La pandémie de la défiance progresse de manière inexorable

La « nouvelle vague » qui s’annonce ne relève pas du cinéma mais bel et bien d’une réalité pour le moment dérangeante. Elle bouleverse les images de la vie que bien des responsables de la situation sanitaire projettent sur l’écran blanc « hôpital » de leur nuits noires « épidémiques ». Néanmoins le film des mesures à prendre ou ne pas prendre contre la Covid-19 n’a rien d’une grande nouveauté puisque la France en est à l’épisode 5 de la série 3 ou 4 baptisée cette fois-ci « Delta ». Les observateurs prédise en succès « fulgurant » à cet épisode au scénario pourtant récurrent.

En moyenne calculée sur une semaine (ce qui en donne une vision convenable), le nombre de cas quotidiens a quasiment doublé : il était de 17 153 samedi, contre 9 458 le samedi précédent soit une progression de 81 %. Et cette hausse exponentielle inique clairement que l’épidémie va très vite. En effet avant ce constat il avait fallu trois semaines pour que le nombre de cas quotidiens augmente dans les mêmes proportions.

Seul indice « rassurant », contrairement aux vagues précédentes,cette flambée des infections de devrait pas générer un afflux massif à l’hôpital. Pour l’instant, ça n’en prend pas le chemin, car la vaccination, qui reste très efficace empêche les formes graves de la maladie avec un bémol cependant puisque les contaminations au variant Delta semblent plus dangereuses.

Une forme légitime de lassitude s’installe puisque chaque fois que la population croit apercevoir la bout du tunnel ce dernier se dérobe. Les rapports au sein de la société se délitent ou se crispent voire tournent de plus en plus souvent aux conflits. Le phénomène s’installe lentement et progresse de telle manière que l’inquiétude gagne le camp des responsables de tous niveaux. Dans le quotidien les élus locaux constatent une montée des infractions aux règles de base du vivre ensemble. Les représentants de l’ordre public tentent pas des opérations de contrôle renforcées de vérifier les contraintes du passe sanitaire. Peu de révolte à l’heure

Le vrai problème c’est qu’un premier accroc grave vient de se produire dans le pacte « républicain » jusque-là majoritairement respecté, en Guadeloupe. Les incendies de ce type doivent être circonscrits dès leurs débuts sinon un souffle de vent risque bel et bien de le propager en d’autres lieux. En effet, la violence ne s’exprime pas là-bas seulement à l’égard du passe sanitaire mais elle éclate sur un fond de malaise résultat de crises et de scandales qui se télescopent, comme celui du pesticide chlordécone (1). Les émeutes, scènes de guérilla, pillages, protestations sont produits par une exaspération et une défiance à l’égard de toutes les strates politiques. Tous les voyants sont au rouge vif.

Le scandale du chlordécone a été géré de manière très approximative, et pour tout dire discutable par les autorités. Les plans se sont succédés sans aucune efficacité réelle nourrissant le sentiment que l’État n’a pas été à la hauteur des attentes face à ce scandale sanitaire dans ce domaine comme dans celui de la lutte contre… la Covid 19. Cette défiance entretenue par les réseaux sociaux constitue un danger bien plus préoccupant que le virus lui-même.

Les « triplement vaccinés » ou les « doublement vaccinés » voient le doute s’installer ce qui met en péril la stratégie gouvernementale qui, depuis plusieurs mois se voulait rassurante. La ruée sur la troisième dose traduit une angoisse montante et si pour une raison quelconque hors pandémie (pouvoir d’achat?) le lien est fait avec les contestataires (gilets jaunes ? Antivax ? ) une crise serait inévitable. 

Après deux jours d’émeute consécutifs, les restrictions mises en place ont par exmple bien du mal à passer aux Pays-Bas où plus de 21 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures. En Belgique des heurts ont éclaté lors d’une manifestation à Bruxelles. La marche contre les nouvelles mesures anti-Covid, a rassemblé quelque 35 000 manifestants.  En Autriche, plus de 40 000 personnes ont manifesté à Vienne samedi. Les manifestants ont dénoncé « la corona-dictature » et le « fascisme », à deux jours de l’entrée en vigueur d’un nouveau confinement jusqu’au 13 décembre. Il y a eu des mouvements similaires en Allemagne.

