motivations économiques, environnementales, de travail ou familiales… Elles sont majoritairement le fait de populations jeunes (18-30 ans) et ont la plupart du temps pour destination des pays géographiquement proches du lieu de départ. Ces phénomènes s’accélèrent et seront renforcés par le réchauffement climatique.

Au cours de l’année 2019 un nouveau record du nombre de personnes déracinées du fait de guerres, de conflits ou de persécutions a été établi. On en dénombrait alors plus de 79,5 millions, dont 29,6 millions de réfugiés, 4,2 millions de demandeurs d’asile en attente de l’examen de leur dossier, et 45,7 millions de déplacés “internes” dans leur propre pays (non comptabilisés comme migrants).

Qui proposera aura l’audace de rappeler notre responsabilité directe dans ces déplacements de populations ? Les 4 000 malheureux qui grelottent, affamés, désespérés, arrosés de canons à eau ou de gaz lacrymogènes finiront par franchir quelque part tous les murs inventés pour satisfaire des électorats aveuglés par la haine de l’autre. Ils représentent 0,0009 % de la population européenne.

La Biélorussie le sait fort bien et surfe sur les conseils de son mentor russe sur les angoisses démesurées et irrationnelles d’Européens oublieux trop souvent de leurs origines. Des êtres humains paient de leur vie une manoeuvre de cette nouvelle guerre dans laquelle les armes dissuasives seront des « bombes » migratoires.  « On peut appartenir à son peuple, mais quand les peuples sont devenus fous on n’est pas obligé de l’être aussi. Tu as beau être déjà pour eux un chiffre, un numéro, un instrument, de la chair à canon, tu es encore un être vivant capable de refuser. » Comment ne pas penser à cette recommandation de Stefan Zweig.

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Les loups se délectent de la chair à « canon géopolitique »

  1. Philippe Labansat dit :

    Merci pour ces rappels objectifs, Jean-Marie.
    Mais, qui est capable de les entendre ? Qui acceptera de les entendre ? Quel media français est capable ou a envie de les rappeler ou de les porter à la connaissance de la population ?
    Aucun, j’en ai peur. Depuis 30 ans, plus peut-être, ils tiennent un filon inépuisable au prix de l’abêtissement, de l’abaissement général…

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Philipe
      Lorsque tu écris  » Depuis 30 ans et plus peut-être « , tu as raison puisque…
      À compter de janvier-février 1939, qui a été capable et a accepté de nous entendre et de porter à la connaissance de la population française l’accueil qui nous fut réservé dans des camps de concentration français, terminologie que Pétain transformera en « camps d’internement » ? Lorsqu’éclate la seconde guerre mondiale, de nombreux républicains espagnols et de nombreux étrangers des Brigades Internationales s’engagent aux côtés des maquisards français. Quel résultat aura cet engagement…? Une info peu connue : en 1990, ma mère est déclarée « apatride »… Pas plus tard que dimanche dernier, j’ai appris qu’un jeune Espagnol qui, dans les années 60, avait fait la « guerre d’Algérie » connaîtra, des années après son retour, celles de 90, le même sort que celui de ma mère ! Leur combat pour retrouver leurs droits de Français leur demandera 2 ans de démarches administratives pas gratuites ! Comment expliquer cette violente absurdité de l’administration française ? Est-ce la haine de l’étranger qui l’emporte sur la raison…? Peuple de France, tant qu’il est encore temps, reprends tes esprits et tes valeurs… !

  2. facon jf dit :

    Bonjour,
    la mondialisation des conflits entre nations voisines ( Grecques/Turques, Polonaises/Biélorusses, Taïwanaises/ chinoises…) se fait aussi au moyen des réfugiés. L’ensemble des dirigeants politiques fait preuve d’une hypocrisie énorme, ainsi notre gouvernement n’échappe pas à la règle.
    Les migrants de Dunkerque et de Grande-Synthe sont aussi utilisés pour faire avaler le plat plein d’arêtes de la pêche aux Britanniques. En serrant ou desserrant les mailles du filet policier autour des migrants Nécron utilise ces derniers d’une manière odieuse. En faisant détruire le pauvre matériel de survie des naufragés migrants Nécron augmente la pression sur eux les contraignants à des tentatives désespérées pour franchir le channel. Le montage merdiatique est savamment utilisé pour dédouaner le gouvernement et culpabiliser les Britishs. Excuser les actions illégales des policiers en disant que c’est pour mettre à l’abri les migrants est proprement scandaleux et parfaitement injuste.
    Dire dans les merdias que l’Europe est unie pour condamner le tandem Poutine/ Loukachenko est un énorme mensonge tout comme ce qui concerne la frontière Grecque.
    L’Europe des puissants est en marche et l’Europe des pauvres est en panne.
    Bonne journée

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à façon jf
      Rien de bien nouveau « sous le soleil de Satan… » Merci encore une fois à Georges Bernanos qui plus tard nous offrira ses « grands cimetières sous la lune ».

