Le mystère du virus, du laboratoire, de l’Homme et de l’animal

L’origine de la pandémie du SARS-Cov-2 reste mystérieuse. Diverses hypothèses ont été émises favorisant toutes plus ou moins directement le complotisme ambiant. La commission d’enquête diligentée par l’Organisation Mondiale de la Santé s’est heurtée à la volonté de Pékin de fermer les portes du fameux laboratoire de Wuham. L’OMS souhaitait que «toutes les données sur le virus» soient publiées dans tous les pays pour « pouvoir examiner l’hypothèse du laboratoire, il est important d’avoir accès à toutes les données brutes».

Son objectif était on ne peut plus clair : vérifier l’éventuelle fuite du coronaviru dans, la ville chinoise où il a été détecté pour la première fois fin 2019. Cette hypothèse de plus fermement combattue par Pékin, qui ne souhaite pas apparaître comme responsable de la pandémie apparaît pourtant susceptible de se révéler exacte. Bien évidemment les responsables des recherches dans ce lieu sécurisé assurent que toutes les précautions sont prises et que jamais une telle faute puisse leur être imputée. Le doute persistera.

Un événement récent alimente le complot. Malgré toutes les affirmations « officielles » ces manipulations ne sont jamais sans danger. Une technicienne de recherche à la retraite de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement de Toulouse est décédée début novembre de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Elle était à la retraite,après avoir travaillé dans une unité mixte de recherche avec l’École nationale vétérinaire de Toulouse dont elle était salariée. Elle est décédée le 4 novembre dernier, de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, l’une des maladies à prions que l’on connaît comme étant celle de  « la vache folle »…

La cause de sa contamination serait, selon France 3, une « coupure » qu’elle serait faite lors d’une manipulation  entre 2004 et 2005. Une enquête est en cours. Les recherches sur les prions sont suspendues jusqu’à la fin de l’année. Comment ne pas simplement se poser la question sur la propagation du Coronavirus sur les bases d’une erreur humaine surtout quand sait maintenant sa contagiosité ? Un rapport officiel sera rendu dans el courant 2022 et il sera fort intéressant d’en connaître les conclusions et de les transposer dans le contexte de Wuham.

Des documents publiés par l’Institut national de la santé américain, soulèvent en effet des interrogations sur les recherches en virologie ayant été menées en Chine Ils a bien été confirmé que les laboratoires de Wuhan auraient conduit leurs travaux au-delà de ce qui avait été précédemment officiellement admis, notamment en manipulant génétiquement des coronavirus. Comme toutes les expérimentations ou les recherches elles comportaient des risques énormes. Il sera difficile de les connaître. Alors la commission d’enquête a estimé que le passage du coronavirus de la chauve-souris à l’homme via un animal intermédiaire était le scénario « le plus probable ».

Les chauve-souris et le fameux pangolin ont eu une place de choix dans ce scénario sans que l’on sache vraiment ce qu’il en était. La science a repris le délicat dilemme de savoir qui de l’œuf et de la poule a été le premier sur terre. En l’occurrence est-ce des animaux qui ont contaminé les hommes ou est-ce parce que des hommes qui ont transmis le Coronavirus aux animaux ? Là encore un nouvel élément troublant vient d’intervenir.

Depuis le début de la pandémie, le coronavirus a infecté plusieurs espèces à l’échelle planétaire, y compris « des visons d’élevage, des animaux de compagnie et des animaux dans les zoos » mais au Canada il vient d’être identifié chez des animaux sauvages ! Selon les informations en provenance de Québec trois cerfs de Virginie ont été infectés par le Covid-19. Le Centre national des maladies animales exotiques de l’Agence canadienne d’inspection des aliments a confirmé ces premières constations sur des éléments de la faune sauvage.

De récents rapports aient mis en évidence qu’aux États-Unis, le Covid-19 avait été transmis par des humains à ces « chevreuils », mais à l’inverse, aucun cas de transmission des cerfs aux humains n’avait été détecté. Il semble que les animaux québecois contaminés vivant dans les forêts de l’Estrie puissent être venus du Vermont et du Maine, deux États américains proches. Tous les « infectés » étaient « apparemment en bonne santé », et ne « présentaient aucun signe clinique de la maladie ».

Alors à Wuhan quel a été la cheminement du virus ? Des hommes vers le pangolin ? Du pangolin vers l’homme ? Le saura-t-on un jour ? Il y a encore bien des mystères.