Au Danemark le petit mouvement de protestation lancé il y a un an reprend. Le mouvement radical des « Men in Black », qui se revendique anti-système, a organisé son premier rassemblement, avec un millier de personnes à Copenhague. En Australie aussi, 10 000 personnes ont défilé à Sidney et plusieurs milliers à Melbourne pour protester contre la vaccination obligatoire, qui n’est exigée que dans certaines régions pour certaines catégories professionnelles, alors même que la vie est redevenue quasi-normale dans le pays.

Tous sont noyautés ou fomentés directement ou sournoisement par des mouvements proches de l’extrême-droite… La semaine qui s’ouvre ainsi que les deux premières de décembre risquent donc d’être très compliquées pour de nombreux gouvernements.

(1) Le chlordécone a été utilisé de 1972 à 1993 dans les bananeraies de la Martinique et la Guadeloupe pour lutter contre les charançons. Ce pesticide est associé à différents problèmes de santé chez l’Homme. Il est interdit depuis, mais les populations locales restent exposées

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à La pandémie de la défiance progresse de manière inexorable

  1. christian grené dit :

    Réflexion nocturne après le 3e débat LR à la télé. Si Zemmour ne se présente pas à la Présidentielle, il adoube Le Pen.
    Maintenant je prends mon café avec les croissants apportés par JMD.
    Bonne journée à tous!

  2. Philippe Conchou dit :

    Et si il se présente il adoube le candidat LR…
    Je pense sans l’affirmer qu’il ne sera pas candidat, il a assez fait de gras sur le dos de ses partisans et des medias

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Philippe
      Je campe également sur cette position…
      « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage… » comme aurait dit un sage…!

  3. christian grené dit :

    Merci encore Jean-Marie pour tes Belles Lettres, Orthographe et Grammaire (BLOG), et pour ta prescription médicinale. Le rosé social a sur moi les mêmes effets que l’encrier d’Antoine Blondin dans lequel il buvait le Jaja pour pouvoir pisser de la copie.
    (*) A mes ami(e)s du matin: Zemmour l’adoube Le Pen.
    Signé: le Tribunal des flagrants délires.

  4. Laure Garralaga Lataste dit :

    Nous sommes en 2021… et cette montée de l’extrême droite, partout dans le monde, m’en rappelle une autre… celle des années 1920 qui, le 01 avril 1936 installe Franco en Espagne et le collaborateur Pétain en France en 1940 : l’Histoire bégayerait-elle… !

  5. christian grené dit :

    « L’adoube Le Pen ». Ho! ça ne vous parle pas?

  6. facon jf dit :

    Bonjour,
    je préfère en rire, je constate que le très merdiatique « docteur » expert en toutologie Michou Cymes con-fesse avoir chopé la  » petite grippette  » malgré ses 2 doses vaccinales!!
    On nous aurait menti ? la « petite grippette  » Cymiesque serait donc dangereuse ? Si tellement que celui qui la minimisait au début s’est cru protégé par le double vaccin ? et qui déclare que 2 doses sont insuffisantes, mais à combien de doses ce clown estime-t-il que ce sera efficace?
    J’entends ce matin même l’énarque Martin Hirsch déclarer en se tortillant sur sa chaise que, malgré les déclarations péremptoires du gouvernement, le nombre de double vaccinés est plus important en RÉANIMATION que le nombre de non-vaccinés. Le gouvernement nous aurait donc menti en déclarant que le vaccin protège des réanimations ? Je préfère en rire avant que d’en pleurer. Le Même Martin déclare que notre pays est mieux armé que l’Allemagne pour faire face à l’épidémie grâce au passe-sanitaire. donc si je comprends bien » Pour la 1ere fois au monde, l’inefficacité d’un produit pharmaceutique va être reprochée à ceux qui ne l’ont pas pris… « . Mais oui les non vaxx contaminent les vaccinés au restaurant, au bistrot, au cinéma et dans les stades MÊME SI LE PASSE-SANITAIRE les empêchent d’y accéder !! Je préfère en rire.
    La réalité c’est que les vaccinés 2 doses, comme moi, contaminent TOUT le monde vacciné ou pas!! La seule solution réside donc dans le moyen empirique des gestes barrières et du port du masque et nous voici de retour à la case départ. Je préfère en rire.
    la troisième dose serait efficace et pourtant en Israël pays où la 3éme dose est la plus injectée ( 30% des vaccinés a 3 doses) le coefficient R est repassé supérieur à 1 vendredi, l’épidémie reprend! Vite, vite vaccinons tout le monde à X doses en privant le reste du monde pauvre du vaccin. Je préfère en rire.
     » La folie c’est de recommencer la même chose en espérant un résultat différent ».
    (Albert Einstein)
    bonne journée

