La journée nationale de la laïcité : le vide sidérant…

Lorsqu’en 2010, après avoir retrouvé, via internet, celui que j’avais accompagné de loin dans le syndicalisme unitaire enseignant, j’ai décidé que l’un des premiers arbres de la laïcité marquant la loi du 9 décembre 1905 séparant l’église de l’État serait planté à Créon, je tentais de relancer au niveau local un vrai débat sur la laïcité. Des dizaines de personnes m’avaient accompagné le 19 Juin 2010 dans ce geste symbolique que Guy Georges, cet instituteur syndicaliste de Haute-Marne, secrétaire général de l’emblématique Syndicat national des instituteurs (SNI, puis SNI-PEGC) de 1976 à 1983, militant associatif, président de l’association Solidarité laïque après sa retraite, président du Comité de coordination des œuvres mutualistes et coopératives de l’éducation nationale (CCOMCEN), ancien conseiller d’État en service extraordinaire, avait initié.

Un débat organisé par mes soins avait porté sur l’absolue nécessité de redonner vie à une notion essentielle pour la qualité de la vie commune dans le cadre de la République. Cette initiative de plantation d’un arbre avait été reprise depuis dans une vingtaine d’autres communes de Gironde avant un repli frileux, malgré la conviction déployée par la déléguée départementale de ce mouvement (1) des planteurs de liberté, d’égalité et de fraternité . L’arbre créonnais ressemble à un soldat inconnu livré à son triste sort. 

En fait, un appel signé et diffusé par le conseil municipal de Créon réuni le 12 décembre 2013 souhaitait notamment la création d’une journée nationale de la laïcité le 9 décembre de chaque année. Ce fut fait du bout des lèvres et vite rangé aux oubliettes des moments dérangeants. Il existe en effet tellement de commémorations religieuses « officielles » dans notre calendrier que ce rendez-vous avait toute sa place et tout son intérêt. La journée a été créée et… oubliée.

Elle permettait dans tous les établissements scolaires, dans toutes les communes, de rappeler les valeurs portées par un concept français qui mériterait plus que bien d’autres d’être exporté ! Jean-Luc Geyze et le conseil départemental de la Gironde avait l’an passé lancé une opération de plantation d’arbres dans les collèges girondins volontaires. Là encore un coup d’éclat sans lendemain… 

Vincent Peillon, alors Ministre, peu soutenu publiquement par le gouvernement auquel il appartenait, avait pourtant proposé la mise en place dans les établissements scolaires une « charte de la laïcité » qui devait s’accompagner de leçons de morale laïque ! Une décision louée par certains enseignants mais qui est morte aussi vite qu’elle était née car elle n’a jamais été confortée dans un milieu où tout ce qui fait symbole devient suspect.

Le système scolaire ne saurait être isolé du reste de la société et devenir le seul à porter ce qui constitue l’un des piliers de notre République. Il porte pourtant l’avenir. L’assassinat sauvage et horrible de Samuel Paty a temporairement redonné vie à ces initiatives qui, du moment qu’elles venaient de l’ancien mandat présidentiel a été enseveli et remplace une fois encore dans le fatras des instructions officielles d’une éducation n’ayant plus rien de nationale. La France est laïque par soubresauts !

Méconnue, bafouée, humiliée, la laïcité a pourtant besoin de vivre hors de l’école et devenir une grande cause nationale. Partout où elle n’existe plus, partout la sanction est la même : haine, confrontation, rivalités religieuses prennent le dessus sur la tolérance, le respect et la paix ! De récentes manifestations intégristes témoignent de la virulence de ces phénomènes obscurantistes (2). C’est une réalité et il n’est jamais innocent de constater que des arbres plantés avec soin et motivation par les laïques ont été sciés dans certaines villes de la France réputées modernes.

« Parmi ses nombreuses missions, l’école doit enseigner les valeurs de la République, nos valeurs communes. L’article premier de notre Constitution affirme que la République est indivisible, démocratique, sociale et laïque. L’école doit enseigner ces valeurs, expliquer leur signification, rappeler leur histoire. Car si on ne les enseigne pas, il ne faut pas s’étonner après qu’elles soient méconnues ou même ignorées. Cela vaut pour la laïcité (…) » avait alors expliqué Vincent Peillon. Il avait raison. Il a toujours raison. Nous avons de devoir de tout faire pour qu’il en soit ainsi. Rien. Rien. Le néant en cette journée du 9 décembre. Une catastrophe démocratique et le reflet d’une société spasmodique et velléitaire.

La laïcité n’est contre aucune religion, aucune croyance. Bien au contraire.

La laïcité rassemble sans distinction, elle ne sépare pas comme le font les religions.

La laïcité libère de toute domination de la pensée, elle n’opprime pas par des principes dénués de tout fondement raisonnable.

La laïcité respecte absolument chaque être humain, elle ne stigmatise pas celles et ceux réputés différents.

La laïcité pacifie les sociétés traversées par des courants ethniques et religieux hostiles, elle ne brutalise pas les êtres, croyants ou incroyants . « Elle offre un espace préservé et neutre dans lequel on doit donner à chacun, quelle que soit sa religion, quelle que soit son origine sociale ou géographique, les moyens de choisir et de construire sa vie » ajoutait Vincent Peillon.

La Charte de l’éducation nationale aurait pu être démultipliée dans tous les lieux publics, tous les espaces de partage social, à tous les services accessibles au grand public. Elle ne viva que par l’exemple, l’explication, la conviction et la motivation.

Le XXI° siècle plus que jamais doit être laïque ! Ce 9 décembre silencieux et peureux prouve qu’il ne le sera pas et que probablement plus que jamais il devient un affrontement de formes de « religions » intolérantes, agressives, omniprésentes dans l’espace et le débat publics.

