Un résultat en trompe l’oeil intégral

S’il y a une tradition immuable le soir d’une élection nationale en France c’est bien la soirée de proclamation des résultats. Sur tous les plateaux des télés depuis quelques décennies, les mots restent identiques dans le camp des vainqueurs et dans celui des vaincus… Pour les premiers on jubile et on se contente d’évoquer l’écume des chiffres. Et je pense inévitablement à ce constat de Didier Hallépée voulant que « Les chiffres sont comme les gens. Si on les torture assez, on peut leur faire dire n’importe quoi. ». Il suffit en effet de changer de base de comparaison pour triompher ou au moins trouver une raison de contenter ses troupes. Comme aucune analyse objective n’est effectuée car considérée comme ennuyeuse toutes les affirmations sont permises.

Rappelons que la vérité des scores repose sur la mise à l’encan des pourcentages qui n’ont aucun sens si il n’y pas un socle commun permettant de leur donner du sens. Ainsi toute mesure des résultats doit s’effectuer à partir du nombre de voix obtenues qui doit être ramené à celui des personnes inscrites susceptibles de s’exprimer. La véritable configuration de la France transparaît alors quand on se base sur une telle référence. Toutes les autres n’ont qu’un intérêt de propagande et d’autosatisfaction. Sur les évaluations de cette fin de nuit et conformément à toutes les chroniques que j’ai pu écrire en cette période, le pays est vraiment plongé dans un chaos politique dont il ne se relèvera que difficilement.

Premier constat : la démocratie s’effondre lentement sur elle-même. La citoyenneté n’a plus sa place dans le fonctionnement social. A force de concevoir des politiques liées à la consommation, à l’économie, à la croissance on ne mobilise que les individus qui ont les moyens de s’inscrire dans cette perspective. Le taux d’abstention reflète un désintérêt croissant pour le système de désignation des membres de la démocratie dite représentative surtout chez les oubliés de  les jeunes et les actifs. Avec presque 18 millions d’électrices et d’électeurs inscrits qui ne se sont pas déplacés ou qui ont voté « blanc » ou « nul » ont atteint la cote d’alerte. Les législatives risquent d’être pires et donc encore une fois se posera le problème de la représentativité du pouvoir législatif surtout si le résultat ne reflète pas les constats des présidentielles..

Second constat : La fracture de la France devient inquiétante. Elle repose sur un sentiment d’abandon territorial et sur une différence croissante des revenus conditionnant des votes de soutien ou protestataires ou de rejet. La carte girondine des résultats du duel présidentiel illustre parfaitement ce qui se produit à l’échelon national. La déception va grandir dès la prochaines semaines car il sera impossible de combler ces écarts en peu de temps tellement on se retrouve avec une blessure profonde, ancienne et durable. On assiste à une expression colérique de mécontentement des « délaissés (anciens ou nouveaux) des champs » en opposition au «  rassasiés des métropole ou des grandes agglomérations ». 

Troisième constat : Des résultats très relatifs. S’il n’est absolument pas question de remettre en cause la légitimité de l’élection d’un Président reconduit grâce aux voix des défenseurs des valeurs essentielles de la République? il serait bon que ses zélateurs aient conscience que les presque 8 millions de voix supplémentaires récoltées entre le premier et le second tour viennent du camp… de son opposition. L’élu du jour a par contre perdu plus de 2 millions de voix entre 2017 et 2022 face à la même candidate et arrive à représenter un peu plus d’un Français sur trois. Si l’on accepte le principe qu’au premier tour on soutient un programme ce paramètre tombe à moins d’un électeur sur 5 ! La réalité est là…

Quatrième constat : Un mauvais score malgré les renforts. En revenant sur la même élection avec les mêmes candidats de 2017 le constat est implacable. La candidate de l’extrême droite a progressé en voix (le pourcentage là encore n’a aucune signification) de près de 3 millions de suffrages. Elle a réalisé le plus gros score de l’Histoire de la cinquième République pour ses idées ce qui lui permet de « crier » (faussement victoire). Bien évidemment les propos de « l’ancien-nouveau-Président » sur le fait que « ce vote l’oblige pour les années à venir » vis à vis  des électeurs qui ont donné leur voix (très majoritairement de gauche) « pour faire barrage » prennent toute leur importance. Chiche : par exemple dans les circonscriptions où le Front national arrivera largement en tête il aura la solution de retirer ses candidat(e)s et de laisser les gens qui sont venus en renfort faire campagne contre le RN avec son soutien ! Un geste fort ! 