Ce contenu a été publié dans CORONAVIRUS, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à Le mystère du virus, du laboratoire, de l’Homme et de l’animal

  1. christian grené dit :

    Ho! Jean-Marie, que nous as-tu expliqué « L’Origine du monde » par la toile de Gustave Courbet plutôt que de nous brosser un tableau gris et sale comme la météo de ce jour?
    Samedi pas de sortir aujourd’hui. Sauf pour rentrer dans un bistrot et n’en plus sortir.

  2. facon jf dit :

    le pangolin, la chauve souris et le chercheur.
    Bonjour,
    Nous sommes sur le fil du rasoir avec un sujet en forme de fable qui frise en permanence l »anathème  » complotiiiiiiiisme!!! ».
    M’enfin, dirait la mouette de Gaston Lagaffe, tout le monde sait que c’est la fiente d’un poulet contaminé qui a transmis le virus à une chauve souris ayant mangé la mouche porteuse du virus contenu dans la fiente du poulet. Le malheureux Chiroptère hôte du virus aurait heurté les vitres du laboratoire de Wuhan et se serait alors décomposé nourrissant une colonie de fourmis dévorées par un fourmilier écailleux aussi appelé pangolin. Le malheureux réceptacle du virus aurait alors été capturé par un braconnier dont la prise est destinée au marché local. En Chine, manger du pangolin comme gibier était supposé soulager les rhumatismes ; son sang était supposé favoriser la circulation sanguine et inhiber l’obstruction méridienne ; sa bile soignerait la vue et diminuerait l’irascibilité (« feu du foie »). Il est aussi chassé pour ses écailles qui font partie de la pharmacopée traditionnelle chinoise. c’est simple non?
    Au fond peu me chaut ( du verbe chaloir ) de savoir d’où vient le virus, d’un intestin ou d’un laboratoire, l’essentiel c’est qu’il débarrasse le plancher. La discussion de savoir qui est coupable dans ce cluedo géant appartient plus à la géopolitique qu’à la recherche médicale où les intérêts économiques priment la vérité scientifique.
    Le méprisant E. M.. virologue en chef autoproclamé nous la dit solennellement « nous sommes en guerre ». La première victime de la guerre, c’est la vérité. Rudyard Kipling.
    Et des mensonges nous en avons eu jusqu’à plus soif. A se demander si des intérêts économiques ne viendraient pas interférer dans la manifestation de la vérité et gérer les politiques de lutte contre la pangoldémie.
    On peut lire dans le très sérieux communiqué de presse de la Drees le graphique démentant la position officielle  » le vaccin vous protège IL N’Y A PAS DE MORTS COVID PARMI LES VACCINES ». dans cette étude les non-vaxx ne représentent que 40% les 60 % restants sont des vaccinés 1,2 et 3 doses. Certes les vaccinés représentent 70 % de la population ce qui expose beaucoup plus les non-vaccinés, à population comparée, au risque de décès.
    je vous laisse juges de l’efficacité vaccinale.
    https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/communique-de-presse/si-la-hausse-des-tests-positifs-touche-tous-les-statuts-vaccinaux-les-nombres
    bonne journée

  3. J.J. dit :

    C’est bien joli l’hypothèse chinoise, mais des personnels hospitaliers dignes de foi, avaient remarqué, en automne 2019 des cas de d’infections pulmonaire graves, atypiques et non déterminés. Autrement dit, il y a de fortes chances (si l’on peut dire) que le virus ait été répandu un peu partout dans le monde avant que la Chine le signale, au risque de se voir attribuer l’origine de la pandémie (voir la grippe dite espagnole).
    C’est comme l’omicron, il doit y avoir une jolie lurette qu’il se promène en France sans avoir été détecté.

  4. Bernie dit :

    @ J J oh oui tout à fait d’accord, les virus et toutes ses mutations sont tjs d’actualité. C’est comme Rabelais.
    La science est en danger et ce n’est pas nouveau. La mort a plus de valeur marchande que la vie.

  5. Bernie dit :

    @ pour l’omicron est le variant qui fait baisser le prix à la pompe du carburant

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Bernie
      Vivons nous sur la même planète ?
      Personnellement, je constate que le prix du carburant à la pompe est constamment en hausse…

  6. Bernie dit :

    Arrêt des manifestations à Paris, décentralisation des manifestations hors Paris. C’est anti démocratique de manifester à 600 km de chez soi
    Ca n’a aucun sens…..
    Votre avis m’intéresse

  7. facon jf dit :

    Oui, la vie n’est qu’un éternel recommencement (grippe espagnole de 1917) … Alain Bauer est « redoutable » dans ses analyses de la gestion de l’épidémie. Vraiment excellent !
    Comme quoi on nous prend vraiment pour des demeurés……
    Cliquez sur le lien : https://player.vimeo.com/video/571548444

    *Alain Bauer : Professeur de criminologie appliquée au Conservatoire national des arts et métiers, à New York et Shanghai, auteur d’une trentaine d’ouvrages sur la franc-maçonnerie et d’une quarantaine sur la criminalité, il a été conseiller de Michel Rocard et était consulté par le président de la République française Nicolas Sarkozy et par Manuel Valls sur les questions de sécurité et de terrorisme.