  3. Bernie dit :

    Bonjour Philippe,
    La médiatisation porte l’image dans le monde, oui personne ne s’occupera d’eux. Alors occupons nous de notre vie. C’est à chacun de nous vivant dans un des états que composent l’UE.
    L’UE n’est pas la France.
    Très bonne journée

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Bernie
      La politique de l’escargot est mauvaise conseillère et étrangère à nos valeurs républicaines !
      La France des droits de l’Homme doit se battre pour ses 4 valeurs : Liberté Égalité Fraternité Laïcité.

  4. Gilbert SOULET dit :

    Merci Jean-Marie
    La lecture de ton billet à couper le souffle me met en colère contre la méchanceté et la bêtise humaine.
    Gilbert de Pertuis, Porte du Luberon qui, quelques km plus haut et du côté du Montgenèvre est informé que des migrants arrivent …

  5. christian grené dit :

    Je suis rouge, mais de confusion, devant la question soulevée par Jean-Marie Darmian. Laquelle ne supporte pas la moindre blagounette « hollandaise » que je vous inflige de temps en temps. Sujet trop grave qui me plonge, comme la plupart des politiques, dans un « abîme d’irrésolution » comme disait ce cher Anatole. Le bien-nommé… France.

  6. Bernie dit :

    Sur notre planète, il faut arrêter les guerres

  7. facon jf dit :

    Une petite vidéo dérangeante en 3 parties ( migrants / entreprises; UE/ emprunts; vegan que vous pouvez éviter) 16 premières mn /23 dérangeantes mais bien à propos sur ce sujet.
    https://youtu.be/eaLB0jIOY80

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      À ceux et celles qui cherchent un éditeur… Mères Prudence et Méfiance… !
      Un rappel digne de notre actualité… : « Père gardez-vous à droite… Père gardez-vous à gauche »… Philippe le Hardi, lors de la bataille contre le Prince Noir, lequel aurait vécu à Lormont dans ce château qui domine la vallée de la Garonne (sortie rive-droite du pont d’Aquitaine) !

  8. christian grené dit :

    Pour n’être pas traité de mauvais petit plaisantin, j’emprunte à Christian Grézel, un artiste-peintre autodidacte inspiré par Kandinsky, cet aphorisme: « Les soldats de la paix? Faut pas s’y fier! »
    Et je cite de mémoire un proverbe italien à l’attention de Jean-Marie: « Une paix feinte est plus nuisible que la guerre ».
    Mieux vaut que j’en reste là. Vite, à l’opéra!

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Christian…
      Merci à Christian Grézel de nous aider à comprendre…!
      Quant à ce proverbe italien…, il est digne de confiance.

  9. J.J. dit :

    « Une saturation médiatique imposée par le fait qu’un dictateur biélorusse ait utilisé stratégiquement des pauvres erres en quêtes d’espoir comme chair à canon géopolitique. »

    On voit le cynisme du « dictateur biélorusse », mais pas un mot de critique à propos de la conduite des autorités de la Pologne, nation bien pensante, pieuse, patrie d’un grand (?) pape, gardienne des valeurs chrétiennes, protectrice de la vie intra-utérine (mais pas forcément des citoyens ou des migrants), et pétrie de charité et de bonté.
    Bref, tout ce qui nous remet en mémoire la brillante et agréable époque de l’Espagne franquiste.

    Quant au petit jeu de la barbichette franco britannique, il amuse beaucoup du côté de Calais avec les régates et les parties de cache cache organisées par les migrants.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à J.J.
      Merci pour ce rapprochement de notre conduite vis à vis de la Biélorussie aujourd’hui avec l’attitude de la France en 1939 vis à vis de l’Espagne franquiste.

  10. Bernie dit :

    Le bilan du quinquennat de notre Jupiter national est de donner + aux plus aisés et moins au plus modestes. (Simulation par niveau – outil statistique fabriqué par l’institut des politiques publiques) bravo les chercheurs avec l’indice de Gini.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.