Il n’y aura pas de changement dans la continuité et la soirée électorale que j’ai quittée de bonne heure pour suivre UBB-Montpellier ne me ramènera pas vers un engagement partisan. Loin s’en faut. Il est vrai que pourtant quand je constate les 46,5 % de la Marine nationale triomphante sur Créon j’ai pourtant la conscience qui me démange.

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à Un résultat en trompe l’oeil intégral

  1. Gilles dit :

    Tu as tout dit et bien dit Jean-Marie.
    Moi qui n’ai voté à aucun tour car je connaissais d’avance le résultat, cela ne me rend pas plus heureux, au contraire …
    Je n’ai même pas regardé ou écouté les commentaires habituels comme tu dis, pour aller directement regarder UBB-Montpellier.
    Et ce ne sont pas les législatives qui vont me réconforter, je crois, hélas.
    Allez, bonne journée quand même!

  2. Gilbert Soulet dit :

    Bonjour et Merci Jean-Marie pour ce grave constat !
    Mais après les gilets jaunes, Covid-19, et L’Ukraine, que proposer ?
    Gilbert de Pertuis

  3. J.J. dit :

    Président légalement élu ? Oui, probablement.
    Président légitimement élu ? Non.
    Qu’on le prenne par quelque bout que ce soit, nous sommes en présence d’un coup d’état, encore plus évident que la dernière fois.

    En pourcentage objectif (c’est à dire avec des valeurs de comparaison et non un vague nombre brut), c’est le parti de ceux qui n’ont pas pris de parti qui gagne, mais hélas, ce n’est pas le parti d’en rire.

  4. Deyris dit :

    Excellente analyse jean marie. Cela étant le président élu il me semble que la proportionnelle intégrale ou pas permettrait de mieux représenter les sensibilités et ne pousserait pas à voter pour les gens par défaut et non par choix. Mais ce n est sur mon avis

    • facon jf dit :

      @ JJ Pas si hors sujet que ça! on voit bien que les USA et l’UE sont prêts à se battre contre la Russie jusqu’au dernier Ukrainien… Pourvu que le business continue.
      Pour ce qui est des sanctions le site Euractive ( pro UE) fait le constat amer suivant: »Les prix élevés de l’énergie et la poursuite des achats de gaz et de pétrole russes au premier trimestre 2022 ont permis à la Russie d’afficher l’excédent de sa balance courante le plus élevé de son histoire récente, ce qui témoigne de l’effet limité des sanctions de l’Union européenne contre le pays. »
      Ce qui revient à dire que les sanctions contre la Russie nous retombent sur le coin de la figure avec inflation et pénuries. On peut lire aussi cette conclusion : »La Commission européenne, quant à elle, maintient que les sanctions de l’UE sont efficaces.
      « Les sanctions de l’UE paralysent la capacité du Kremlin à financer la guerre », a expliqué un porte-parole de l’exécutif européen à EURACTIV dans des commentaires envoyés par courriel. « Nous continuons à travailler sur de nouvelles sanctions », a-t-il également ajouté. »
      Défense de rire, nous avons en la personne du reconduit dans ses fonctions un grand stratège économique ET militaire ( même si il n’a jamais été militaire).
      https://www.euractiv.fr/section/commerce-industrie/news/malgre-les-sanctions-leconomie-russe-affiche-une-balance-courante-positive-record-au-premier-trimestre-2022/
      Notre « Mozart de l’économie » ferait bien de faire un stage en Russie pour apprendre comment rétablir la balance des paiements en temps de guerre.

