34044_405144604468_1025386_nLe 19 juin 2010 je plantais à Créon en compagnie de Guy Georges, ancien secrétaire général du Syndicat National des Instituteurs, l’un des premiers arbres de la laïcité de France et le premier de Gironde afin de célébrer l’anniversaire du serment laïque de Vincennes datant du 19 juin 1960. Cette initiative avait été reprise le même jour par  la commune de Tabanac (33). Cette célébration que j’avais portée comme celle de la création d’une journée nationale de la laïcité fixée au 9 décembre de chaque année a depuis essaimé grâce au dévouement de Marie-Christine qui a su prendre avec conviction et brio le relais. Guy Georges mon compagnon de route a décidé en cette fin d’année de se retirer de la vie publique et de laisser à d’autres le soin de porter son ardente volonté de voir renaître un fort courant laïque dans notre pays… Quelques centaines d’arbres ont grandi dont une bonne trentaine en Gironde. C’est insuffisant tellement la situation est grave ! Ce sont les fondements mêmes de la démocratie républicaine qui se délitent chaque jour davantage.

L’intrusion du religieux dans la politique s’accroît sans cesse. On a atteint le niveau le plus inquiétant dans le monde entier avec des conséquences dramatiques pour les femmes et les hommes qui sont otages de ces intrusions. Sur tous les continents les guerres de religion s’aggravent de manière visible ou invisible. Mieux la colonisation économique utilise ces confrontations pour s’approprier des territoires prometteurs. Toutes les religions sont expansionnistes et les intégrismes enflent sans cesse. Même en France ils progressent dans tous les secteurs. Les manifestations contre le « mariage pour tous » ont fait jaillir l’intégrisme souterrain ancré dans des esprits revanchards. L’IVG est bannie en Espagne sous la pression de l’église. Musulmans et catholiques se déciment en Centrafrique. L’Islam dégénère en terrorisme ravageur pour la démocratie. Les batailles entre sectes se multiplient en Inde ou en Asie du sud Est. Les chefs d’état invoquent leurs dieux à chaque intervention. Jamais la laïcité authentique n’a été autant d’actualité. L’arbre de Créon est toujours là mais il est des villes dans lesquelles cette initiative provoque la haine alors que ce n’est qu’un signe républicain de tolérance et de respect. Les exactions contre les « arbres » et leurs planteurs se multiplient, justifiant ainsi la nécessité de remettre ce principe du vivre ensemble dans l’actualité. Les médias s’enflamment quand on s’attaque à un lieu religieux quel qu’il soit mais se montrent très discret sur les attaques inquiétantes de la laïcité. A quelques heures de Noël jamais la situation n’a été aussi préoccupante dans notre pays où l’exclusion, le racisme, l’obscurantisme prennent le dessus sur toute autre considération !

Ainsi, inauguré sur la place de Lorraine à Angers le dimanche 9 décembre 2012, en célébration de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat votée 107 ans auparavant, le chêne sacré de la république a été abattu une première fois dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 novembre 2013. La riposte n’a pas tardé, puisque la mairie a aussitôt décidé d’en planter un nouveau, le dimanche 8 décembre suivant, et comme pour la fois précédente, à grand renfort d’élus angevins, de représentants du Grand Orient de France, de syndicats de l’éducation nationale et autres associations de gauche viscéralement laïques. Hélas pour eux, les bûcherons noctambules ont encore frappé, cette fois dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 décembre, ajoutant à leur action un message explicite : « A quand la séparation entre la franc-maçonnerie et l’Etat ? ». La décapitation de l’arbre de la laïcité,  à Angers, ville où une enfant manifestant avait promis des bananes à une ministre de la République,  ne déclenche pas que des indignations. Et c’est révélateur d’un climat détestable. « Je propose qu’on enterre l’arbre de la laïcité en grande pompe avec messe de requiem. Peut-être serait-il intéressant que Frédéric Béatse (le Maire) s’abonne à un pépiniériste bon marché », ironise un certain Louis Bonchamps sur Twitter, faisant référence aux déclarations du maire qui s’engage à replanter l’arbre de la laïcité autant de fois qu’il le faudra. Le site « Le Salon beige », un « blog d’actualité de laïcs catholiques » connu pour ses positions extrémistes exprimées sans détour lors de l’affaire de la banane tendue à Christiane Taubira, se félicite aussi et encourage les vandales à recommencer : « Bravo aux bûcherons et vive la contre-révolution ». « Bravo ! Qu’on donne le bois aux plus démunis de la République pour qu’ils se chauffent ! » « Que cet arbre soit abattu à chaque fois qu’il sera replanté ! » Il y a aussi cet autre « twittos » auto-baptisé « Jeune patriote », qui voit dans ce tronçonnage « une belle résistance à la dictature socialiste ». Pas étonnant donc qu’à Bordeaux on ait vite suivi le même chemin.

Le jeudi 12 décembre, l’arbre de la laïcité était planté solennellement par le socialiste Vincent Feltesse, président de la communauté urbaine de Bordeaux avec un représentant de la Mairie de Bordeaux. Ce dernier affirmait alors : « Cette première manifestation intervient quelques jours après la commémoration de la loi de 1905, qui posait les bases d’une République laïque, égalitaire et fraternelle. En cette période où la laïcité suscite de nombreux débats, il est important de réaffirmer l’attachement de la République à cette valeur sur laquelle est fondée l’unité nationale et qui garantit la liberté individuelle de chacun ». Or dans la nuit de samedi à dimanche, cet arbre planté à proximité de la rue Nuyens sur les quais de Queyries, a donc été vandalisé par des inconnus qui l’ont abattu et scié comme un sapin de Noël destiné à la poubelle.Au côté de l’arbre, scié et laissé sur place à Bordeaux, était inscrit à la bombe « France catholique », a précisé la CUB, qui a déposé plainte lundi auprès du procureur de la République de Bordeaux pour « destruction de bien public ».

La laïcité dérange dans notre pays et en plus ses défenseurs œuvrent dans l’indifférence puisqu’ils n’incitent ni à la haine, ni à la violence. C’est probablement la raison pour laquelle il faut planter encore plus d’arbres pour que naisse une forêt laïque !