    • J.J. dit :

      Dommage que le personnage ne soit pas toujours vraiment net,net.
      Il cause bien, le monsieur.
      « …il était consulté par le président de la République française Nicolas Sarkozy et par Manuel Valls … »
      Pas vraiment des références !

  8. Laure Garralaga Lataste dit :

    Aujourd’hui c’est dimanche… Aussi, j’ai pris le temps d’écouter la vidéo https://player.vimeo.com/video/571548444 transmise par facon jf et lorsque je reviens à nos échanges, je découvre le commentaire de J.J.: l’expression « cause bien » me parait pauvre et inexacte… ! J.J. peut-il nous expliquer ce qu’est un « personnage net, net » ?
    Une information complémentaire : Alain Bauer, professeur de criminologie appliquée au Conservatoire national des arts et métiers à New York et Shanghai, n’est pas consulté que par Sarkozy et Valls ! Enfin, je doute que Bauer ait besoin de références…

  9. J.J. dit :

    J.J. peut-il nous expliquer ce qu’est un « personnage net, net » ?

    À défaut d’expliquer ce qu’est un personnage net net(je n’en vois pas beaucoup parmi nos princes), je peux donner des éléments pour étayer mon appréciation.
    Le monsieur a été mêlé de plus ou moins près , et parfois d’assez près, à quelques petites histoires pas très reluisantes, dont il se garde bien de faire état (voir Bauer affaires judiciaires, il y en a une pleine page).
    Je sais, c’est décevant, je trouvais le personnage convainquant, j’en ai été surpris et déçu, mais à qui peut on bien se fier ?
    C’est Sarkozy, empêtré dans des affaires judiciaires, et Valls le fauxcialiste arriviste médiocre, que je considère comme n’étant pas des références.

    • laure garralaga lataste dit :

      @ à J.J.
      Je suis allée voir et j’ai trouvé :
      … « Alain Bauer est un descendant de familles juives ayant fui les pogroms d’Europe de l’Est ».
      Puis vient le chapitre « affaires judiciaires » :
      … « Dans un article du site Mediapart daté du 28 novembre 2014, Laurent Mauduit dénonce certains faits. « Alain Bauer aurait profité de contrats de complaisance avec la Caisse des dépôts et consignations sans passer par la procédure obligatoire d’appel d’offres en marché public et pour des notes de conseil jugées par l’auteur sans intérêt. »
      1ère question :
      Qu’en est-il aujourd’hui 05/12/2021 de cette grave accusation ? Certes… nous savons combien la justice est lente ! Très, très lente !
      2e questions :
      Pourquoi l’emploi de ce conditionnel, est ce un mode verbal fiable ?
      3e question :
      Depuis cette date, quelles suites en ont été données ?
      Une proposition : restons des citoyens/citoyennes dignes et responsables, qui ne se contentent pas d’écrire l’Histoire en fouillant dans les poubelles médiatiques, mais qui font l’effort de se déplacer jusqu’aux archives départementales, et de questionner les archives nationales et internationales.

      • J.J. dit :

        Et ce n’est pas la seule affaire ! En cherchant bien la liste est longue. Ça n’ôte rien à ses compétences.

        « Pourquoi l’emploi de ce conditionnel, est ce un mode verbal fiable ?  »
        En employant le conditionnel, 1) on évite d’affirmer sur de simples présomptions tant qu’il n’y a pas eu de jugement : présomption d’innocence et corollaire, présomption de culpabilité..
        2) On ne risque pas d’être poursuivi pour diffamation si les faits délictueux ne sont pas avérés.

      • facon jf dit :

        Alain Bauer une éminence grise qui prend bien la lumière, merci à JJ qui nous oriente sur les coulisses du pouvoir avec ses  » grands serviteurs » de l’état ayant toujours plusieurs fers au feu à droite comme à gauche et leur portefeuille personnel en ligne de mire. Un petit complément d’information sorti des archives médiatiques faute d’archives départementales, nationales et autres
        https://www.estrepublicain.fr/actualite/2011/04/21/mais-qui-est-alain-bauer
        Très malin il passe entre les gouttes et n’est à ce jour ni inculpé ni condamné …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.