  5. Ernest Porras dit :

    Entièrement d’accord avec cette analyse

  6. facon jf dit :

    Bonjour,
    en ce jour de deuil pour la démocratie où force est de constater que le présidence par effraction continue sous les yeux blasés de nombre d’électeurs qui pour certain(e)s ont brûlé leur carte d’électeur.
    Je veux garder l’espoir en un sursaut républicain en ce 25 avril 2022, jour anniversaire de de la Revolução dos Cravos. Le 25 avril 1974 nos amis Portugais ont renversé la dictature salazariste qui dominait le Portugal depuis 1933.
    voici le poème Dia da Liberdade
    de José Jorge Letria:
    Este dia é um canteiro
    com flores todo o ano
    e veleiros lá ao largo
    navegando a todo o pano.
    E assim se lembra outro dia febril
    que em tempos mudou a história
    numa madrugada de Abril,
    quando os meninos de hoje
    ainda não tinham nascido
    e a nossa liberdade
    era um fruto prometido,
    tantas vezes proibido,
    que tinha o sabor secreto
    da esperança e do afeto
    e dos amigos todos juntos.
    et ma mauvaise traduction approximative du poème de Letria
    intitulé: Jour de Liberté
    Ce jour est un parterre de fleurs
    avec des fleurs toute l’année
    et les voiliers là-bas
    naviguent à toute allure.
    Et ainsi il rappelle un autre jour fiévreux
    qui ont changé l’histoire
    à l’aube d’avril
    quand les enfants d’aujourd’hui
    n’était pas encore né
    et notre liberté
    était un fruit promis,
    si souvent interdit,
    qui avait le goût secret
    d’espoir et d’affection
    et d’amis tous ensemble.

    merci aux Lusophones de corriger ma traduction.

    Gardons l’espoir !!
    bonne journée

  7. christian grené dit :

    Jean-Marie, je souscris à 99% à ton propos, comme au premier commentaire de Gilles. La seule réserve que j’émets concerne les élections législatives où, je le crois, des libres penseurs ou dégoutés de la politique actuelle vont essayer d’en mettre un bon coup de latte dans cette fourmilière et pisser jusqu’à l’isoloir. Ou bien pousser jusqu’à l’urinoir, parce qu’il faut bien réagir devant ces débordements qu’on dirait des vomissements!…

  8. Bernie dit :

    Au 1er coup d’oeil, je vois qu’Emmauel a séduit les électeurs et électrices des très grosses communes.
    Les petites et moyennes communes dont partie de la classe de la Marine nationale.

  9. Bernie dit :

    Hier je suis allée voter et aujourd’hui question : est-ce que voter sert à quelque chose ?

  10. Les chiffres que tu rappelles dans ton « troisième constat » ne sont pas torturés. Et ils ont une signification lourde.
    Ton billet est parfait, en tout cas à mes yeux… de heu… militant partisan.

  11. Bernie dit :

    Donc la zone périphérique erine st bien la zone où Marine Le Pen s’affiche. Cette zone périphérique où je réside avec d’autres est depourvue de moyens transport collectif. La culture unique est la vigne mais 1/2 verre de vin est réglementaire. Vivre dans cette zone avec un désert médical est d’une importance évidente. Le Plan local u
    rbanisme réglementaire doit être conforme
    à la superficie face au nombre habitations. J’oubliais le carburant cher.
    Se déplacer coûte très cher pour la neo rurale que je suis.

  12. Bernie dit :

    Je m’oppose à la collectivisation de soi-disant bien commun.
    Chaque habitant doit faire ce qu’il veut sur ses terres.

  13. Bernie dit :

    Non Mélenchon, il fallait avant penser au ralliement de toute la gauche.
    Laisser les terres au propriétaire.
    Moi 1er Ministre. Quelle honte
    Allez ouste …..barca

  14. Laure Garralaga Lataste. dit :

    Me reviennent en mémoire… Les chevaliers du Fiel qui disaient… « On n’a pas le cul sorti des ronces… !

  15. roger dulout dit :

    j’ai quitté la soirée présidentielle pour voir l’ UBB car tout était dit rapidement, la vision de Valls paradant a fini de me désoler
    j’ai les memes constats que toi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.