Gironde citoyenne repart plus que jamais au combat

Une cinquantaine de citoyen(ne)s venu(e)s de tout la Gironde a renouvelé sa confiance dans l’association indépendante, laïque, solidaire et résiliente fondée il y a une quinzaine d’années et relancée il y a trois ans. Voici de larges extraits de mon rapport moral auquel je ne retire rien quand je constate le niveau de participation aux élections législatives et plus encore leurs résultats.

« Mes chères et chers amis,

« Cette rencontre nous permet d’espérer que ce que nous avons en commun, enrichi de nos différences, constitue un bien précieux pour  l’avancée de notre démocratie tellement malmenée par les temps qui courent. Il me faut vous rappeler les objectifs que nous poursuivons désormais depuis une quinzaine d’années dans des contextes plus ou moins favorables. Les membres fondateurs dont je vous donnerai les noms dans la suite de l’ordre du jour avaient souhaité consolider, développer et concrétiser cette valeur hérité de la Révolution française qui se nomme citoyenneté. Insidieusement elle a été rognée, détournée et même parfois niée. Les exigences économiques ont bon dos quand elles conduisent à imposer directement ou indirectement les termes de consommateurs, d’usagers ou de clients à celui fondateur du vivre ensemble que demeure le statut de citoyenne ou de citoyen. Il est attaqué de toutes parts. 

Notre volonté reste de dépasser tous les clivages que par expérience je sais éphémères s’ils ne sont pas portés par des divergences sur l’essentiel que sont la mise en œuvre des principes républicains. Gironde citoyenne a été je le crois attachée à la liberté, à la fraternité, à la laïcité et à la solidarité durant ces trois dernières années. Elle a cherché toutes les opportunités de participer à cette éducation populaire citoyenne qui manque tant dans une République oublieuse de la nécessité d’entretenir ce qui a constitué sa force initiale.

Notre souhait de faire vivre le débat et d’offrir à celles et ceux qui le souhaitent des pistes de réflexion sur l’évolution sociale, politique, culturelle ou démocratique a été maintenue dans un contexte parfois très difficile. Permettez-moi une incidente : jamais dans le fond le débat n’a été aussi difficile à la base. Jamais je n’ai autant douté de la réussite de notre entreprise commune. Abreuvés par les médias télévisés de plateaux indigestes où les analyses ne dépassent pas le niveau de l’invective ou des certitudes les plus basiques les citoyens sont devenus des consommateurs d’éléments de langage, de petites phrases se voulant assassines rendant la plus élémentaire des discussion sur le fond impossible. (…)

Nous nous sommes rendus une fois encore le 1° mai devant le monument aux victimes de la barbarie nazie de Mauriac. Un geste symbolique auquel je se sont associés nos adhérents et les élus les plus motivés du territoire. Lors de la première édition un commentaire d’un donneur de leçon prédisait que « ce comportement électoraliste était purement électoraliste… Pas une seule fois nous n’avons manqué aux rendez-vous et nous n’avons jamais vu trace de lui ou de ses proches. Pour nous la perte de la mémoire n’est pas qu’une question d’âge mais la traduction de la facilité avec laquelle on renonce à tirer les leçons du passé.

Outre Gironde citoyenne es-qualités j’aurai personnellement au cours de l’année 2021, malgré les contraintes sanitaires restrictives assuré une trentaine de rencontres autour des sujets d’actualité que peuvent être les finances, l’immigration, la participation citoyenne ou le fonctionnement des collectivités. Au total ce sont plus des dizaines de citoyennes et de citoyens qui auront peut-être compris que le dialogue tolérant, constructif et responsable avait encore sa place dans une société de l’outrance, de l’exclusion et de l’affrontement permanent.

Nous voici au terme du bail que nous nous étions fixé avec le groupe des fondateurs. Les statuts prévoient que vous puissiez vous prononcer sur la continuation de l’aventure que constitue Gironde citoyenne. Le temps est venu de savoir ce que vous souhaitez en faire et plus encore comment et avec qui vous souhaitez le faire. (…)

Permettez moi en conclusion de vous faire part de mes doutes. La radicalisation de la vie politique et parfois même de la vie sociale ne m’incite guère à l’optimisme sur l’avenir de Gironde citoyenne.   Il devient difficile d’exprimer un doute, un questionnement et plus encore il est quasiment impossible d’exprimer une différence sans être accablé, vilipendé ou insulté. On s’impose par la force et jamais par l’argumentation. Nous sommes entrés dans la société jupitérienne des idoles intouchables, de la propagande insidieuse ou de la confrontation simpliste érigée en mode de dialogue.

La citoyenneté n’a jamais été autant en danger : abstentionnisme massif, discrédit de la démocratie représentative, confiscation du vrai pouvoir par les élites, désintérêt croissant pour la proximité, médias télévisés destructeurs de la notion même de débats. Jamais l’éducation populaire citoyenne dépassant le cadre des partis en déliquescence n’a été autant indispensable à la survie de notre démocratie. C »est désormais mon objectif et il devient plus que jamais urgent de le mettre en œuvre. »

Ce contenu a été publié dans PARLER POLITIQUE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Gironde citoyenne repart plus que jamais au combat

  1. J. J. dit :

    « une République oublieuse de la nécessité d’entretenir ce qui a constitué sa force initiale. »
    Une République qui n’a de République que le nom(d’ailleurs quand on voit ce que représente aux USA et même en France les partis qui se prétendent républicains, on constate à quel point le terme est galvaudé).
    En fait ce terme utilisé frauduleusement est un faux nez pour faire accepter à un public (je ne dis pas des citoyens, ils ne méritent pas ce terme : un citoyen, ça va voter, même blanc, faute de mieux) indolent, anesthésié, des mesures inacceptables et destructrices.
    Ce qui m’inquiète le plus dans ces résultats d’élections, c’est le succès d’un parti qui à l’origine est né dans la haine et « le bruit et la fureur » des attentats.
    Bon, ça va, j’arrête mes divagations de vieux machin.

  2. J. J. dit :

    Une information que certains vont certainement juger comme un encouragement à promouvoir la mythique mouvance islamo -gauchiste : le boucher hallal d’un quartier d’Angoulême a promis une réduction de 10 % à tout client qui lui présenterait sa carte d’électeur portant le tampon prouvant qu’il est allé voter.

    • François dit :

      Bonjour @J.J. !
      Est-il aussi permis de voir dans cette manœuvre « audacieuse » un habile moyen de débusquer les 100% votants du lundi, notamment autour du petit noir ( sans racisme ! !) ?
      En souriant … tant qu’on le peut encore,
      Amicalement.

    • Laure Garralaga Lataste dit :

      @ à J.J.
      Nous voici revenu.e.s au 49.13… ! Au secours Michel… ils sont devenus fous… !
      Mais voilà, dans les commentaires, Michel n’a jamais été aussi vivant qu’y hier … !

  3. Laure Garralaga Lataste dit :

    « La citoyenneté n’a jamais été autant en danger : abstentionnisme massif, discrédit de la démocratie représentative, confiscation du vrai pouvoir par les élites, désintérêt croissant pour la proximité, médias télévisés destructeurs de la notion même de débats. Jamais l’éducation populaire citoyenne dépassant le cadre des partis en déliquescence. »
    Merci Jean-Marie ! Rien a rajouter… CQFD…ce qu’il fallait démontrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.