(1) Les Arbres de la Laïcité contact :Marie-Christine Gautron-Darmian 06 78 88 31 71 

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à La journée nationale de la laïcité : le vide sidérant…

  1. Christian Baqué dit :

    Je partage Jean Marie ! J’étais là à Créon en juin 2010 au nom de la fédération de la Gironde de la Libre Pensée. Il appartient aux organisations laïques, au « bloc historique » Libre Pensée, Ligue des Droits de l’Homme, Ligue de l’Enseignement, de combattre ensemble pour défendre la laïcité dans ce pays. Macron met ses pas dans ceux de Pétain en allant à Lourdes, puis à Rome après Castex-Darmanin ! Quel mépris de la loi de 1905 ! Il aggrave la loi Debré avec la scolarisation obligatoire des enfants dès 3 ans. Il produit des lois liberticides et antilaïques.
    Un peu de pub pour la bonne cause : je vous informe que la Libre Pensée organise samedi 11 à Pessac (salle du Chiquet à 14h) une Conférence « Loi de 1905, laïcité, et libertés publiques ».

  2. Christian Baqué dit :

    Une autre info (je ne veux pas abuser …) :
    La Libre Pensée Gironde a fait sa première émission en solo le 9 décembre : 10 mn sur la loi de 1905 et la laïcité.

    https://www.lacledesondes.fr/emission/les-cles-des-libertes

    Bonne préparation à la conférence du 11 décembre à Pessac.

  3. J.J. dit :

    Hier à la télé, un beau (?) reportage sur des actions de promotion de la laïcité dans les établissements scolaires. Les enfants ont fait des jolis dessins, on beaucoup parlé de ceci, de cela, bref, beaucoup de bavardage convenu ruisselant de bonnes intentions.

    Mais ce qui m’a choqué dans cet étalage de pseudo bons sentiments, c’est que sur les dessins apparaissent une croix, un croissant, une étoile de David, ce qui sous entend que hors des religions monothéiste, aucune forme de pensée spirituelle n’existe.
    Or c’est depuis l’invention de ces mêmes religions monothéistes (qui remontent à la plus haute antiquité, avec les Hébreux, ou le Égyptiens et la tentative du pharaon Amon), que les humains ont trouvé des raisons de se massacrer, en plus des rivalités territoriales ou pécuniaires qui donnaient déjà prétexte à violence.

    Et ce n’est pas en jouant avec la carte Blanquer, personnage issu d’un « prestigieux » établissement confessionnel très élitiste, donc ségrégationniste, et apparemment ultra réactionnaire et intolérant, que les choses vont avancer dans un sens positif.

  4. Laure Garralaga Lataste dit :

    Je partage la déception colérique de Christian et de J.J. et j’ajoute que pour moi, en ce 9 décembre 2021, j’ai également eu une pensée pour cette République espagnole chère à mon cœur et à mes pensées, république qui paiera le prix fort pour avoir fait son choix de la Laïcité ! ! !

  5. Laure Garralaga Lataste dit :

    Cher Jean-Marie,

    Tu parles d’un temps que seuls les héritiers des « Hussards noirs de la République » peuvent connaître !

  6. Bernie dit :

    Ah les arbres seraient le symbole de la laïcité comme au Liban. Et bien c’est insignifiant. Non la laïcité ce n’est pas cela.
    Les arbres sont plutôt généalogiques.
    Les hussards noirs de la république c’est la 3ème république. Le procédé Secam n’existant pas, toutes les photos étaient en noir et blanc.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Bernie
      Où avez-vous vu que je mélange arbre et symbole ? Je vous invite à ne pas faire la confusion entre la France et le Liban… pays qui, aujourd’hui est en totale perdition…Et pour clarifier nos échanges, je confirme cette appartenance des hussards noirs à la 3e République !

      • J.J. dit :

        Ne pas tout confondre !
        Le symbole du Liban, c’est une arbre, et pas n’importe lequel : le cèdre …du Liban(Cedrus libani), qui comme son nom l’indique, pousse au Liban. Ne pas confondre aves le cèdre de l’Atlas(Cedrus atlantica), ni avec le cèdre de l’Himalaya(Cedrus deodara), et il y en a d’autres.
        Mais l’arbre est aussi un symbole de protection (et la laïcité en a bien besoin!), c’est aussi l’arbre symbolique de l’Autonome de Solidarité Laïque.

    • J.J. dit :

      Le procédé Secam n’existant pas, toutes les photos étaient en noir et blanc.

      Vraiment ?
      C’était souvent d’ailleurs plutôt sépia que noir et blanc.
      Le procédé autochrome(restitution photographique des couleurs) a été présenté à l’Académie des Sciences par louis Lumière le 30mai 1904, et utilisé environ de 1907à 1932 (en particulier pendant la guerre de 1914/1918).
      Mais dès 1869, Charles Cros avait présenté un procédé de restitution photographique des couleurs en trichromie, (cyan, magenta, jaune) qui est toujours utilisé, par exemple avec les imprimantes couleur.

  7. Laure Garralaga Lataste dit :

    Et si nous ne sommes plus en mesure de la connaître un jour… ma partie espagnole tient à prolonger…
    ° Liberté (comme libres mais sans obligations de restitution… donc la chienlit !),
    ° Égalité (comme égaux mais pas complètement égales !), quant à la…
    ° Fraternité… il y a longtemps qu’elle n’existe plus !
    Et aujourd’hui, on ne parle plus de,
    ° Laïcité… !
    Où va la France ? !

  8. christian grené dit :

    Holà! Les filles… J’vous offre un brin d’humour (?). Même nous qu’on chantait, à la fin des années 80, « Laisse pas béton, Tonton! On connait la vie d’la cité et y’a pas d’arbre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.