Archives par mot-clé : partage

Ici et ailleurs (37) : les étoilés du libre partage

L’intention initiale de la création des soirées de la manifestation baptisée « la Piste sous les Étoiles » visait à concilier cette approche d’une cuisine « en direct » avec un autre phénomène de moins en moins répandu dans nos sociétés corsetées dans les outrances réglementaires ou normatives : la musique. Les étoiles qui veillent depuis toujours sur les campagnes savent que durant la première moitié du siècle dernier ce partage de soirées estivales à la fortune du pot avec des accordéonistes ou des joueurs de crincrin contribuaient grandement au lien social. Continuer la lecture

Publié dans ROUE LIBRE ESTIVALE | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 commentaires

Ici et ailleurs (27) : les maux soignés par les mots

Christian assis devant une table de pique-nique tire sur l’une de ses cigarettes allumettes longilignes comme mes mannequins des défilé de mode. Devant lui un gobelet de café obtenu dans l’une de ces machines avec laquelle le dialogue n’existe pas ou est parfois compliqué, et un bouquin à la couverture rouge vif. Ce sont les alliés qui l’accompagnent dans son séjour en un lieu où l’on tente de se débarrasser d’une affection trop prononcée pour des liquides jaunes ou rosés.  Continuer la lecture

Publié dans ROUE LIBRE ESTIVALE | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 commentaires

Ici et ailleurs (8) : Vanille, le parfum du retour

Elle est revenue… Elle n’était pas partie très loin mais elle avait abandonné le bar PMU du cœur de la bastide pour s’installer dans cette ancienne ferme isolée devenue une vraie « retraite » aux confins de Sadirac et de Créon. Celle que personne n’appellerait autrement que « Vanille » a en effet retrouvé sa place derrière le comptoir du Bar créonnais niché dans l’angle nord de la Place de la Prévôté. Continuer la lecture

Publié dans ROUE LIBRE ESTIVALE | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Je veux plus « être » uniquement parce que j’ai « été »

Ce matin alors que hier soir dans la médiathèque de Le Haillan j’ai passé une superbe soirée à transmettre et à partager avec une assistance d’amis autour des « 9 vies d4ezio »  j’ai envie en écoutant les informations de la nuit, de revenir sur un texte vieux de plus de deux ans . Continuer la lecture

Publié dans AU QUOTIDIEN | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | 12 commentaires