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à faconjf
      Attention l’ami… à force d’en rire, tu vas éclater… !

      • facon jf dit :

        “Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer.”
        Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais
        et aussi “Feindre d’ignorer ce qu’on sait, de savoir tout ce que l’on ignore… voilà toute la politique.” du même auteur
        Une remarque de @ Laure bien à propos.
        Origine de l’expression française « éclater de rire »
        https://www.expressions-francaises.fr/expressions-e/3084-eclater-de-rire.html
        Expression française qui a d’abord existé sous une forme rabelaisienne à savoir s’éclater de rire et ce n’est qu’au XVIIème siècle qu’elle se transforma en « éclater de rire ». Le verbe éclater qui jadis faisait référence à l’hilarité soudaine ou même à une destruction physique s’emploie de nos jours pour exprimer la colère ou la joie mais dans tous les cas compare l’être humain à une charge explosive qui est prête à se briser pour s’exprimer avec violence.
        Nos gouvernants feraient bien de se mettre à l’abri des éclats… de rire avant les autres.

  7. Philippe Labansat dit :

    0n n’écoute pas, on impose.
    On méprise, on dirige sans partage depuis son trône.
    Aucune modestie, aucunr prudence, on affirme de manière péremptoire que l’on maîtrise, que l’on sait, qu’il suffit d’obéir et que tout sera réglé, que l’on « reviendra à la vie d’avant » (laquelle ?).
    On se trompe, on se contredit, on dirige depuis le palais, un pas en avant, deux en arrière.
    Le bazar continue.
    Arrive l’agacement, le doute, la lassitude, plus personne n’écoute.
    La révolte monte, la révolte éclate.
    On envoie le Raid, le GIGN pour signer définitivement le fiasco…

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Philippe
      … « un pas en avant, deux en arrière ». Quand j’étais jeune, il y a longtemps… je dansais la samba ! Nous appelions ça faire… du surplace !

    • facon jf dit :

      débat primaires LR « Même lorsqu’il a été question d’aborder la crise sanitaire, celle-ci a été évoquée à l’aune des tensions observées en Guadeloupe. Un territoire où Éric Ciotti a proposé d’envoyer l’armée pour y rétablir l’ordre. Comme dans certains quartiers en métropole par ailleurs, au nom d’un “quoi qu’il en coûte sécuritaire”. »( source Huffington post)
      Le maintien de l’ordre par l’armée, mais quelle bonne idée… Moyen déjà utilisé dans nos colonies avec les résultats que l’histoire a jugé.
      Rien de mieux chez les autres concurrents, une course effrénée pour rattraper l’autre Eric Z. Pour Bertrand qui avait claqué la porte en dénonçant la dérive droite extrême de Wauqiez, Contraint de revenir à la maison par la chatière en mangeant son chapeau le « brave » Bertrand court lui aussi après les idées d’extrême droite.

  8. Bernie dit :

    Et oui, nous faisons du surplace et nous rions à pleine gorge. Concernant les Antilles, c’est la haute saison et les touristes affluent sauf que la crise sa nitaire impacte l’économie locale dont le tourisme.

  9. Bernie dit :

    Et le diable en rit encore inscrivait Régine Desforges

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.