Les « inévitables », les « recalés », les « exposés »

Il est né le divin gouvernement que tout le monde attendait. Comme le veut une tradition médiatique tous les pronostics ont été déjoués. Ce fut le cas pour la Première des Ministres, pour laquelle la liste des prétendant(e)s ressemblaient à celle des saints sur la calendrier. La course aux pronos à battu des records avec des analystes ayant remplacé les militaires battant en retraite sur les plateaux des télés généralement mal informées, qui délivraient des incertitudes. Selon la sentence célèbre de Coluche « si les journalistes étaient des funambules, le taux de mortalité dans la profession le taux de mortalité serait énorme ». En fin quand le verdict est tombé du perron de l’Elysée certains se sont raccrochés à la corde et on tenté le rétablissement classique du « je vous l’avais bien dit ! »

Pourquoi modifier ce comportement que l’on trouve dans les PMU mais de manière plus rationnelle car il y a au moins une liste d’engagés ? L’énoncé des possibles membres du gouvernement a donné lieu durant plusieurs jours au même jeu des devinettes. Il eût été plus rationnel de mettre des noms (nombreux) dans un chapeau et de tirer au sort. En fait la stratégie du faiseur de vassaux ou d’exécutants a consisté à exploiter ce système de la course à l’échalote médiatique. Depuis un mois il a été impossible de débattre, d’agir, de critiquer puisque c’était le vide en matière d’actions concrètes.

Le jeu du chat décideur et de la souris naïve consistant à prendre son temps a fait défiler une bonne semaine sans aucun danger a parfaitement fonctionné. La volonté de raccourcir au maximum la campagne des législatives pour « surfer » sur le résultat des présidentielles a été satisfaite. La France étant à un mois du choix de sa « majorité » parlementaire dont on explique sondages et estimations à l’appui qu’elle ne changera pas il n’y a plus guère de place pour le débat citoyen. Pourvu que la variole du singe se propage et la campagne sera totalement esquivée médiatiquement.

En fait l’annonce d’un gouvernement est absolument identique au marketing des supermarchés. Il ne faut pas changer le fond des pris de l’offre habituelle et allécher le client par quelques têtes de gondole susceptibles de donner l’illusion de la baisse des prix. Dans un premier temps il est indispensable de renvoyer dans les réserves les « produits » périmés ou n’ayant absolument pas réussi à mobiliser les chalands pour donner de la place à quelques nouveaux arrivants aussi aguichants que possible. Ils mobiliseront l’attention, ils éveilleront la curiosité, ils occuperont l’espace médiatique aussi longtemps que possible. 

Bien entendu les « valeurs sûres » dont on ne saurait se passer car ils ont antérieurement été bien utiles (intérieur, justice, économie) resteront sur les rayons car ils rassurent les « visiteurs ». Pour les autres, soit atteint par la date de péremption soit avec un emballage médiatique abîmé ils seront sacrifiés sur l’autel de la rentabilité électorale puisque la politique n’est plus une affaire de valeurs mais de marketing électoraliste.

Il n’y a rien de pire que quand vous entendez que vous allez être « remercié(e) » car c’est à double sens ! Plus les remerciements sont important et plus ils sont le signe que vous êtes viré(e) avec la manière mais viré(e). Bien entendu les intéressé(e)s diront qu’ils sont partis volontairement (mais pourquoi ne l’ont-ils pas annoncé avant?) avant de baver dans quelques semaines sur l’ingratitude du Chef à plumes ! Dans ce registre ont été envoyé à la corbeille des « marques » usées par le poids du temps ou n’ayant pas atteint leurs objectifs. Rien ne dit vraiment qu’ils ne ressurgiront pas un jour ou l’autre si les circonstances l’exigent.

Le pire ce sont les « recalés » ayant trouvé les raisins du pouvoir trop « verts » ou trop « bleus » ou pas assez « rouges ». Dans ce domaine il y a deux catégories : les aigri(e)s qui vont épancher leur amertume ou leur déception et les discrets qui attendront début juillet d’être admis(e)s au repêchage. Doté d’absolument tous les pouvoirs, le distributeur de maroquins va les mettre à mijoter et les inciter indirectement à battre la campagne pour démontrer leur indéfectible loyauté. Un test qui leur permettra de décrocher un diplôme style renaissance leur ouvrant les cabinets du pouvoir. Leur situation très dure et stressante peut aussi les conduire à renoncer mais rien n’est perdu !