Le plaisir de vous permettre d’estomper la distanciation sociale

Lorsque début septembre 2005 je me suis lancé dans l’écriture quotidienne d’une chronique sur le blog que j’avais intitulé alors « L’AUTRE QUOTIDIEN » j’étais un peu dans la situation du naufragé lançant une bouteille à la mer. Impossible de savoir si quelque part elle parviendrait sur le rivage d’une personne intéressée par une version légèrement différente du quotidien pratiqué, entendu ou relaté. La réussite éventuelle d’une telle initiative passerait en effet par la capacité de convaincre de l’utilité d’ouvrir en permanence des « fenêtres » diront les uns, des « respirations » rétorqueront les autres pour des citoyens la plupart du temps inconnus.
L’intérêt de l’écrit c’est qu’il demeure. Il échappe même à l’impitoyable effet destructeur du temps si on a la volonté de le protéger et peut ainsi servir de référence lorsque l’on revient en arrière. Parmi les 4 800 « élucubrations » que j’ai pu délivrer rares sont celles qui résisteront à l’épreuve des critiques. Comme les prédictions de Nostradamus qui n’ont d’intérêt que quand on tente de faire coller les événements passés avec leur contenu, l’auteur que je suis est heureux de constater quelques récits ou analyses peuvent être considérés à posteriori comme intéressants. C’est une vraie satisfaction.
En passant de L’AUTRE QUOTIDIEN » à « Roue libre » j’ai conservé la même option mais en ajoutant la possibilité de me laisser aller à l’humeur du jour plus qu’à l’actualité. Depuis le 1° juillet dernier j’ai tenté de me débarrasser de la gangue des appartenances politiques pour ne pas écrire politiciennes. Une décision générant le refus de citer un seul nom ou de commenter une seule prise de position locale ou nationale relative à ce milieu que j’ai trop fréquenté. Impossible pour autant d’être insensible aux évolutions de ce secteur de la vie sociale alors ce ne sera que sur la base de « valeurs » et de «  principes » et aussi rarement que possible.
Ces évolutions ont eu pour effet de contrarier les algorithmes qui règlent la notoriété des supports comme les blogs. Ils n’aiment que les textes provocateurs ou aguicheurs utilisant des termes « vendeurs » pour un lectorat passionné par la polémique. Aucune référence complotiste. Aucun lien avec des supports sulfureux. Simplement des références aussi travaillées que possible et des mots inspirés par une volonté pédagogique permanente. Il ne s’agit vraiment plus de prétendre délivrer une vérité mais d’inciter l’autre à la rechercher pour construire la sienne. Une gageure quotidienne.
Chaque jour vous êtes une poignée de fidèles à oser réagir. Des dizaines de milliers de « commentaires » ont été publiés et seulement une centaine ont été éliminés en raisons de leur caractère diffamatoire ou raciste. Comme ce serait le cas au « Bistrot » la très large majorité des « avis » publiés émane de personnes que je connaissais ou que j’ai appris à connaître. La magie du blog c’est qu’il a aboli les distances en me permettant de tisser des liens avec des personnes que je n’aurai jamais rencontrer. Mon regret restait que depuis le début des parutions l’inter-action entre les lectrices et lecteurs ne soit pas plus présente. Je le vivais parfois comme un échec.
Christian, mon frère d’armes puis de plume ; Laure ma « companera » (1) des années « un Rocard sinon rien » ; Jean-Jacques l’homme qui refuse les charentaises confortables des certitudes » ; à Jean-François « le meunier provençal qui trie les grains de vérité de l’ivraie de la facilité » un quatuor s’est créé rendant mon « autre quotidien » heureux. En effet je jubile en lisant leurs échanges cultivés, humoristiques et ciselés. Rien ne les prédestinait à échanger ou à partager et ce n’est que grâce à « Roue libre » qu’ils ont pu se découvrir et s’apprécier. Du lundi au samedi (2) leurs échanges m’apportent des lueurs de plaisir récompensant mon souci quotidien de produire ce qui leur sert de prétexte à leur conversation distanciée.
J’aimerai tant que si vous lisez ces lignes vous acceptiez vous aussi de temps en temps de participer à ce qui se veut avant tout un appel à commenter. Rejoignez le carré magique. Vous avez votre place sur le terrain des idées. Mettez-vous en roue libre. Dans cette période où se retrouver physiquement constitue un authentique tour de passe-passe, j’avoue avoir envie de faire vivre ce partage. Peu importe les raisons pourvu que l’on ait l’ivresse des rencontres. Je vous promets un rosé social si vous acceptez de relever ce qui peut être un défi.
(1) Tu ne me critiqueras pas car je ne sais pas faite le tilde
(2) Erreur Laure : tu as une chronique 6 matins sur 7 et je n’ai jamais 48 heures de repos… ou de farniente car je n’écris pas pour Roule Libre uniquement le samedi soir Continuer la lecture

Publié dans AU QUOTIDIEN | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | 24 commentaires

2022 : gardez l’espoir et l’envie !

Les vidéos vont se multiplier, les posts pulluler, les messages s’amonceler, les SMS ou les tweets battre des records comme autant de constats de l’impuissance que nous avons à retrouver le chemin du partage rée Continuer la lecture

Publié dans ACTUALITE | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | 20 commentaires

Se contenter du partage de ce Noël d’un nouveau genre

Chaque journée de Noël marque d’une pierre blanche une vie. Une sorte de repère annuel de sa situation sociale. Durant la prime enfance dont on ne se souvient guère il arrive que l’une d’entre elles ait laissé une trace mince liée à un jouet ou un cadeau particulier. Nous avons tous d’une manière ou une autre vu l’un de nos rêves comblé pour peu que la folie des grandeurs n’aient pas envahi notre esprit précoce de consommation. Continuer la lecture

Publié dans AU QUOTIDIEN | Marqué avec , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Ma lettre au petit papa Omicron…

J’ai décidé de t’écrire une lettre pour que tu saches ce qu’il ne faut pas que tu m’apportes dans mes petits souliers. Je préfère prendre mes précautions de telle manière que tu évites de erreurs regrettables. Continuer la lecture

Publié dans ACTUALITE | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | 8 commentaires

Le grand basculement suivra le grand remplacement des valeurs

Chaque jour l’opinion dominante bascule vers les certitudes populistes. Faute d’autres porpositions constructives, nouvelles, le débat disparait au profit de la violence sous toutes ses formes Continuer la lecture

Publié dans PARLER SOCIETE | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , | 10 commentaires