En définitive l’essentiel échappera au commun des mortels car l’iceberg gouvernemental à comme tous les icebergs une partie immergée. Il faudra plonger dans les nominations des directeurs des cabinets ministériels pour savoir qui a un rôle réel. Ces femmes ou hommes de l’ombre désignés depuis le « château » constituent les vrais révélateurs des marges de manœuvre accordées aux promu(e)s. Grâce à un « pouvoir d’achat politique » tiré de son statut renouvelé, l’auteur de la fable « verte » énoncée depuis quelques semaines a simplement démontré que le changement c’était pour hier et que l’on reprenait le même chemin ! 

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Les « inévitables », les « recalés », les « exposés »

  1. Bernie dit :

    Comprendre le jeu politique est très dure pour moi. Mais le nouveau Ministre de l’éducation a tout de même séduit mes attentes

  2. Philippe Conchou dit :

    En fait rien de nouveau depuis 1958 et papy grand Charles. On fait une combinaison de copains, d’oppurtunistes , de gens « tendance », tout ça pour plaire au plus grand nombre.
    Il aurait pu nommer Melanchon premier ministre des post-soixantuitards préséniles.

  3. BouchonBernard dit :

    Cet article digne des meilleurs observateurs de la politique est-il la preuve que chacun a sa manière de faire courses
    Courses jeux pmu
    Courses ravitaillements
    Course à l’ambition
    Course à la betise
    Et la politique dans sa perversité peut elle se passer de l’exploitation de la betise ?

    • Bernie dit :

      Bjr Bernard Bouchon,
      Est-ce que Black live Matter est de la bêtise ?. C’est made in Usa mais l’esclavage a bien existé puique Bordeaux a été un port négrier.
      Êtes-vous pour ou contre l’esclavage moderne ?
      Bien à vous

    • christian grené dit :

      A Libourne ou à Créon, mais pas à Cambrai.
      Je profite de l’occase pour te saluer.

  4. Bernie dit :

    @ bouchonbernard,
    Le bouchon s’enfonce lorsqu’il y a une touche. Ce sont des notions de pêche.
    Bien cordialement

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à Bernie
      En matière de pêche, j’ai appris que la lamproie allait rejoindre l’alose : plus de pêche ni en Dordogne, ni en Garonne… !
      Notre gastronomie est en péril ! ! !

      • Bernie dit :

        @ Laure
        Ça fait déjà longtemps que la pêche à l’alose est interdite. La lamproie il en été question et c’est déjà du presque fait. Pour avoir une lamproie il va falloir la commander au poissonnier
        Allez bon dimanche

  5. J. J. dit :

    Hormis les noms des heureux élus, rien de vraiment nouveau. Si nous gardons madame Borne après les législatives, il n’est pas sûr que ça se passe très bien vu le monolithisme du personnage. Le choix du ministre de l’Éducation Nationale, qui fait hurler la droite comme chiens en chaleur semblerait un bon choix s’il n’introduisait une nuance très marquée de démagogie (de même que le choix d’une femme comme premier ministre , tentative de racolage des féministes, qui je l’espère ne tomberont pas dans le panneau).
    L’écologie est une chose trop sérieuse paraît il pour la confier à des écologistes, ce n’est pas une raison pour la confier à des pimbêches.
    Papy Le Driant est prié de retourner à ses chères études. Bonne précaution, la justice malienne ne sera peut être pas aussi facile à neutraliser que la justice française.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à J.J.
      Discours à 20h… »Bon choix monsieur ! » « Bon choix madame ! » « Bon choix mademoiselle après 18 ans ! »
      Autre échange : j’ai toujours entendu parler de « chiennes en chaleur… »!

  6. Laure Garralaga Lataste dit :

    .… Et quand on sait que la partie immergée de l’iceberg est bien plus VASTE et importante que la partie visible…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.